Emploi : JobiJoba racheté par RégionsJob

 |   |  930  mots
Thomas Allaire et Jérôme Armbruster, les directeurs généraux de JobiJoba et RégionsJob
Thomas Allaire et Jérôme Armbruster, les directeurs généraux de JobiJoba et RégionsJob (Crédits : DR / David Ferrere)
Le spécialiste de la recherche d'emploi en ligne JobiJoba, créé en 2007 à Pessac en Gironde, vient d'être racheté par le groupe RégionsJob, l'un des acteurs français majeurs de l'emploi, du recrutement et de la formation. Les directeurs généraux des deux sociétés expliquent, pour La Tribune, ce qui a motivé ce choix.

Trois domaines d'activité, 25 salariés, plus de 6 millions d'offres référencées sur ses quatorze sites nationaux et sans doute des milliers de personnes qui ont trouvé un emploi par son intermédiaire. Depuis 2007 et sa création à Pessac, près de Bordeaux, JobiJoba a troqué le statut de startup pour celui de PME. Autrement dit, Jobijoba agrège des offres d'emplois venus de différents horizons, au total de plus de 400 sites d'emploi différents, permettant ainsi à l'internaute de rechercher, sur un seul site, des offres d'emploi au lieu d'écumer les différentes plateformes une par une. Progressivement, JobiJoba a étoffé son activité avec la mise à la disposition de ses technologies, en marque blanche, pour les collectivités locales, puis avec CV Catcher, un outil qui permet à l'internaute de déposer son CV et de voir ce dernier analysé en temps réel par un algorithme qui se charge ensuite de proposer des postes adaptés, tout en étant très utiles pour les entreprises qui reçoivent des candidatures mieux ciblées.

"Nos trois domaines d'activités sont en croissance, indique Thomas Allaire, fondateur et directeur général de JobiJoba. Au-delà du méta-moteur de recherche, CV Catcher n'a qu'un an mais a connu un beau démarrage avec 40 grands comptes déjà clients et nous travaillons parallèlement avec 45 collectivités locales, métropoles, communautés d'agglomération... qui utilisent nos technologies pour leurs plateformes de recherche d'emploi. Ce rapprochement avec RégionsJob va nous donner des moyens et une taille suffisants pour aller plus loin."

RégionJob accélère sur la croissance externe

RégionsJob (33 M€ de CA en 2017, filiale du groupe de presse Le Télégramme) vient en effet de prendre 100 % du capital de Jobijoba, pour un montant non divulgué. La société rennaise est déjà d'un autre gabarit. Fondée il y a 18 ans en Ille-et-Vilaine, l'entreprise "a débuté par une accroche régionale, puis nationale, explique son directeur général et cofondateur, Jérôme Armbruster. Progressivement, nous avons élargi notre public avec celui des cadres et le site Cadreo, celui des profils du numérique avec Hellowork et le Blog du modérateur... 4 millions de personnes utilisent mensuellement nos outils en ligne, nous les mettons en rapport avec 10.000 entreprises."

RégionsJob emploie aujourd'hui près de 230 salariés sur l'ensemble du territoire français et a enregistré sur les trois dernières années des croissances annuelles entre 15 et 20 %. "Nous avons décidé il y a quelques mois d'accélérer sur la question de la croissance externe, précise Jérôme Armbruster. Nous nous sommes donc intéressés à différents acteurs, nous connaissions Thomas Allaire et JobiJoba depuis plusieurs années."

JobiJoba va perdurer

La marque JobiJoba et la société, qui réalise 2 M€ de chiffre d'affaires annuel, vont perdurer, précisent les deux parties. Thomas Allaire restera le directeur général de l'entreprise pessacaise, soutenue depuis 2010 par le fonds d'investissement Newfund qui sort ainsi du capital.

"Nous sommes persuadés que JobiJoba a un beau potentiel et nous voulons lui apporter notre savoir-faire en matière de mise à l'échelle de ses produits et davantage d'assise financière pour investir plus fortement sur les technologies, notamment de sémantique et de machine learning, poursuit Jérôme Armbruster. Nos deux sociétés ont un profil technophile et sont très complémentaires en matière de clientèle puisque 90 % de nos clients sont des DRH chez RégionsJob, alors que l'on retrouve des profils variés chez Jobijoba : collectivités territoriales, grands groupes, titres de presse quotidienne régionale... Cette acquisition va nous permettre de nous renforcer sur trois marchés, celui des agrégateurs d'offres, celui des services et datas emploi à destination des collectivités et celui des logiciels RH pour les entreprises, sur lesquels nous étions peu présents."

Le deal semble donc gagnant - gagnant. RégionsJob y trouve de la diversification et va pouvoir s'appuyer sur les technologies pointues et reconnues de JobiJoba, un critère essentiel au regard de la course à l'armement que se livrent les acteurs du marché en la matière. JobiJoba va, elle, pouvoir s'appuyer sur un acteur plus solide financièrement et très complémentaire, avec pour ambition de tripler son activité d'ici deux ans. L'ensemble ainsi constitué réunit donc plus de 250 salariés et dépassera "largement" les 40 millions d'euros de CA en 2018. Jérôme Armbruster en profite pour présenter sa stratégie :

"Il existe beaucoup d'acteurs sur le marché de l'emploi en ligne, et même beaucoup de gros acteurs. Il est important pour nous de continuer à accélérer pour continuer à jouer un rôle au plan national. Nous considérons que les leaders sauront conjuguer trois grandes forces : une approche technologique très forte, une connaissance fine du marché et une capacité à couvrir des audiences très larges. Notre alliance portera sur ces trois piliers."

Le groupe rennais n'en est pas à son premier deal, après l'acquisition en joint-venture du multidiffuseur Talentplug en 2014, du logiciel de gestion des recrutements Talent Detection en 2016 et la prise de participation au capital de l'acteur web autour des services à la personne Aladom/jemepropose.com il y a quelques mois. De quoi provoquer une concentration du marché des sites d'emploi ?

"Nos mouvements en génèreront peut-être d'autres, et ce sera aux autres acteurs de se positionner. Aujourd'hui chez RégionsJob, on s'organise et nous aurons probablement d'autres choses à annoncer dans les prochains mois."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :