Armonia se renforce à Bordeaux avec sa filiale Muséa

 |   |  468  mots
Guillaume Amar, directeur général du groupe Armonia
Guillaume Amar, directeur général du groupe Armonia (Crédits : Armonia)
Spécialiste des services en entreprise, le groupe Armonia prend du poids à Bordeaux. Sa filiale Muséa, dédiée à l'accueil dans les lieux culturels, s'implante dans la capitale girondine avec une dizaine de recrutements. Le Musée Mer Marine est son premier client.

Faisant partie des plus gros recruteurs français, Armonia (près de 10.000 salariés, 262 M€ de CA en 2017) adresse le sujet des services en entreprise via plusieurs marques : Phone Régie, Facilitess, Mahola... ainsi que Muséa. Cette filiale est spécialisée dans l'accueil culturel mais n'était jusqu'à présent pas représentée en Gironde. C'est désormais chose faite avec la nouvelle implantation bordelaise, inaugurée il y a quelques jours. Son premier client est bien connu : le Musée Mer Marine porté par le promoteur Norbert Fradin à Bordeaux, qui ouvrira ses portes au printemps prochain. Dès à présent, le site accueille une exposition avec National Geographic ouverte au public. Muséa est "en charge de l'accueil des publics, de la billetterie, du standard, des réservations, des groupes ainsi que de la boutique du musée", précise la société qui compte déjà quelques clients de poids : le Grand Palais, le Quai Branly, les Musée Picasso et Rodin, la Monnaie de Paris, le Mucem...

"Sofinord, holding à laquelle appartient Armonia, est articulée autour de trois divisions : la première, LMB, adresse les métiers du luxe, de la mode et de la beauté en fournissant des effectifs aux entreprises dans les métiers de couturière, façonnière, dans la distribution... La deuxième, ICTS Europe, est liée aux postes d'inspection filtrage et surfe donc sur le contexte sécuritaire actuel. La troisième, Armonia, est tournée vers les services aux entreprises qui souhaitent externaliser certaines tâches comme l'accueil, la sécurité, les solutions de ressources humaines, les coursiers, le courrier, la logistique...", explique son directeur général Guillaume Amar. Muséa (300 salariés, 6,5 M€ de CA en 2016) fait partie de ce dernier pôle et travaille pour une vingtaine de musées et parcs de loisirs en France. La filiale recrute des salariés issus de formation en histoire de l'art ou en architecture, et notamment des artistes ne pouvant pas vivre de leur passion mais souhaitant continuer à évoluer dans cet univers, en tant qu'agent en salle faisant de l'aide à la médiation culturelle par exemple.

Muséa Bordeaux

Une partie de l'équipe de Muséa intervenant au Musée Mer Marine à Bordeaux (photo Muséa)

Muséa regarde aussi de près ce qui se passe dans les châteaux du bordelais et ne cache pas qu'elle souhaite investir le secteur de l'oenotourisme. Pour cela elle devra faire face à une barrière classique : la difficulté à inculquer la culture de l'externalisation. Car cette externalisation est souvent vue comme un risque de dénaturer la marque d'une entreprise. Tout particulièrement dans le monde viticole bordelais très peu enclin à déléguer et tout en maîtrise dès que l'on parle de son image...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :