Bordeaux : la métropole entièrement couverte par la fibre en 2020

 |   |  548  mots
Vincent Bouyer, directeur d’Orange Sud-Ouest
Vincent Bouyer, directeur d’Orange Sud-Ouest (Crédits : Appa)
Vincent Bouyer, directeur d’Orange Sud-Ouest, a fait le point sur le déploiement par l’opérateur de la fibre en Nouvelle-Aquitaine, qui couvrira totalement Bordeaux en 2018 et sa métropole en 2020. Il a abordé également les solutions alternatives, entre montée en débit dans les zones rurales et développement de la 4G.

Alors que les besoins de ses clients se font de plus en plus forts en lien avec le développement de la data ou encore des objets connectés, Orange Sud-Ouest a fait le point hier sur ses investissements réseau en région, notamment dans la fibre.
L'opérateur intervient sur ces équipements en fonction de trois modalités fixées par le régulateur. Ainsi dans les zones très denses, ouvertes à tous les concurrents, comme Bordeaux et Poitiers, 80.000 logements étaient éligibles à la fibre fin 2016 à Bordeaux ; 30.000 sont à venir. Plus largement dans la métropole, 181.000 sont désormais concernés (67.000 à venir). Bordeaux sera entièrement couvert pour fin 2018. La couverture totale de la métropole est prévue pour fin 2020, alors que Bayonne par exemple est déjà couverte intégralement.
Deuxième modalité d'intervention : les zones AMII (Appel à manifestation d'intentions d'investissements), qui font l'objet d'un accord avec l'Etat pour définir quel opérateur investit pour son compte ou ceux qui souhaitent co-investir, et que la concurrence peut utiliser. Fin 2016, 90 communes de Nouvelle-Aquitaine, par le biais de conventions signées avec l'Etat, étaient lancées en zone AMII, faisant passer le nombre de logements éligibles de 280.000 à 448.000, pour 650.000 annoncés en 2017.

Sur ces zones, "un client qui n'est pas éligible à la fibre peut en faire la demande : il faut une prise d'intérêt. Cela permet des arbitrages ensuite selon les zones. C'est ce qui s'est passé dans le quartier des Chartrons à Bordeaux, où la demande était importante", explique Philippe Arnoud, directeur fibre Orange Sud-Ouest.

Le site dédié : reseaux.orange.fr. Mais il faut patienter 18 à 24 mois entre le choix de la zone par l'opérateur et l'éligibilité du client, prévient l'opérateur. Un travail de fourmi, marqué par les jalons réglementaires définis par l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

"C'est un challenge industriel assez fort, commentait hier Vincent Bouyer, directeur d'Orange Sud-Ouest. Il y a une appétence très forte à la fibre, une vraie attente."

En dehors des zones concernées par ces deux possibilités, reste la solution des RIP, ou Réseaux d'initiatives publiques, qui permettent de définir un plan d'investissements cofinancé par les opérateurs et la collectivité pour des zones qui nécessitent des moyens plus élevés en fonction de leur éloignement des villes. En Gironde, le Département a lancé un appel d'offres clos à la mi-mars.

En attendant le déploiement de la fibre, Orange investit également sur le cuivre et poursuit les raccordements pour offrir sur l'ADSL un meilleur débit. 180.000 foyers en ont bénéficié en 2016.
Le groupe, qui poursuit l'extension de son réseau 4G, revendique une couverture de 88 % de la population française (68 % sur les territoires ruraux, avec 5 millions d'habitants de zones rurales supplémentaires concernés en France en 2017). 470.000 clients de Nouvelle-Aquitaine en ont bénéficié en 2016. Orange va par ailleurs lancer son offre "4G Home", qui consiste à utiliser le réseau 4G pour accéder au haut débit depuis son domicile. L'opérateur propose enfin l'accès au haut débit par satellite via dédiée sa filiale Nordnet.

----------------------


Lire également :
"Fibre : SFR poursuit son lobbying anti-Orange"
Avec sa box 4G, Bouygues Telecom attaque Orange dans les campagnes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :