Alliance fait feu de tout bois pour rentabiliser ses forêts

 |   |  550  mots
Stéphane Vieban, Henri de Cerval, Jean-Philippe Déjean
Stéphane Vieban, Henri de Cerval, Jean-Philippe Déjean (Crédits : Agence Appa)
Renouveler une forêt en perte de vitesse tout en maintenant un tissu industriel local autour du bois. C'est le difficile équilibre que la coopérative Alliance Forêts Bois tente de tenir depuis sa création en 2014.

Henri de Cerval, président et Stéphane Vieban, directeur général d'Alliance Forêts Bois, interviewés par Jean-Philippe Déjean, ont présenté lors du Petit Déjeuner de La Tribune organisé au Village by CA de Bordeaux, en partenariat avec le Crédit agricole d'Aquitaine, leurs actions, ainsi que leurs ambitions pour la forêt.

"Les propriétaires privés ont une ressource qui a du potentiel." C'est le message qu'a fait passer Stéphane Vieban. Essentiel pour motiver les 40.000 adhérents de la coopérative à s'impliquer dans la gestion d'un patrimoine à la rentabilité sous-estimée (de 2 à 6 % par an). La première coopérative forestière de France, qui s'étend sur les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie Pyrénées Méditerranée, commercialise 3 millions de m3 par an (10 à 15 % des ventes de bois privé en France) répartis en bois d'œuvre (sciage), bois d'industrie (pâte à papier) et bois énergie. Elle enregistre 190 millions d'euros de chiffre d'affaires, comptabilise 40 millions d'euros de fonds propres, emploie 500 personnes et génère 1.300 emplois indirects. Une belle puissance économique et une croissance liée à la fusion progressive de nombreuses coopératives départementales puis régionales, ainsi qu'au travail du groupe coopératif pour trouver les débouchés et répondre aux attentes de ses 500 clients.

Innovation et plantations

Pourtant, les deux représentants sont inquiets : "Nous sommes face à un déficit de renouvellement de la forêt, reconnaît Henri de Cerval, si on continue comme ça, il n'y aura plus de ressources dans 10 ou 15 ans ; aujourd'hui nous importons beaucoup de bois." Alors la plus grande coopérative forestière de France investit dans la recherche - une équipe dédiée avec 500.000 € de budget annuel travaille à la création d'outils pour accroître la rentabilité et à l'implantation de nouvelles essences - et séduit les mécènes. En 2016, Alliance Forêts Bois crée le fonds de dotation "Plantons pour l'avenir" et enregistre à ce jour 500 hectares de forêt plantés, soit 1 million d'arbres. "Pour avoir une économie, il faut planter et régénérer", insiste Stéphane Vieban. Un travail également permis par la pépinière d'Alliance, Forélite, qui produit un tiers des arbres plantés en France. Si Alliance a un rôle de conseil auprès des propriétaires et de services liés aux travaux sylvicoles ou à l'exploitation, "notre job est d'approvisionner les industriels", précise Henri de Cerval, parfois tentés par le bois étranger. Plus adapté aux contraintes de la construction bois, par exemple. Alliance tient le cap et poursuit son ambition de muscler cette filière économique. A la fin de l'année, la coopérative intégrera à son périmètre la Bretagne, la Normandie, la région Pays-de-Loire et une partie de l'Ile-de-France, soit 3.000 adhérents et 100.000 hectares de forêts supplémentaires. "La notion d'espace impliquée par la forêt ne doit pas être mise en contradiction avec sa valorisation économique", rappelle Henri de Cerval.

--------

Alliance Forêts Bois en chiffres

  • 1 arbre planté toutes les deux secondes
  • 13 agences
  • 10.000 tonnes de bois livrés par jour
  • 45 % des ventes destinées au bois d'œuvre
  • 50 à 100.000 tonnes de bois exporté par an
  • 20 millions de plants installés en 2015 et 17 000 ha reboisés

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :