Véhicules électriques : EVtronic racheté par le leader mondial des bornes de recharge

 |   |  965  mots
Une borne de recharge de véhicules électriques d'EVBox, le leader mondial du secteur filiale d'Engie, qui vient de racheter les girondins d'EVtronic.
Une borne de recharge de véhicules électriques d'EVBox, le leader mondial du secteur filiale d'Engie, qui vient de racheter les girondins d'EVtronic. (Crédits : EVBox)
Spécialiste des bornes de recharge électrique, EVtronic, basé à Léognan, vient d'être racheté par le leader mondial du secteur, le Néerlandais EVBox, filiale du Français Engie. L'entreprise girondine, ses 40 salariés et ses 700 stations de recharge ultra-rapides intègrent donc une société de 160 collaborateurs gérant un réseau de plus de 60.000 bornes dans 45 pays ! 40 recrutements sont confirmés en Gironde qui devrait accueillir le laboratoire d'innovation du nouvel ensemble.

Le marché du véhicule électrique - et donc celui des bornes de recharge qui vont avec - est en pleine croissance et ses perspectives sont régulièrement revues à la hausse (lire ci-dessous). A Léognan, en Gironde, EVtronic s'est positionné depuis 2007 sur ce secteur lui assurant un développement dynamique ces dernières années. La PME a ainsi doublé ses effectifs l'an dernier pour atteindre 40 collaborateurs et vise en 2018 un chiffre d'affaires de 10 M€, contre 8 M€ en 2017 et 4M € en 2016. L'entreprise girondine s'est spécialisée dans les stations de charge ultra-rapide capables en seulement 10 minutes de doter un véhicule électrique de 300 km d'autonomie.

Vers un réseau de 100.000 bornes en 2019

De quoi taper dans l'œil du leader mondial du secteur en terme de nombre de points de charge, le Hollandais EVBox, dont le siège est à Amsterdam. Avec 162 collaborateurs, ce dernier gère un réseau de plus de 60.000 bornes de recharge dans 45 pays et prévoit de dépasser les 100.000 bornes courant 2019. Son chiffre d'affaires n'est pas communicable, puisque l'entreprise est détenue depuis 2017 par le géant français de l'énergie Engie, coté en bourse. Le dernier exercice disponible fait état d'un chiffre d'affaires de 16 M€ en 2016 (+34,5 % versus 2015). Le montant du rachat à 100 % d'EVtronic par EVBox, signé le 6 juillet 2018, reste confidentiel.

EVBox

De gauche à droite : Peter van Praet, directeur du service client d'EVBox, Eric Stempin, fondateur et président d'EVtronic, et Kristof Vereenooghe, PDG d'EVBox (Crédits : EVBox).

Un marché en phase de consolidation

Face à l'accélération du marché, l'équipe dirigeante de la PME girondine a considéré qu'il était devenu indispensable de s'adosser à un acteur plus grand, comme l'explique Vincent Beudin, vice-président d'EVtronic :

"Le marché des infrastructures de recharge est désormais avéré et même important. On a compris il y a quelques mois qu'il nous fallait impérativement grandir. Soit on procédait à une grosse levée de fonds avec toutes les discussions et étapes de validations incontournables, puis les recrutements, puis la structuration à l'international... ; soit on s'adossait à un acteur complémentaire. La rapidité de l'évolution du marché nous a convaincu de choisir la deuxième option ! Nous étions en discussion avec EVBox depuis 18 mois et leur rachat par Engie entre temps nous a convaincu. Après, tout s'est fait très vite."

Les deux entreprises ont des profils a priori complémentaires tant au niveau géographique (France et Europe du Sud pour EVtronic, Europe du Nord et Etats-Unis pour EVBox) qu'au niveau technologique : "Ils font beaucoup de volume sur des produits pas forcément aussi techniques que les nôtres, en revanche ils nous apportent une force de frappe commerciale sans commune mesure avec nos moyens", explique Vincent Beudin. "Le fait de réunir nos deux entreprises nous permettra de bénéficier d'économies d'échelles, d'augmenter la dimension de notre R&D et d'augmenter notre présence globale", confirme Kristof Vereenooghe, le PDG d'EVBox.

D'autant qu'appartenir au groupe Engie permettra aussi de s'appuyer sur son réseau dans 70 pays et sur ses filiales telles que Cofely (efficacité énergétique) et Inéo (génie électrique). Appartenir à un géant au niveau mondial s'assimile aussi à une assurance-vie sur un marché qui va encore évoluer à marché forcée :

"Il y a beaucoup de petits acteurs aujourd'hui sur la chaîne de valeur du véhicule électrique, mais il n'y en aura plus qu'une dizaine dans cinq ans dont très peu d'européens et de nord-américains face à la forte concurrence chinoise, qui est le premier marché aujourd'hui. Il est donc important de choisir la bonne équipe dès aujourd'hui", analyse, lucide, Vincent Beudin.

Le site de Léognan conforté

Les deux dirigeants d'EVtronic l'assurent : l'opération n'aura pas d'impact négatif sur l'emploi à Léognan et le site girondin sera même conforté par ce rachat. Tous les employés actuels d'EVtronic rejoignent EVBox tandis qu'Eric Stempin, fondateur et président d'EVtronic, deviendra directeur de la recherche au sein d'EVBox. "Il se concentrera sur les bornes de recharge rapides et ultra-rapides et sur la mise en place du laboratoire d'innovation d'EVBox qui travaillera sur les projets de R&D relatifs au projets d'intégration au réseau, de charge sans fil, de stockage d'énergie et de puissance électronique", indique l'entreprise néerlandaise. Les échanges d'énergie entre les véhicules électriques et les infrastructures (logements, bureaux, etc.) sont particulièrement ciblés.

"Les savoir-faire technologiques et de fabrication sont situés à Léognan et l'objectif est donc d'y installer ce laboratoire d'innovation et d'y recruter une quarantaine de salariés supplémentaires d'ici l'été 2019", assure ainsi Eric Stempin. Sont notamment concernés des ingénieurs, ouvriers, monteurs, câbleurs, testeurs, etc.

Lire aussi : Véhicules électriques : EVtronic annonce 40 embauches dès 2018 à Léognan

EVtronic

Les points de recharge d'EVtronic au Royaume-Uni et en France resteront aux couleurs de la PME girondine, notamment dans les rues de Bordeaux Métropole (Crédits : EVtronic).

///////////////////////

Le véhicule électrique en chiffres

  • 1,1 million d'unités ont été vendues dans le monde en 2017 dont plus de la moitié en Chine ;
  • D'ici à 2020, 13 millions de véhicules électriques sont attendus sur les routes mondiales contre 2,8 millions en 2017 et 1,7 million en 2016. Un chiffre qui pourrait monter jusqu'à 50 millions de véhicules en 2025.
  • Le nombre d'infrastructures de recharge a augmenté de 72 % en 2016 au niveau mondial ;
  • En France, 31.000 véhicules électriques ont été immatriculés en 2017 (contre 15.000 en 2014) soit environ 1,2 % de parts de marché contre 0,9 % au niveau européen. La France est le 2e marché d'Europe derrière la Norvège.
  • Plus de 500.000 véhicules 100 % électriques circulent actuellement sur les routes européennes (dont 150.000 nouvelles immatriculations en 2017).

Sources : Association nationale pour le développement de la mobilité électrique ; International energy agency et Bloomberg (mars 2018).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :