Santé animale : le rythme de Ceva s'emballe au Brésil

 |  | 516 mots
Depuis son siège social de Libourne, près de Bordeaux, le groupe Ceva Santé animale pilote un déploiement qui pourrait le hisser dans le top 5 mondial de son secteur d'ici à 2020.
Depuis son siège social de Libourne, près de Bordeaux, le groupe Ceva Santé animale pilote un déploiement qui pourrait le hisser dans le top 5 mondial de son secteur d'ici à 2020. (Crédits : Appa)
Après avoir récupéré des actifs importants du laboratoire Mérial, le laboratoire Ceva Santé animale (Libourne, près de Bordeaux) annonçait hier deux acquisitions de laboratoires brésiliens. Le laboratoire girondin confirme, du même coup, son statut de n°1 français dans la santé animale en route vers le top 5 mondial.

En 10 jours, le groupe vétérinaire mondial basé à Libourne, près de Bordeaux, et présent dans 110 pays à ce jour (4.000 salariés), a connu une nouvelle accélération de son développement.
Le groupe dont les actionnaires majoritaires sont, depuis 2007, le management et les salariés, est certes habitué aux croissances à deux chiffres depuis cette période, mais l'ancienne filiale de Sanofi, dirigée par le docteur Marc Prikazsky, et qui a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 857 M€ (+12 % vs 2014) semble définitivement s'installer au sommet de la hiérarchie française devant le laboratoire Virbac désormais 9e mondial.
En effet, à l'issue du premier semestre 2016, le groupe girondin a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 7 % à 455 millions d'euros, quand celui du français Virbac n'a progressé que de 0,5 % à 430 millions d'euros.
Le laboratoire libournais, qui ambitionne de rentrer dans le Top 5 mondial à l'horizon 2020, n'est plus qu'à trois marches de son objectif.

Les acquisition d'actifs de Mérial validées

L'accord du 14 novembre dernier donné par la Commission européenne pour autoriser la cession de neuf produits développés et commercialisés par Mérial devrait permettre à Ceva de renforcer la vitesse d'ascension mondiale de l'ETI française puisqu'il va lui permettre de s'imposer sur le marché mondial des vaccins porcins tout en enrichissant sa gamme de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens.

"Au travers de cette autorisation de transfert, la commission européenne estime que Ceva a les compétences industrielles et commerciales pour transférer et développer ces gammes de produits" souligne Marc Prikazsky. "Au travers de ces produits, c'est une partie du savoir-faire scientifique, issu de Pasteur-Mérieux, puis de Merial que nous récupérons et qui va venir en biologie, compléter l'héritage hongrois de notre site Ceva Phylaxia", poursuit le PDG du groupe français.

Vers un futur campus international Ceva au Brésil

En attendant son installation dans le top 5 mondial, c'est celui du Brésil que vient d'atteindre Ceva Santé animale via l'acquisition de deux sociétés biopharmaceutiques vétérinaires brésiliennes, Hertape Saude Animale (300 salariés, 55 M€ de CA) et Inova Biotecnologia Saude Animale (Joint venture entre Hertape et Eurofarma - 100 salariés), qui devrait être finalisée en fin d'année (sous réserve de l'approbation des autorités de la concurrence brésilienne). Si l'on considère les activités de Ceva déjà existantes au Brésil, avec ces acquisitions, le chiffre d'affaires du laboratoire français devrait atteindre 100 millions d'euros, ce qui le hisse de fait dans le top 5 de la santé animale dans ce pays.
Innovants dans le secteur des vaccins contre la fièvre aphteuse, les laboratoires brésiliens ouvrent la voie de ce marché clé mondial. Un véritable tournant stratégique pour le groupe français qui annonce également des investissements à venir sur le site d'Inova biotechnologia situé à Juatuba. Ceva prévoit en effet d'y créer un campus international dédié au développement et à la production de vaccins pour les ruminants.

Ceva Santé Animal - Brésil

Vue aérienne du site brésilien d'Hertape

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :