Quelles priorités pour Martin Leÿs, nouveau délégué régional d'EDF ?

 |   |  439  mots
Martin Leÿs, nouveau délégué régional d'EDF en Nouvelle-Aquitaine
Martin Leÿs, nouveau délégué régional d'EDF en Nouvelle-Aquitaine (Crédits : EDF)
Martin Leÿs a pris la direction d'EDF Nouvelle-Aquitaine. Le nouveau délégué régional fixe les priorités du groupe dans la région, appuyées sur les enjeux de la transition énergétique et la définition d'un nouveau mix entre les différentes énergies. Il annonce également que deux projets éoliens sont à l'étude sur le territoire de l'ex-Aquitaine.

Ancien directeur de cabinet de la délégation régionale d'EDF à Bordeaux, Martin Leÿs redécouvre la région depuis le début de l'année. Le dirigeant a fait du chemin, intégrant ensuite le cabinet de François Roussely alors PDG d'EDF en tant que conseiller social, passant six ans en Chine pour y accompagner le développement du groupe en Asie, revenant ensuite pour prendre le poste de directeur du dialogue social d'EDF à Paris qu'il a occupé pendant quatre ans.

Succédant à Benoît Thomazo en tant que délégué régional, Martin Leÿs pilote désormais au plan de la Nouvelle-Aquitaine un groupe qui pèse 9.000 salariés et qui y compte deux centrales nucléaires, à Blaye et Civaux, ainsi que de nombreux barrages hydrauliques dans la vallée de la Dordogne et dans les Pyrénées... Attaché au tryptique producteur-distributeur-commercialisateur revendiqué par le groupe EDF et ses nombreux filiales (Enedis, Dalkia, RTE...), le délégué régional a pour objectif de "se couler dans la Programmation pluriannuelle de l'énergie décidée par le gouvernement et dans les enjeux de la transition énergétique". En l'espèce, un bouquet énergétique plus équilibré entre les différentes énergies.

Au-delà des barrages hydrauliques déjà évoqués, et tout en rappelant que les deux centrales fournissent 105 % de la consommation électrique de Nouvelle-Aquitaine, Martin Leÿs veut avancer rapidement sur deux sujets : le photovoltaïque, avec le déploiement local du plan solaire de 30 GW annoncé récemment par le groupe. Martin Leÿs cite en exemple les ombrières photovoltaïques installées à la centrale du Blayais mais en imagine aussi sur les parkings de l'aéroport de Bordeaux Mérignac, par exemple.

L'éolien fait aussi partie des sujets stratégiques. Sur ce plan, feu-l'Aquitaine est la seule ex-région de France où aucune éolienne n'est installée. Une situation qui pourrait changer à en croire Martin Leÿs. Ce dernier cite un projet important envisagé sur des terrains situés derrière la centrale du Blayais, pour lequel des concertations ont déjà eu lieu, ainsi qu'un autre projet, offshore celui-là, pour installer des éoliennes près de l'île d'Oléron. Craint-il un accueil frais des habitants des environs et des collectivités ? "On ne peut pas nous dire qu'il y a trop de nucléaire et nous interdire de faire des projets", rétorque-t-il. La recherche de foncier disponible, notamment pour des centrales photovoltaïques au sol, fera aussi partie des défis des prochains mois pour pouvoir être en ligne avec le plan solaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2018 à 15:17 :
"On ne peut pas nous dire qu'il y a trop de nucléaire et nous interdire de faire des projets" : Ben si, si le remède est pire que le mal!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :