Nouvelle-Aquitaine : le nombre de ménages surendettés diminue de 6,4 %

 |   |  690  mots
(Crédits : Banque de France)
En Nouvelle-Aquitaine le surendettement est orienté à la baisse en 2017 conformément à la tendance nationale, selon la Banque de France. Les ménages surendettés sont moins nombreux mais souvent dans des situations plus difficiles avec un endettement lié aux charges courantes de la vie. 80 % d'entre eux gagnent moins de 2.000 € nets.

Après un repli de plus de 10 % en 2016, le nombre de ménages surendettés a à nouveau diminué de 6,7 % en France en 2017. Une tendance identique à celle enregistrée en Nouvelle-Aquitaine (-6,4 %) mais supérieure à celle constatée en Gironde (-4,2 %). "La diminution moins importante en Gironde est liée au dynamisme démographique du département qui tend à limiter la baisse du nombre de dossiers de surendettement déposés", a précisé David Duriez, responsable du service des particuliers à la direction régionale de Nouvelle-Aquitaine de la Banque de France, à l'occasion de la présentation du rapport annuel de la commission de surendettement de Gironde, jeudi 8 février.

80 % des ménages surendettés gagnent moins de 2.088 € nets

Les douze départements néo-aquitains affichent des profils contrastés. Quatre d'entre eux (Pyrénées-Atlantiques, Charente, Haute-Vienne et Corrèze) ont moins de situations de surendettement que la moyenne nationale qui s'établit à 343 dossiers pour 100.000 habitants de 15 ans et plus. A l'inverse, sept départements sont au-dessus de la moyenne tandis que le Lot-et-Garonne est le seul à dépasser la barre des 450 dossiers pour 100.000 habitants (462 exactement). Une situation qui s'explique notamment par des revenus moyens moins élevés, un nombre plus importants d'allocataires du RSA et un taux de pauvreté supérieur à la moyenne régionale.

Le critère financier reste en effet prépondérant dans le profil des ménages surendettés puisque dans la région près d'un tiers d'entre eux disposent de revenus inférieurs à 1.132 € nets et 80 % se situent en deçà de 2.088 € nets. A l'inverse moins de 1 % des ménages surendettés ont des revenus supérieurs à 4.099 € nets. La satisfaction de voir le nombre de dossiers de surendettement diminués est donc ternie par la détresse de ces derniers :

"Nous avons de moins en moins de dossiers mais de plus en plus de situations très complexes d'exclusion avec des dettes importantes liées à des charges courantes (82 % des dossiers) et à des accidents de la vie tels qu'un divorce ou un licenciement (85 %)", détaille David Duriez. "Il y a une très forte majorité de ces profils de surendettés passifs qui n'arrivent pas à faire face à leurs charges courantes et tombent dans la spirale du crédit. Les surendettés dits "actifs", qui multiplient les crédits à la consommation, restent très minoritaires autour de 15 %."

Un dossier sur deux n'a aucune capacité de remboursement

Au total, en France comme en Nouvelle-Aquitaine ou en Gironde, un dossier sur deux traités par les équipes de la Banque de France se caractérise par une absence totale de capacité de remboursement. Face à ces situations, les solutions apportées par la Banque de France se répartissent de la manière suivante :

  • 36 % des dossiers correspondent à un effacement total des dettes au détriment des créanciers avec une inscription pour cinq ans au fichier national des incidents de remboursement des crédits au particulier ;
  • 37 % des dossiers font l'objet d'un effacement partiel et/ou d'un réaménagement imposé ou recommandé du remboursement sur 7 ans ou plus ;
  • 13 % des dossiers permettent un remboursement complet des dettes contractés.

En Nouvelle-Aquitaine, le montant moyen du surendettement s'établit à 45.000 € répartis sur près de neuf dettes par ménage concerné. Ce montant dépasse 46.000 € en Gironde, en Charente-Maritime et en Corrèze et atteint un pic de près de 52.000 € dans les Landes.

Dans la région, 80 % des ménages surendettés présentent une combinaison de dettes financières, de dettes à la consommation et de dettes de charges courantes tandis que les dettes immobilières n'interviennent que dans 13 % des dossiers (14,4 % au niveau national). Une proportion qui tend cependant à augmenter ces dernières années, portée par la hausse des prix de l'immobilier. Hors immobilier, le montant moyen du surendettement s'établit à 28.000 € par ménage au niveau national et néo-aquitain et grimpe jusqu'à 32.000 € en Gironde.

Portrait robot du néo-aquitain surendetté

Dans la région, le ménage surendetté "type" est une femme (54 %) en couple (50 %) sans personne à charge (58 %) âgée de 35 à 54 ans (52 %) locataire de son logement (73 %) et dotée d'un emploi en CDI ou CDD (33 %) ou au chômage (28 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :