Quartus réalisera le futur pôle d'innovation autour de Bordeaux Technowest

 |   |  662  mots
L'entrée principale du 1er bâtiment donnera sur le boulevard technologique
L'entrée principale du 1er bâtiment donnera sur le boulevard technologique (Crédits : Quartus)
Le groupement Quartus est lauréat de la consultation menée par Bordeaux Métropole et réalisera sur 6 hectares, à Mérignac, un groupe de bâtiments. Ces derniers, tournés vers la filière aéronautique, espace et Défense, accueilleront notamment le siège de la technopole Bordeaux Technowest et abritera des entreprises, l'IMA de l'Université de Bordeaux et le pôle de compétitivité Aerospace Valley.

15 candidats, 4 finalistes, et un seul lauréat, le groupement Quartus qui a pris le meilleur sur l'offre de Link City. Alain Juppé, président de la Métropole et maire de Bordeaux, a annoncé ce matin le résultat de la consultation menée afin de concrétiser le projet Cœur Aéroparc. Ce dernier s'inscrit dans le cadre de l'opération d'intérêt métropolitain Bordeaux Aéroparc, à proximité de l'aéroport de Bordeaux Mérignac et des grands donneurs d'ordre industriel de la filière aéronautique, espace et Défense. Bordeaux Aéroparc s'étend sur 2.515 hectares et trois communes, avec 400 ha à aménager. L'opération nécessite un investissement public de 130 M€ et doit abriter à terme 40.000 emplois

Le projet retenu par le jury va boucler "un triangle de l'innovation", note Alain Anziani, maire de Mérignac. Dans un coin du triangle, on trouvera Tarmaq, grand projet de parc des cultures de l'aéronautique et de l'espace associant loisirs, formation, tourisme industriel, vitrine technologique et patrimoniale doté d'un budget évalué à 70 M€. Dans un autre coin se situe Dassault, Sabena Technics, un peu plus loin le campus de Thales, etc. Et enfin l'opération Cœur Aéroparc fermera le triangle. Bordeaux Technowest y jouera un rôle central. L'un des deux bâtiments accueillera en effet le siège social et les bureaux de la structure, qui accompagne 90 jeunes entreprises via notamment ses incubateurs et pépinières et qui compte également trois centres d'affaires.

Lire aussi : Objets connectés, e-commerce et food tech : Bordeaux Technowest en pleine croissance

"On n'avait jamais occupé de bâtiments neufs jusqu'à présent, sourit le directeur général de Bordeaux Technowest, François Baffou. Nous allons y installer une pépinière, un incubateur, des espaces événementiels, des ateliers et laboratoires... L'Université de Bordeaux va nous y rejoindre à travers l'IMA (Ingénierie maintenance systèmes aéronautique et transports, proposant un ensemble de formations dans la gestion du cycle de vie pour les secteurs industriels de l'aéronautique et des transports - NDLR). Le pôle de compétitivité Aerospace Valley va également y implanter ses bureaux. L'objectif, avec ce nouvel équipement, est de booster l'innovation et les services apportés aux entreprises mais aussi de faciliter l'animation de la filière."

Hôtel d'entreprises, commerce et locaux d'activités intègrent le programme.

Livraison fin 2020

Quartus a décliné dans son projet les principes de l'airial typique des Landes. Le premier bâtiment, sorte de maison-mère disposant d'un patio central et d'une terrasse végétalisée pouvant accueillir du public, hébergera donc Technowest, l'IMA et Aerospace Valley. L'entrée principale donnera sur le boulevard technologique. Un second bâtiment lui faisant face abritera 340 places de parking et mettra de l'espace à disposition d'entreprises. Enfin, le restaurant Lulu dans la prairie, déjà présent sur le site et locataire de locaux appartenant à Bordeaux Métropole, a signé une promesse de vente pour acquérir le bâtiment occupé et l'emprise de terrain autour.

Coeur Aéroparc Bordeaux Technowest

Visuel crédit Quartus

Alain Juppé a rappelé les conditions de financement : une première tranche de 11.700 m2 cédée contre 1,170 M€ et une seconde de 5.400 m2 contre 1,103 M€. La livraison est programmée pour la fin d'année 2020. Bordeaux Technowest annonce déjà pour les entreprises un tarif de location de 140 € par m2 occupé et par an. Le président de la Métropole en a profité pour rappeler que si les conditions d'accès à ce secteur du territoire sont particulièrement ardues, la requalification du boulevard technologique sur 8,5 km débuterait en 2021 (pour une enveloppe de 38 M€).

Lire aussi : Bordeaux Aéroparc : 220 M€ pour décongestionner la zone


Quartus qui a donc remporté le projet, revendique la place de "premier ensemblier urbain indépendant tourné vers les usages". Ce groupe est le fruit du regroupement récent de quatre sociétés (ABCD, Quantum Développement, Ardissa, et Holisaé).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :