Une pluie d'intervenants de haut niveau pour la 24e Université Hommes - Entreprises

 |   |  767  mots
Le mathématicien et député Cédric Villani, auteur d'un rapport remarqué et très débattu sur l'intelligence artificielle, sera l'un des invités d'honneur de l'Université Hommes - Entreprises
Le mathématicien et député Cédric Villani, auteur d'un rapport remarqué et très débattu sur l'intelligence artificielle, sera l'un des invités d'honneur de l'Université Hommes - Entreprises (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Depuis ses débuts, l'Université Hommes - Entreprises martèle le même message : "Valoriser le capital humain, c'est valoriser l'entreprise." La 24e édition de l'événement, jeudi 30 et vendredi 31 août, ne dérogera pas à la règle avec, comme chaque année, une pléiade de penseurs venus échanger avec plus de 650 participants autour du thème central "Progrès et sagesse".

Le séminaire regroupant quelques dizaines de cadres et dirigeants d'entreprises, en 1993, a bien grandi. Porté par le Ceca, accompagné par plusieurs grandes entreprises, collectivités et associations, l'Université Hommes - Entreprises fait aujourd'hui partie des événements de référence où la réflexion s'ébroue loin des carcans convenus. La philosophie est restée la même : réconcilier performance économique et développement Humain. Les champs économiques, politiques, sociaux sont, chaque année, explorés par les intervenants de renom qui s'y rendent. Cette année encore, plus de 650 participants viendront les écouter et questionner les bouleversements du sens, des valeurs, de l'éthique... qu'induisent la modernité et ses multiples avatars.

A Martillac près de Bordeaux, le château Smith Haut-Lafitte servira à nouveau de cadre, bucolique et actif à l'approche des vendanges, à cette nouvelle édition. "Le progrès scientifique, sans une profonde réflexion touchant aux questions morales, faisait déjà dire au milieu du XVIe siècle à François Rabelais que « Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ». Un regard porté sur le XXe siècle peut donner l'impression que la sagesse de Rabelais n'a pas été suivie d'effet, tant les grandes inventions prometteuses du début du siècle semblent s'être noyées dans les guerres et les génocides à répétition. Aujourd'hui, les inventions se sont multipliées, de grandes entreprises - emmenées par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon, NDLR) et les BATX (les géants chinois du web Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, NDLR) - ont la puissance des états et pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, grâce à l'intelligence artificielle, l'Homme se rêve tout puissant et cherche à devenir immortel... Que faire de cette nouvelle puissance ? Est-elle raisonnable ? Va-t-elle contribuer au bien-être de tous et pas de quelques privilégiés ? Faut-il chercher à transformer l'Homme en humanoïde, comme le suggèrent de façon plus ou moins explicite certains scientifiques dans le monde ? Comment mettre ces nouvelles technologies au service de l'humanisme ?", interroge le Ceca.

L'intelligence artificielle au cœur des débats

Après une édition 2017 consacrée au sujet du pouvoir, cette 24e édition est en quelque sorte son prolongement et abordera notamment la question de l'intelligence artificielle. Les profils invités par le Ceca s'attacheront à aborder cette question et beaucoup d'autres. Parmi eux :

  • Clara Gaymard et Gonzague de Blinières : membre du conseil d'administration de Veolia, Danone, LVMH et Sages, la première est aussi présidente du Women's Forum depuis 2015. Lui est administrateur de la Fondation Entreprendre et président du Réseau Entreprendre Paris. Tous deux sont fondateurs de Raise, fonds d'investissement et de dotation responsable.
  • Erik Orsenna : le romancier et académicien, qui planche sur tous les grands débats de société, est l'auteur de plusieurs ouvrages dont le dernier est intitulé "Désir de villes".
  • Cédric Villani : le mathématicien, député LREM, détenteur de la prestigieuse Médaille Fields en 2010, a rendu en mars dernier un rapport très commenté sur l'intelligence artificielle. Cette dernière sera-t-elle au service de l'humain ? C'est le sujet qu'il explorera lors de l'Université.
  • Jean Le Cam : le skipper français est aussi un entrepreneur qui place le capital humain au centre de la performance.
  • Frédéric Beigbeder : l'animateur et romancier a rencontré des dizaines de personnalités à travers le monde pour les besoins de son dernier ouvrage, Une vie sans fin, dans lequel il relate l'histoire de... Frédéric, un animateur de télévision qui cherche à vaincre la mort. Que faire de l'immortalité ? Il présentera les fruits de trois ans de travail sur le sujet.
  • Nicolas Bouzou. Le travail est-il l'avenir de l'homme ? L'économiste et essayiste, fondateur du cabinet de conseil Asteres et du Cercle de Belém, se penchera sur cette question étroitement liée au sujet de l'intelligence artificielle et cherchera des pistes pour "éviter que nos sociétés se transforment en colonies d'esclaves humains désargentés et malheureux".

Nicolas Buttet ("De l'homo sapiens au robot sentiens, un chemin de progrès ?"), Christine Kerdellant ("Dans la Google du loup"), Gersende et Francis Perrin ("Plaidoyer pour un enfant presque comme les autres", message d'espoir pour les enfants autistes et leurs parents), Patrick Bourdet ("Rien n'est joué d'avance", sur son itinéraire d'enfant de l'assistance publique, titulaire d'un CAP de mécanicien, devenu dirigeant d'entreprise médicale aux traitements anticancéreux révolutionnaires), complètent ce plateau de haut vol.

Université Hommes - Entreprises, les 30 et 31 août à Martillac. Les inscriptions sont closes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :