Calldoor, pionnier de la french déconnection ?

 |   |  722  mots
Outil de contrôle et de gestion des consommations des smartphones pro, le service Calldoor est désormais un atout de poids pour les entreprises qui mettent en place et veulent faire respecter une charte lié au droit à la déconnexion pour leurs salariés.
Outil de contrôle et de gestion des consommations des smartphones pro, le service Calldoor est désormais un atout de poids pour les entreprises qui mettent en place et veulent faire respecter une charte lié au droit à la déconnexion pour leurs salariés. (Crédits : Pascal Rabiller)
Startup basque installée à Bidart, ED2 a créé Calldoor, un service qui permet la gestion à distance des flottes de téléphones professionnels. Elle pourrait être une des grandes gagnantes du tout nouveau “droit à la déconnexion” qui s’impose, par la loi, depuis 1er janvier, aux entreprises françaises de plus de 50 salariés. Explications.

Vous travaillez dans une société de plus de 50 personnes ? Vous disposez d'un smartphone professionnel ? Sachez que depuis le 1er janvier, la loi française, et c'est unique au monde, vous offre la possibilité d'un "droit à la déconnexion".
En clair, la loi ou plutôt l'article 55 de la loi El Khomri prévoit (et c'est ajouté dans le code du travail) que dans chaque entreprise de 50 salariés et plus, la direction a l'obligation de mettre en place une charte sensée réguler l'usage des mails et SMS professionnels afin d'établir une frontière entre vie privée et vie professionnelle notamment lors des temps de repos, le soir, le week-end, voire même la nuit.

De la gestion des factures...

Quand Edouard Mongrand, professionnel du monde de la téléphonie, et Edouard Alquié, consultant, ont créé ED2 et surtout un service innovant, Calldoor, permettant à des entreprises de gérer au plus près les usages et les consommations de flottes de téléphones professionnels qu'elles confient aux salariés, le droit à la déconnexion n'était pas encore un sujet. Sauf peut-être pour des groupes pionniers de la "digital detox" comme Orange, Allianz ou La Poste qui, dès 2014, instauraient des blocages d'e-mails entre 20 h et 7 h du matin.

"Ce n'était encore qu'un concept en janvier 2015, mais le rapport commandé par le gouvernement au DRH d'Orange Bruno Mettling sur la "transformation numérique et la vie au travail" a contribué, par ses recommandations, à faire du droit à la déconnexion un vrai sujet. Cela n'a fait que confirmer la pertinence de nos travaux et de notre service Calldoor", reconnaît Edouard Mongrand, cofondateur de ED2, société installée au sein de la technopole Izarbel à Bidart en Pyrénées-Atlantiques.

Calldoor est une solution soutenue par la CCI de Bayonne Pays basque, Bpifrance, la Nouvelle-Aquitaine et bénéficiant du label French Tech depuis début 2016, associant un logiciel à une application légère, embarquée sur chaque smartphone professionnel.
Outre ses capacités à gérer les services, les flux de données et donc, à contrôler les budgets alourdis par des imprévus hors forfaits des smartphones confiés à des collaborateurs, Calldoor, de fait, est aussi un outil idéal pour faire respecter le fameux et récent droit à la déconnexion.

"Calldoor est un outil de maîtrise de la téléphonie des entreprises. Il est donc également au service des entreprises qui veulent limiter les risques socioprofessionnels liés au fait que, connectés 24/24 h, 7/7 j, les salariés, et tout particulièrement les cadres, ont de plus en plus de mal à établir une frontière entre vie professionnelle et vie privé. Notre outil est clairement une aide qui va permettre à l'entreprise de faire respecter la charte sur la déconnexion qu'elle va mettre en place", assure Edouard Mongrand.

...à la gestion du nouveau droit à la déconnexion

Pour cela, Calldoor propose aux gestionnaires de flottes de téléphone des paramétrages qui vont du blocage par plage horaire, par type de préfixe, de numéro surtaxé, par application, données cellulaires, jusqu'à la déconnexion totale.

Le service fonctionne pour toutes les marques de téléphones... sous système d'exploitation Android, et tous les opérateurs de téléphonie, son modèle économique repose sur l'abonnement au service, dégressif en fonction du nombre de téléphones contrôlés, qui s'étalonne entre 3,5 euros à 0,50 centimes d'euro par mois et par téléphone. Le service étant récent, tout comme le droit à la déconnexion, ED2 propose aux entreprises intéressées de tester le service Calldoor gratuitement sur une ligne.

"Nous nous adressons aussi aux entreprises en expliquant cette nouvelle notion de droit à la déconnexion, nous les aidons éventuellement dans la mise en place de leur charte sur le sujet" ajoute Edouard Mongrand.

En résumé, Calldoor a d'abord été pensé comme un outil de maîtrise des consommations, et donc des coûts liés aux utilisations des téléphones professionnels. Il se révèle également efficace dans la mise en place et le respect d'une charte sur le droit à la déconnexion et pourrait donc bien s'imposer comme un atout au service de la qualité de vie au travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :