Entomo Farm installe son site industriel à Libourne et ouvre son capital

 |   |  657  mots
Grégory Louis et Clément Soulier, cofondateurs d’Entomo Farm, ont choisi d'installer leur nouveau site industriel à Libourne.
Grégory Louis et Clément Soulier, cofondateurs d’Entomo Farm, ont choisi d'installer leur nouveau site industriel à Libourne. (Crédits : Appa)
L’agrotech bordelaise Entomo Farm, qui produit des farines d’insectes, va déménager sur un nouveau site industriel qu’elle est en train de finaliser à Libourne. Elle ouvre également son capital pour porter son développement, espérant un closing au printemps.

Jusqu'à présent installée sur l'Ecoparc de Blanquefort, Entomo Farm, société dédiée à la mise au point d'un système éco-industriel pour l'élevage d'insectes et leur transformation en farine pour l'alimentation animale, vient d'investir à Libourne dans un nouveau site industriel qui sera opérationnel au printemps 2017. Après la saturation de son unité pilote de 50 m2 à Blanquefort, la société avait dû augmenter sa surface de production pour atteindre 125 m2. Mais elle doit désormais changer d'échelle pour accompagner son développement.

Les livraisons de farines animales ont commencé en fin d'année, avec régularité désormais puisque l'entreprise travaille notamment avec les structures de R&D des grands groupes qui préparent la montée en puissance de ce type de farines destinées à remplacer les farines de poissons dans la composition de l'alimentation animale.

"Notre produit est aujourd'hui vendu beaucoup plus cher mais quand nous commencerons à livrer de grandes quantités en 2018-2019, nos prix ne rapprocheront de ceux des farines de poissons", explique Grégory Louis, cofondateur de la société avec Clément Soulier.

Entomo Farm doit monter en puissance alors que son principal concurrent, Ynsect, installé dans le Jura, vient de lever 14,5 M€.

"Ils lèvent beaucoup d'argent c'est vrai, mais notre outil industriel coûte moins cher que celui de notre concurrent. Nous avons dans notre équipe des gens très dynamiques, des experts, ce qui nous a permis par exemple d'internaliser les compétences en ingénierie. Nous avons par ailleurs un système de production lancé et éprouvé et notre process de transformation d'insectes est très performant."

Ecosystème favorable

Entomo Farm Libourne

Le futur site d'Entomo Farm à Libourne

L'entreprise a donc porté son choix sur un site de 4.000 m2, ancien entrepôt de stockage d'électroménager de Pro'n Cie, à Libourne. Le choix de cette implantation, qui va s'accompagner cette année de 15 nouveaux emplois en plus des 15 que compte déjà la société, s'est fixé en fonction de la proximité de l'ETI Ceva Santé animale et de Fermentalg.

"C'est en grande partie ce qui a motivé notre implantation  à Libourne, explique Grégory Louis. Il y a un écosystème qui est différent de celui de l'Ecoparc, c'est très orienté biotech, greentech, alimentation humaine et animale. Pouvoir échanger avec ces entreprises, c'est ce qui est aussi motivant pour nous."

Entomo Farm cherche désormais à lever plusieurs millions d'euros et ouvre son capital, ciblant les fonds d'investissement. Entre partie dilutive, dette et subvention, elle espère un closing pour ce premier semestre. Car les projets sont nombreux.

Nouveaux produits en 2017

Si la farine a le plus fort impact puisque le produit se positionne en alternative aux farines de poissons, l'AgroTech met au point deux autres produits : de l'huile et des biostimulants. L'huile, riche en acides gras insaturés, dispose d'un profil très similaire à l'huile d'arachide. Encore au stade de la R&D, ce produit sera finalisé et présentable au 2e semestre 2017. Entomo Farm travaille également sur les biostimulants, ou engrais, à partir des déjections des insectes, résidus de son élevage.

"Notre modèle est basé sur le cradle to cradle : tout ce que l'on produit, on peut le recycler", précise Grégory Louis

La commercialisation est également programmée pour le 2e semestre 2017. La société, qui a déjà signé des contrats avec Caviar de Neuvic ou Aquaprimeur, vise aussi directement les fabricants d'aliments pour animaux qui peuvent intégrer ses farines dans leurs prémix.

Si la fabrication d'usines d'élevage était la première raison d'être d'Entomo Farm, l'entreprise a revu sa stratégie pour produire et commercialiser elle-même ses farines et démontrer l'efficacité de son système. Dans cette même logique, elle commencera par installer ses propres fermes d'insectes. Entomo Farm envisage également de créer une filiale en Afrique, projet qui devrait se concrétiser à l'horizon 2018-2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :