La Nouvelle-Aquitaine produit 10 % de son électricité grâce aux énergies renouvelables

 |   |  467  mots
Avec 2,5 TWh en 2017, la Nouvelle-Aquitaine est la première région productrice d'électricité solaire de France.
Avec 2,5 TWh en 2017, la Nouvelle-Aquitaine est la première région productrice d'électricité solaire de France. (Crédits : RTE)
En 2017, 10 % de la production régionale d'électricité provient des énergies renouvelables, hors hydraulique : c'est un record. La Nouvelle-Aquitaine reste la 1ère région productrice d'énergie solaire et les capacités du parc éolien ont été augmentées de près de 30 %. Au total, la production de la région dépasse de plus d'un tiers sa consommation. Le secteur résidentiel reste le premier consommateur d'électricité avec 36 % de la consommation finale.

La production globale d'électricité en Nouvelle-Aquitaine a augmenté de 5 % par rapport à 2016 pour atteindre 54,3 TWh. Toutes filières confondues, la production annuelle couvre 137 % de la consommation régionale. En résulte un solde exportateur de 10,3 TWh, dont 4,8 sont exportés vers l'Espagne. Le bilan dressé par Réseau transport électricité (RTE), le gestionnaire du réseau électrique public, ce jeudi 26 avril, est l'occasion de revenir sur les chiffres de la consommation et production d'électricité en Nouvelle-Aquitaine.

La 1ère région de France productrice d'énergie solaire

La Nouvelle-Aquitaine reste la 1re région de France productrice d'énergie solaire avec une production de 2,5 TWh. Entre 2016 et 2017, la production d'électricité éolienne a augmenté de 30 % pour atteindre 1,2 TWh. Cette forte hausse permet à la production d'électricité renouvelable hors hydraulique d'atteindre un record : 5,3 TWh, soit 10% de la production régionale. Parallèlement, l'hydraulique a diminué de 28 % entre 2016 et 2017.

Cependant, le parc nucléaire représente près de 55% des capacités installées en Nouvelle-Aquitaine tandis que le parc renouvelable pèse 41%. La production nucléaire reste donc encore considérablement supérieure (45,1 TWh) et progresse toujours (+7 %), comme le thermique (+12,9 %).

La région n'atteint que 76 % de ses objectifs éolien et solaire concernant le développement des énergies renouvelables (EnR) fixés par les SRCAE (schémas régionaux climat air énergie) à l'horizon 2020. La région Nouvelle-Aquitaine s'est fixé l'objectif de raccorder un total de 5848 MW d'éolien et de solaire. Cet objectif est le deuxième plus élevé de France, derrière la région Occitanie.

Un secteur résidentiel qui consomme beaucoup

La consommation finale d'électricité en 2017 en Nouvelle-Aquitaine atteint 39,5 TWh et ne montre donc pas de hausse par rapport à l'année précédente ; corrigée des effets climatiques, elle est même à la baisse (-1 %). Les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, bioénergie) couvrent 18,1% de la consommation régionale. Elle représente 9 % de la consommation nationale, soit une part proportionnelle à son poids démographique (9,9 % selon l'Insee). Le secteur résidentiel est le premier consommateur d'électricité avec près de 36 % de la consommation finale, suivi par le secteur des entreprises (26,7 %), de la grande industrie (17,1 %), des PME/PMI (10 %) et du secteur des professionnels (10 %). La consommation des grandes industries de la région est en hausse (+3,1 % par rapport à 2016). 54 % de l'électricité qu'elles consomment l'est par les deux seuls secteurs du papier/carton et de la chimie/parachimie, contre seulement 7 % pour les transports ferroviaires par exemple.

Les investissements de RTE en 2017 s'élèvent à 133 M€, hors projet interconnexion électrique France-Espagne par le Golfe de Gascogne. Sont prévus 550 M€ d'investissements d'ici 2022 qui portent principalement sur l'adaptation du réseau au développement des énergies renouvelables et sur l'utilisation de technologies numériques.

(*) En incluant les projets ayant fait une demande de raccordement mais non encore raccordés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :