Bordeaux : Astéries, le coach connecté qui gère l’eau des piscines

 |   |  754  mots
Astéries propose un traitement automatique de l'eau des piscines via des sondes de surveillance et des pompes réactives qui traitent l’eau en temps réel.
Astéries propose un traitement automatique de l'eau des piscines via des sondes de surveillance et des pompes réactives qui traitent l’eau en temps réel. (Crédits : Marine Monteils)
En 2014, Baptiste Berneron rachetait la société d’entretien de piscines de particuliers Nette Piscine, à Bruges. Trois ans après, l’entreprise s’adresse sous la marque Astéries aux exploitants de piscine pour automatiser la gestion de l’eau via des sondes qui surveillent à distance sa qualité et des pompes réactives qui la traitent en temps réel.

Nette Piscine était une société d'entretien de piscines de particuliers uniquement. Après l'avoir rachetée en 2014, via les Nocturnes de la transmission de la CCI Bordeaux, Baptiste Berneron commence à assurer l'entretien de quelques piscines de résidences, mais les procédures ne correspondent pas aux normes et l'ARS (Agence régionale de santé) rappelle à l'ordre les copropriétaires. Faute de solutions à part celle qui consiste à mettre de l'humain sur site en permanence, ce qui est impossible pour une société qui compte deux salariés, il décide de développer une solution applicable à ce type de bassins soumis à des normes régies par le ministère de la Santé.

"Des systèmes de surveillance et d'injection existent déjà. Je suis allé chercher dans l'offre piscine disponible mais cela s'est soldé par des échecs permanents car les paramètres tels que température extérieure, temps orageux, qualité de baignade (douche avant ou pas), maillot, dimensionnement de la filtration, qui impactent la qualité de l'eau, n'étaient pas pris en compte, explique-t-il. Aujourd'hui il existe beaucoup d'offres commerciales pour l'analyse de l'eau mais il me fallait une machine qui fasse des analyses, retours permanents, prévisions, et qui soit adaptable à tous les locaux. J'ai trouvé un fournisseur français pour la fabriquer."

Nette Piscine devient alors Astéries, nom savant pour désigner une étoile de mer, animal marin très sensible à l'espace aquatique dans lequel il évolue. La société fait appel à BeeMyBees pour entamer sa transformation numérique. Elle va digitaliser une procédure qui lui permet de coacher en permanence les exploitants de piscines.

"Nous proposons un service global qui n'existait pas : nous avons l'œil sur les piscines en permanence. C'est de l'industrie de pointe, avec un centre de contrôle qui fournit des alertes permanentes. Je peux tout de suite appeler l'exploitant pour dire : "là attention, problème de clore". Nous anticipons les problèmes de clients, nous savons avant eux qu'il y a un problème."

Prévention avant tout

"Une piscine, c'est 80 % d'hydraulique, 20 % qualité de l'eau. A moins de 100 %, ça ne fonctionne pas, on ne peut pas faire à moitié. Il faut qu'il y ait une volonté du client au départ pour que ce soit délégué et que l'on soit le coach. Tout ce qui est maintenance hydraulique est externalisé car si cette partie ne fonctionne pas, mon système ne peut pas fonctionner. Nous avons signé un partenariat qui est fort et essentiel : si une pompe lâche, ma machine ne sert à rien. L'entreprise que nous avons choisie, Assistance Piscine à Margaux, a tous les agréments. Le client à affaire directement à la société pour cette partie. Nous garantissons les meilleurs prix par rapport à la qualité, ils n'y a pas de surfacturation."

Astéries développe désormais deux applications, l'une pour les particuliers, l'autre pour les professionnels, avec un coach adapté à chaque situation : alarme pour faire les analyses, possibilité d'accès à la formation si la personne habituellement responsable est absente, etc. pour un accompagnement qui se veut le plus complet possible.

Le digital a atteint en 6 mois 35 % du chiffre d'affaires global de la société, qui a enregistré un volume d'activité de 150.000 € sur 2016/2017 (clos en avril), et devrait atteindre 300.000 € l'an prochain.
La société de Bruges, qui intervient en Gironde, compte dans l'immédiat 20 machines installées, dont 4 chez des particuliers, l'objectif est d'atteindre 50 en fin d'année, qui s'ajoutent aux 80 piscines de particuliers en exploitation traditionnelle aujourd'hui :

"L'entreprise a 10 ans, nous sommes restés sur un segment de qualité, c'est ce qui nous fait vivre. Aujourd'hui la société compte dans son portefeuille des clients haut de gamme, spas, résidences en copropriété, particuliers qui louent leur maison au Cap Ferret. Cela reste du haut de gamme pour les particuliers mais nous restons très compétitifs pour les pros."

Par ailleurs la société Astéries ne se segmente pas qu'aux piscines, mais surveille aussi fontaines, bassins d'agrément, aquariums. "Nous avons de belles perspectives d'évolution, que ce soit en termes de volumes ou de types de marché." Baptiste Berneron, qui recrute une troisième personne, envisage à moyen terme une levée de fonds pour se donner les moyens financiers d'accélérer après avoir tout autofinancé. Il a par ailleurs pitché cette semaine au Village CA Aquitaine ; il s'agissait d'une dernière étape avant peut-être de rejoindre à la rentrée prochaine cet espace du Crédit agricole dédié à l'innovation. Verdict début juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :