Yep Drive, l'ambitieux VTC bordelais

 |   |  815  mots
Deux des associés de Yep Drive
Deux des associés de Yep Drive (Crédits : Mila Ta ninga)
Une nouvelle plateforme de VTC vient de voir le jour à Bordeaux : Yep Drive. Ambitieux, les trois associés le sont. En 7 mois d'existence, les chiffres sont bons, les chauffeurs y trouvent un intérêt et les clients se fidélisent. Leur stratégie : des tarifs moins fluctuants que la concurrence et des commissions fixes et plus basses pour les chauffeurs.

Lorsque Dyce Dioum et Goran Zagorac se rencontrent pour la première fois, l'un est client régulier de la plateforme Uber, l'autre chauffeur VTC depuis quelques années. Rapidement le projet de créer une nouvelle plateforme VTC à Bordeaux ressort des discutions. Ils associent Olivia Gigon, une chargée de projet, dès le début de l'aventure. Après six mois de travail, de recrutements, de tests et de stratégie : l'application Yep Drive voit le jour le 1er janvier 2018 sur Android et iOS. Avec une flotte de 88 voitures, la plateforme ne peut pas être en concurrence directe avec le géant du VTC, Uber. En revanche, elle compte bien prendre sa part du marché bordelais. "Nous visons un tiers des clients bordelais regroupés sur l'ensemble des plateformes d'ici la fin de l'année 2018. Que ce soit Uber, Allocab, ou encore LeCab", expliquent les cofondateurs.

Commission à 1,50 € pour chaque course

Alors qu'un chauffeur Uber reverse 20 % à 25 % de ses recettes, Yep Drive fait le pari de fidéliser ses chauffeurs en leur faisant payer une commission fixe à 1,50 €. "La plus basse de France à aujourd'hui", assure Goran Zagorac. "Que le chauffeur fasse une course à 15 € ou à 100 €, il paie 1,50 € par course. C'est vraiment notre point fort. Nous n'avons pas de majoration, nous restons sur des tarifs normaux. Ce qui n'empêche pas les chauffeurs de continuer à travailler pour plusieurs plateformes en même temps."

Comme sur les autres plateformes, il existe une application pour les chauffeurs et une autre pour les clients. Les indépendants peuvent également continuer de travailler pour les autres plateformes.

Ce qui rendrait également Yep Drive concurrentiel, c'est le prix de base de la course. Chez Yep Drive pas de « surge pricing » comme chez Uber, la fameuse adaptation du prix en fonction de l'affluence ou d'un événement (match de football, concert...) :

"Notre tarif de base est de 1,20 € pour la pris en charge, 1,20 € le kilomètre, 30 centimes la minute et 0,76 € de frais technique. Ces tarifs sont à peu près les mêmes que sur d'autres plateformes. La différence est que chez nous, le tarif reste le même du lundi au vendredi et qu'il augmente de 0,3 % uniquement du vendredi soir au dimanche midi. Nous le considérons comme un tarif de nuit, un peu comme les taxis classiques. Nous restons donc toujours moins chers que nos concurrents."

Les taxis bordelais sont soumis à la réglementation qui court sur tout le département. Le tarif de base en journée est de 0,83 € le kilomètre, et 1,25 € la nuit, les dimanches et les jours fériés, pour des allers et retours en charge à la station. Il passe à 1,66 € de jour et 2,50 € la nuit, les dimanches et jours fériés, pour des retours à vide à la station. Pour le moment, les chauffeurs Yep Drive viennent chercher les clients à 80 kilomètres maximum autour de Bordeaux.

Avantages pour les clients

Yep Drive ne propose pas encore assez de voitures pour être compétitif, ce qui se ressent sur le temps d'attente des clients. Les associés font donc le pari que les clients préfèrent attendre entre 10 et 15 minutes et payer moins cher, que d'avoir une voiture dans les 5 minutes. "Chez certains de nos concurrents, le prix de la course peut être multiplié jusqu'à 300 % s'il y a une forte l'affluence, de la demande, des départs, de la météo etc. Nos prix de courses indiqués au moment de la réservation sont justes à 5 centimes près."

Une offre existe également pour les professionnels, de type hôtels, via un système de réservation "au minimum une heure à l'avance" et des prestations haut de gamme.

Avec plus de 3.000 téléchargements de l'application en six mois, les associés de Yep Drive considèrent que "c'est une belle croissance. Avec des courses régulières, parfois de très belles courses. À partir du moment où les courses sont plus chères chez nos concurrents, elles passent chez nous. »

Développement à moyens termes

Goran Zagorac, lui-même chauffeur sur sa plateforme, a fait un calcul simple :

"Il y a un peu plus de 300 chauffeurs VTC à Bordeaux. Quand j'étais dans leurs cas je faisais 100 à 120 courses par semaine. Chez nous, on compte une moyenne de 80 courses par semaine, soir 24.000 courses minimum à Bordeaux. Le tout multiplié par 1,50 €. On retombe sur nos pieds."

La nouvelle plateforme compte également offrir rapidement une troisième offre de VTC avec des voitures "sobres" énergétiquement parlant et des berlines de luxe. "Les clients plus exigeants pourront choisir le véhicule de leur choix, en payant un peu plus." Les trois associés pensent déjà à l'avenir et veulent développer leur application dans d'autres villes françaises. À une condition : "Nous voulons faire en sorte que le concept soit une exclusivité bordelaise. Nous réfléchissons à un modèle similaire dans d'autres villes mais pas avec tous les avantages de Yep Drive à Bordeaux."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :