Les scooters électriques en libre service de Yugo arrivent à Bordeaux

 |   |  869  mots
Après Barcelone puis Madrid, Yugo va tester son service à Bordeaux
Après Barcelone puis Madrid, Yugo va tester son service à Bordeaux (Crédits : Yugo)
Une flotte de scooters électriques accessibles en libre service, grâce à une application mobile, sera déployée à partir du début du mois de février à Bordeaux sous la marque Yugo. Olivier Aureille, porteur du projet avec deux associés, dévoile à La Tribune ce projet test en France.

Née en Espagne sous l'impulsion d'entrepreneurs français, la startup Yugo a débuté ses opérations en février 2016 à Barcelone où elle a déployé à ce jour une flotte de plus de 200 scooters électriques en libre service. Après avoir également pris pied à Madrid, Yugo prépare son arrivée dans d'autres villes espagnoles (Saragosse, Valence...) et met également un pied en France, à Bordeaux. Trois porteurs de projet, tous les trois ingénieurs, François Maurice, Thierry Lecoq et Olivier Aureille, s'apprêtent à y déployer ce service sous la marque Yugo.

Président de la société E-scoot qui est derrière cette initiative, Olivier Aureille a travaillé pendant 10 ans chez L'Oréal en France et au Japon, sur des sujets de supply chain, avant de quitter le groupe pour se lancer dans une aventure entrepreneuriale. Depuis quelques mois, il travaille avec ses deux sociétés au lancement de l'offre à Bordeaux.

Yugo fonctionne sur le principe du free floating. Pas de stations où garer le véhicule. Les utilisateurs pourront, grâce à l'application mobile de Yugo, repérer sur une carte le scooter électrique géolocalisé le plus proche, le réserver pour les 15 prochaines minutes le temps de le rejoindre, le déverrouiller, ouvrir le top case où ils trouveront deux casques, et démarrer l'engin pour partir à l'aventure. Une fois utilisé, le scooter électrique peut être déposé n'importe où, tant qu'il est garé sur un emplacement dédié aux deux-roues comme le prévoit le Code de la route. En tarif de croisière, hors offre de lancement, il faudra compter sur un coût de 22 centimes par minute d'utilisation. Yugo ne proposera ni abonnement ni ne fera payer de droit d'entrée.

Dans Bordeaux intra-boulevards

"Nous allons lancer le service au début du mois de février, précise Olivier Aureille. D'ici au printemps nous aurons déployé 50 scooters électriques dans Bordeaux intra-muros, dans le périmètre des boulevards, y compris dans le quartier de la Bastide."

Ce périmètre est important car les utilisateurs de ce service devront le respecter. Pour d'évidentes questions de logistique et de gestion d'une flotte assez peu dense au moins au début, le centre-ville est privilégié. Si d'aventure le conducteur dépasse le périmètre établi par la startup, cette dernière sera automatiquement prévenue et appellera l'utilisateur sur son téléphone pour lui enjoindre de revenir vers la zone autorisée.

Yugo scooter Bordeaux

Le périmètre de Yugo est circonscrit au centre de Bordeaux, à l'intérieur de la zone délimitée par les boulevards, incluant le quartier de la Bastide sur la rive droite

Sans stations, la question de la recharge des scooters électriques pouvait se poser. Yugo a résolu le problème :

"Dès qu'un scooter passera sous la barre des 20 % de batterie, nous le visualiserons sur la carte et nous irons nous-mêmes changer sa batterie. Cela nous permettra également de nous assurer du bon état du véhicule, de vérifier qu'il est garé correctement et de le déplacer si nécessaire."

Autre avantage : le remplacement d'une batterie à plat par une batterie chargée permet de s'épargner le temps de charge et donc de réduire le temps d'immobilisation du scooter.

Le free floating en question

Reste maintenant à voir quel sera le comportement des utilisateurs vis-à-vis des véhicules mis à leur disposition. Plusieurs opérateurs privés sont récemment arrivés en France avec des offres de vélo en free floating similaires. Gobee Bike, Obike et Ofo ont tous été confrontés à des actes de vandalisme et d'incivilité très importants qui impactent les comptes de ces entreprises et qui ont par exemple conduit Gobee Bike à se retirer de Lille et de Reims après quelques mois d'activité seulement.

"On sait parfaitement que ça arrivera et on a d'ailleurs une ligne budgétaire prévue à cet effet, explique Olivier Aureille. Mais on part aussi du principe que la très grande majorité des utilisateurs auront envie que le service perdure et donc qu'ils prendront soin du matériel. La géolocalisation des scooters nous permettra aussi de savoir qui l'a réservé en dernier. A Barcelone il n'y a pas eu beaucoup de casse. Même si en France, les comportements sont différents et que ce n'est peut-être pas un bon benchmark", sourit le porteur de projet.

Le développement récent du free floating a aussi généré des problématiques d'occupation de l'espace public, avec des vélos garés n'importe où, au beau milieu des trottoirs notamment. Sur ce point, Olivier Aureille et son équipe comptent faire preuve de pédagogie dès que possible et rappeler que le fait de se garer sur un emplacement deux-roues est imposé par le Code de la route. Olivier Aureille dit avoir contacté plusieurs personnes à la mairie de Bordeaux pour en discuter mais n'avoir pas encore eu l'occasion de présenter les projets de la startup.

Yugo Bordeaux débutera avec une équipe de 6 personnes, dont un mécanicien et plusieurs personnes chargées du service client et du changement des batteries électriques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2018 à 16:32 :
Qu elle est l applications a télécharger
a écrit le 30/05/2018 à 6:39 :
Bonjour,
Je viens de découvrir vos services Dans la rue inscrivant yugo sur les scooters.
J’étais étonné est souhaite également utiliser vos scooters avec impatience pour la simple raison que je n’ai pas les moyens d’en acheter un même après avoir passer la formation du 125 cm3.
Je réside cenon et travaille au bassin à flots.
Pourriez-vous m’informer à ce sujet là svp ?
Merci d’avance
a écrit le 10/04/2018 à 11:07 :
quelle est l'application à télécharger sur mon smatphone pour utiliser yugo????????
a écrit le 27/02/2018 à 16:43 :
Bluffé par le système,
Localisation hyper précise, facilité de démarrage et de prise en main, de la propreté de la machine aux charlottes du top case, rien à redire !
Réactivité sans délai des interlocuteurs par tchat, vraiment félicitations sur toute la ligne, jusqu'au prix... plus compétitif que le tram sur courte distance.
Longue vie à yugo
a écrit le 20/01/2018 à 20:49 :
Attention aux accidents !!!!!!
a écrit le 19/01/2018 à 13:37 :
Bonjour,

Très bonne initiative, peut-être à plus long terme les scoots seront accessibles aux villes en périphérie de Bordeaux.
Je vous souhaite le succès!
a écrit le 18/01/2018 à 10:03 :
Bonne chance de réussite à ce projet

L'autre avantage qu'offrent les villes du sud est de disposer de plus de soleil et donc d'avoir plus de jours d'usage possibles sur l'année (par rapport aux concurrents présents sur Paris (Coup, Cityscoot,...)
A propos de soleil, pourquoi ne pas pousser le concept jusqu'à recharger les batteries avec de l’électricité produite à partir de renouvelables ?
Ce n'est probablement pas impactant sur le prix d'usage, mais cela apporterait un argument marketing à valeur ajoutée environnementale.
a écrit le 17/01/2018 à 8:39 :
Bravo E-scoot, enfin de beaux scooters pour sillonner cette belle ville de Bordeaux en douceur! Esperons que ce soit le début d'une longue et belle aventure !!
Réponse de le 17/01/2018 à 12:51 :
Merci du soutien Ghislain !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :