Le numérique pèse 60.000 emplois en Nouvelle-Aquitaine

 |  | 811 mots
(Crédits : DR)
Malgré un environnement économique favorable, la Région Nouvelle-Aquitaine demeure peu spécialisée dans le secteur du numérique. L'Insee vient de dévoiler ses chiffres pour la période 2009-2014. Avec 60 000 emplois répartis dans 21.000 établissements, la Région se positionne au 8e rang des régions métropolitaines en matière d'emploi numérique, avec une part d'emplois est en dessous des moyennes régionales à 2,6 % contre 3,0 %.

Même si le secteur du numérique est en plein essor en Nouvelle-Aquitaine, son action en matière d'emploi et son poids économique restent modestes. Il ne compte que pour 2,6 % de l'emploi total. 61 % de ces emplois sont captés par les activités des technologies de l'information et de la communication (TIC), suivis par la publicité-communication à 18 %, les contenus et supports à 14 % et les autres technologies numériques à 7 %.

Pourtant sur la période 2009-2014, la région est une des plus dynamiques de France (5e rang) et l'économie numérique est le secteur qui croît le plus avec 2.000 postes créés. Malgré tout, l'étendue de la région joue en sa défaveur et la structure de l'appareil productif local ne suit pas, d'après l'Insee.

Un tissu économique soutenus par les PME et ETI

La Nouvelle-Aquitaine est peu spécialisée dans le numérique et sa répartition dans les catégories d'entreprises est singulière. Neuf entreprises sur dix sont des microentreprises. Pourtant, elles n'emploient que 13 % du secteur numérique. Les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de tailles intermédiaires (ETI) concentre 45 % des emplois (contre 52 % en France métropolitaine), tandis que les entreprises de grande taille (Thales, Orange, Sud Ouest, Cap Gemini, Bouygues, SFR, France Télévision, Gifi...) en regroupent 42 %.

A noter que 35 % des centres de décisions ne se trouvent pas dans la Région, mais principalement en Île-de-France et 10 % à l'étranger.

Pour accompagner ces entreprises en plein essor (+ 3,5 % entre 2009 et 2014), l'État et la Région Nouvelle-Aquitaine soutiennent à différents niveaux, le développement de la transition numérique à travers des schémas départementaux d'aménagement numérique, des crédits d'impôts recherche et innovation, une dynamique collaborative ou encore des clusters, relève l'Insee.

La métropole bordelaise sort du lot

La métropole bordelaise est la zone géographique de la région Nouvelle-Aquitaine qui concentre le plus les activités numériques. 43 % des emplois de cette filière y sont implantés contre 23 % des autres emplois. Plusieurs facteurs contribuent à cette place de moteur. Non seulement, sa proximité avec les marchés, les infrastructures et les atouts techniques lui donnent une attraction naturelle, mais en plus les opportunités en matière immobilière (espaces de travail partagé, incubateurs, pépinières...) sont des choix déterminants. D'ailleurs la métropole bordelaise a bénéficié de la reconduction de son label French Tech en juillet 2016.

Lire aussi : Numérique et startups : que vaut vraiment Bordeaux ? (1/8)

Pour les zones de Niort et de Poitiers l'emploi numérique est également "surreprésenté" mais dans une moindre mesure. En ce qui concerne les zones d'emplois de Brive-la-Gaillarde, La Rochelle, Bayonne et Pau, elles correspondent au poids du reste de l'économie régionale. Les zones où l'emploi numérique est le moins représenté sont Limoges ou encore Angoulême.

L'essentiel des actifs ? Des hommes cadres salariés plutôt jeunes et très diplômés

Même si les actifs du secteur sont majoritairement des salariés travaillant en CDI et généralement à temps plein, le statut de non-salarié indépendant est en plein essor. +35 % entre 2009 et 2014. Cette augmentation a été poussée en 2009 par la création du statut d'auto-entrepreneur. Quand on regarde de plus près les disparités dans le genre, les hommes travaillent majoritairement dans le numérique et "ce caractère tend à se renforcer avec le temps" précise l'étude de l'Insee. La part des femmes a perdu deux points durant cette même période pour ne représenter que 35 % des actifs, alors qu'elles ont pris de l'importance dans l'économie néo-aquitaine (49 %).

"Tous sexes confondus, les cadres et les professions intellectuelles supérieures représentent 38 % des emplois du numérique, contre 13 % dans l'ensemble des secteurs, souligne l'étude de l'Insee. En 2014, 60 % des actifs occupés dans ce secteur sont diplômés du supérieur, bien plus qu'au niveau de l'ensemble de l'économie régionale."

Les emplois du secteur numérique sont des jeunes actifs. Les moins de 35 ans représentent 32 % de l'emploi, alors que 29 % d'entre eux occupent un emploi dans l'ensemble de l'économie régionale.

Reste à se mettre d'accord sur le corpus même du champ exploré : quelle définition pour le numérique ? L'Insee reconnaît qu'elles sont multiples et qu'aucune ne fait consensus. Elle a cette fois retenu un "périmètre élargi" formalisé par elle-même, la Dares et la DGE, englobant l'aspect "technologies numériques" (TIC et activités industrielles connexes) et l'aspect "création et distribution de contenus numériques". L'Insee a fait le choix d'intégrer les activités de "publicité et communication", en complément des "contenus et supports numériques" définis par l'OCDE en 2007, au regard de leur forte mutation depuis cette période.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :