Silver économie : Alogia et Indépendance Royale se rapprochent

 |   |  566  mots
L'équipe d'Alogia avec Alexandre Petit, le président, 3e en partant de la gauche.
L'équipe d'Alogia avec Alexandre Petit, le président, 3e en partant de la gauche. (Crédits : Alogia)
C'est un mariage entre deux acteurs régionaux de la silver économie : les Bordelais d'Alogia rejoignent les Limougeauds d'Indépendance royale sous la houlette du fonds d'investissement Capextens de Dentressangle initiatives. Un rapprochement qui doit permettre à Alogia de s'imposer sur le marché national de l'autonomie et du maintien à domicile des personnes âgées. L'entreprise vise 800.000 € de chiffre d'affaires en 2018.

D'un côté Alogia, TPE en forte croissance créée à Bordeaux en 2014 et qui a généré 260.000 € de chiffres d'affaires l'an dernier (+136 %) dans les technologies de l'habitat en faveur de l'autonomie des personnes âgées. De l'autre, Indépendance royale, PME créée en 2003 à Limoges qui pèse 30 M€ de chiffres d'affaires (+21 %) et se présente comme le leader français des équipements de mobilité et d'autonomie des seniors (monte-escaliers, douches, baignoires, literie et scooters).

Une prise de participation

Ces deux entreprises régionales de la silver économie se sont officiellement rapprochées, mardi 17 avril, à l'initiative du fonds d'investissement Capextens de Dentressangle initiatives. "Il ne s'agit pas d'un rachat par Indépendance Royale mais d'une prise de participation dans Alogia par Capextens qui détient déjà des parts dans Indépendance royale", précise Alexandre Petit, le fondateur et dirigeant d'Alogia.

"On avait envisagé la possibilité de recourir à une levée de fonds auprès de business angels mais nous avons finalement écarté cette solution jugée trop chronophage. Nous cherchions donc un fonds pour nous accompagner sur notre développement national porteur de valeurs cohérentes avec les nôtres. Capextens qui est un fonds plutôt institutionnel, presque un family office, correspond bien à cette logique", poursuit Alexandre Petit qui reste président d'Alogia selon les termes de la transaction.

Le montant de celle-ci n'a pas été dévoilé mais il est inférieur aux critères de Capextens qui cible habituellement des PME réalisant entre 15 et 150 M€ de chiffre d'affaires en investissant entre 10 M€ et 80 M€ par opération. "Alogia est une exception pour Capextens car ils ont d'abord retenu la complémentarité de notre activité avec celles de leurs autres entreprises. Avec nos diagnostics, nous intervenons en amont d'Indépendance Royale", explique Alexandre Petit.

S'imposer sur le marché national

Le changement d'échelle pour s'affirmer sur le marché national sera le principal objectif de ce rapprochement. Indépendance royale et ses 47 salariés est en effet déjà un acteur incontournable sur le marché français et pourra donc baliser le chemin pour Alogia. "Il s'agit plus d'un rapprochement stratégique que sur le plan opérationnel. Des synergies potentielles sont envisageables mais on conserve deux entreprises bien distinctes sans partage des fonctions supports via la holding, par exemple", détaille le dirigeant d'Alogia qui travaille déjà avec plusieurs grands comptes tels que AG2R La mondiale, EDF, Malakoff-Médéric, la Caisse des dépôts et Pichet. Une fois l'essor national validé, le développement à l'international viendra dans une seconde phase et pourra s'appuyer sur les savoir-faire de Capextens.

Après trois ans de forte croissance de son chiffre d'affaires (40.000 € en 2015, 110.000 € en 2016 et 260.000 € en 2017), la PME bordelaise, installée désormais au Village by CA, vise la barre des 800.000 € en 2018. Elle s'appuie toujours sur une stratégie exclusivement BtoB autour de deux activités principales :

  • la veille technologique sur les produits favorisant l'autonomie des seniors ;
  • le diagnostic au domicile des particuliers mandaté par un professionnel de l'adaptation des logements.

Si la feuille de route est tenue, Alogia, qui emploie actuellement huit personnes CDI,  devrait recruter une dizaine de collaborateurs supplémentaires dans les deux ans avec un ancrage à Bordeaux mais aussi des représentants ailleurs en France. Les profils recherchés sont des experts des métiers de la silver économie, des ergothérapeutes et des commerciaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :