Le secteur aérospatial pèse près de 45.000 emplois en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  448  mots
Selon l'Insee et Aerospace Valley, la filière l’aérospatiale représentait 146 000 salariés en 2017 en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. 59 % se concentrent dans la zone d’emploi de Toulouse contre seulement 13 % à Bordeaux.
Selon l'Insee et Aerospace Valley, la filière l’aérospatiale représentait 146 000 salariés en 2017 en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. 59 % se concentrent dans la zone d’emploi de Toulouse contre seulement 13 % à Bordeaux. (Crédits : Insee)
Avec plus de 146.000 salariés dans 1.900 entreprises en 2017, la filière aéronautique et spatiale est un acteur économique de poids dans le grand Sud-Ouest, observe l'Insee. Cependant, près de 70 % de ces emplois sont situés en Occitanie contre seulement 30 % en Nouvelle-Aquitaine. Ainsi, malgré ses atouts dans la maintenance et la fabrication, Bordeaux (13 % des emplois) grandit encore à l'ombre de Toulouse qui reste, avec 59 % du total, l'incontestable capitale de l'aérospatiale.

Avec 3.300 nouveaux emplois créés en 2016 (+2,3 % sur un an), le secteur de l'aéronautique et du spatial se porte bien dans le grand Sud-Ouest, c'est-à-dire les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Selon l'étude de l'Insee, publiée le 30 mars et réalisée avec le pôle de compétitivité Aerospace Valley, cette filière représentait au 1er janvier 2017 près de 147.000 salariés répartis dans 1.900 entreprises, soit 6 % de l'emploi salarié marchand non agricole dans le grand Sud-Ouest et 20 % de l'emploi industriel.

Cependant, la répartition géographique est nettement à l'avantage de la Région Occitanie puisque plus des deux-tiers de ces emplois y sont situés (102.000 postes dans 1.100 entreprises) contre seulement 30 % en Nouvelle-Aquitaine (44.500 emplois dans 800 entreprises).

Insee-aéronautique-spatial

Un déséquilibre très net qui se retrouve à l'échelle des bassins d'emplois des deux métropoles concernées. Quand l'agglomération toulousaine, portée notamment par les grands constructeurs et motoristes comme Airbus ou ATR, concentre 59 % des salariés du secteur, celle de Bordeaux n'en accueille que 13 %.

"Outre l'activité de construction aéronautique et spatiale, Toulouse se caractérise par une forte implantation des sociétés d'ingénierie et d'informatique (Altran technologies, Alten Sud-Ouest, Assystem France), tandis que Bordeaux est plus spécialisée dans la fabrication d'équipements électriques et électroniques", souligne l'Insee.

A noter également, le dynamisme des Pyrénées-Atlantique autour des zones d'emplois de Pau (4 % des effectifs) et de Bayonne-Anglet-Biarritz (3 %), essentiellement dans la construction aéronautique et la métallurgie. Enfin, la filière est aussi présente à Châtellerault, Figeac, Tarbes-Lourdes et Foix-Pamiers qui regroupent, chacune, autour de 2% des emplois du secteur.

Une majorité de TPE

"Les entreprises têtes de filière (constructeurs, maîtres d'œuvre et motoristes) sont peu nombreuses (moins d'une vingtaine) mais de très grande taille : elles emploient à elles seules 43.000 salariés", explique l'étude.

Pour le reste, les sous-traitants représentent près d'une entreprise sur deux et emploient environ 38.000 personnes. En troisième position, viennent les sociétés d'ingénierie et de conseil en technologies avec 20.900 emplois. Les fournisseurs d'outils matériels ou de logiciels (9.300 salariés) et les prestataires de service (8.000 emplois) sont les deux autres familles d'entreprises les plus présentes dans la filière.

À noter que sur ces 1.900 entreprises de la filière, 1.200 emploient moins de 20 salariés mais elles ne représentent à elles seules que 5 % des effectifs totaux ! Plus précisément, environ 48 % des entreprises de la filière aéronautique et spatiale emploient moins de 10 salariés.

Enfin, ces entreprises sont faiblement diversifiées dans leurs débouchés puisque près d'une sur deux dépend à plus de 75 % du seul marché aérospatial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :