La Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes passe à l'offensive

 |   |  594  mots
Jérôme Terpereau, président du directoire de la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes
Jérôme Terpereau, président du directoire de la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes (Crédits : CEAPC)
Jérôme Terpereau vient d'arriver à la tête de la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes. Le nouveau président du directoire entend renforcer la place prise par la caisse régionale dans le financement de l'économie et lui donner davantage de visibilité.

"Nous devons être actuellement le 3e financeur de l'économie de la région avec 620 millions d'euros de crédits injectés lors du dernier exercice. Chatouiller les 2 premiers (le Crédit agricole d'Aquitaine et la Banque populaire Aquitaine Centre Atlantique, NDLR) fera partie de nos ambitions." Arrivé depuis quelques semaines à la présidence du directoire de la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes, Jérôme Terpereau ne fait pas mystère des ambitions qu'il nourrit pour la caisse régionale. "Le financement de l'économie n'est pas un simple relais de croissance : si nous avons peut-être un peu de retard, nous devons prendre une place pleine et entière et être davantage visible", appuie le dirigeant. Pour autant les points forts énumérés resteront des priorités : "Immobilier d'entreprise, économie sociale et solidaire, logement social, financement des collectivités". Sans exclure de nouvelles pistes comme les projets autour du tourisme, "où il y a beaucoup de choses à faire", et dans la silver économie, "un sujet de préoccupation pour la population". Jérôme Terpereau salue d'ailleurs "le retour en force de la Caisse des dépôts dans les territoires" et entend "s'inscrire dans cette logique".

Un réseau physique préservé

A l'heure où certaines banques choisissent de réduire leur réseau physique, Jérôme Terpereau se veut "très pragmatique. Nous pouvons aujourd'hui nous appuyer sur un réseau très dense de 375 agences. On verra ce que veut le client. Pour le moment, on maintient et on s'adaptera." Un discours qui fait écho à ce que l'on entend dans la bouche d'autres dirigeants d'établissements et qui consistent à mettre la clientèle devant ses responsabilités : si elle ne se rend plus en agence au profit des services web, alors ces mêmes agences fermeront.

Comme ses confrères bancaires, la Caisse d'épargne doit composer avec "un environnement économique qui va mieux mais un monde financier très pénalisé par des taux négatifs. Ce qui explique la baisse de 5 % de notre résultat net en 2017, précise Jérôme Terpereau. La renégociation des prêts immobiliers liée à la baisse des taux représente des sommes colossales. Nous, banques, avons ainsi remis beaucoup de pouvoir d'achat dans les ménages, mais cela pèsera sur nos résultats nets pendant plusieurs années." En 2017, la caisse régionale a affiché un produit net bancaire (l'équivalent du chiffre d'affaires) de 497 M€ (- 5% par rapport à 2016) et un résultat net marqué par la même baisse, ressortant à 94 M€. Parallèlement les capitaux propres consolidés sont en progression de 171 M€, à 2,430 milliards d'euros. La CEAPC a enregistré sur cette même année 2017 5 milliards de crédits (contre 4,2 Md€ en 2016 et 3,6 Md€ en 2015), dont 3 milliards sur le crédit immobilier (tous marchés) et 620 millions sur le financement des PME et des professionnels. La Caisse régionale compte 331.000 sociétaires et emploie 2.800 personnes.

------

Son parcours
Jérôme Terpereau a été nommé président du directoire de la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes en remplacement de Jean-François Paillissé, dont le mandat arrivait à échéance. Agé de 49 ans, il intégre la Caisse d'épargne Centre Val-de-Loire en 1991 avant de rejoindre en 2003 la Caisse nationale des Caisses d'épargne. Nommé membre du directoire de la Caisse d'épargne de Midi-Pyrénées en 2008 en charge du pôle finance et moyens généraux ainsi que des filiales immobilières et de financement, il était depuis 2015 directeur général de Natixis Financement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :