Bordeaux se régale de l'Euro 2016

Il est encore trop tôt pour avoir une évaluation du nombre de visiteurs que va drainer à Bordeaux l’une des méga affiches de cet Euro 2016 : le match Allemagne-Italie, qui a lieu au Nouveau stade ce samedi 2 juillet. Mais un total de 105.000 visiteurs étrangers a déjà été comptabilisé au titre de l'Euro en quatre matchs.

3 mn

L'heure du bilan définitif de cet Euro 2016 à Bordeaux n'est pas encore arrivée mais les visiteurs ont répondu présent
L'heure du bilan définitif de cet Euro 2016 à Bordeaux n'est pas encore arrivée mais les visiteurs ont répondu présent (Crédits : Reuters)

Les Allemands ou les Italiens vont-ils battre le record détenu au port de la Lune par les Irlandais, avec 30.000 personnes ? C'est possible. Sur un total de 105.000 visiteurs étrangers comptabilisés au titre de l'Euro en quatre matchs à Bordeaux, les Gallois arrivent en seconde position, avec 15.000 personnes, devant les Belges (12.000), les Autrichiens et les Hongrois (11.000 pour chaque pays), les Croates et les Espagnols (10.000 pour chaque pays), et les Slovaques (6.000). Ces chiffres ont été précisés ce mercredi matin lors de la conférence de presse organisée à la mairie de Bordeaux, en présence d'Arielle Piazza, adjointe au maire chargée des sports, et Frédéric Gil, chef de projet Euro 2016 à Bordeaux.

"Les quatre matchs ont attiré entre 33.500 et 38.500 spectateurs au stade. Soit un taux de remplissage de 95 %, sachant que les 42.000 places du nouveau stade ont été ramenées à 40.000 pour laisser plus de place aux médias" précise Frédéric Gil.

Saouls et sympathiques

Le chef de projet Euro explique que, malgré l'engouement créé par cette compétition, les fauteuils réservés aux entreprises et invités de marque ont généré 50 % d'invendus au plan national, "mais cette affaire ne concerne que l'UEFA, qui est l'organisateur de la compétition : les places réservées aux sponsors sont distribuées au niveau européen et génèrent beaucoup de sièges vides dans les stades" observe-t-il.

La municipalité oublie rarement d'afficher sa fermeté face à la soulographie de rue, mais a été obligée de faire une petite exception à la règle avec cet Euro 2016. Les supporters irlandais, mais aussi belges, gallois ou croates ont ainsi montré qu'ils pouvaient ingurgiter des quantités phénoménales de bière tout en restant joyeux et bien intentionnés, même s'ils n'hésitaient pas à prendre au passage le contrôle de quelques bouts de rues. Cette bonne humeur très alcoolisée ne figure pas dans la table des dix commandements des élus à la mairie de Bordeaux, qui lui préfèrent généralement une modération teintée de puritanisme quand ils boivent du vin. Mais il n'empêche, la consommation de bière sans modération a pour cette fois été réhabilitée au plus haut niveau à Bordeaux, grâce aux supporters et à la Fan zone. Même si tous les fans de foot ne sont sans doute pas allés sur cette zone de la place des Quinconces, de nombreux supporters irlandais restant par exemple accrochés au pub "The Connemara".

650 millions de téléspectateurs

"La boisson c'est la première activité de la Fan zone. Hier mardi nous avons atteint les 100.000 litres de bière depuis l'ouverture de cette zone. Le site est équipé de citernes de bière qui alimentent les débits de boisson avec des canalisations temporaires. Le pic de la consommation a été atteint lors du match Belgique-Irlande, avec 20.000 litres de bière. Il est important de souligner que le voisinage apprécie le dispositif de sanitaires qui a été installé sur la Fan zone" analyse Frédéric Gil.

L'absence à Bordeaux d'affrontements sanglants entre supporters, et entre ces derniers et les forces de police, ravit Arielle Piazza, qui y voit le résultat "d'une très bonne coordination avec les services de l'Etat". Le match du 21 juin, Croatie-Espagne, a mobilisé 1.000 stadiers, 550 bénévoles et 300 agents. Reste que le travail de prévention s'est aussi joué très en amont.

"Avant le match Autriche-Hongrie, les services de renseignement nous ont averti qu'une frange de supporters hongrois risquait de provoquer des troubles. Ils ont été arrêtés et fouillés avant d'arriver à Bordeaux. Nous avons dû aussi nous occuper d'une frange de supporters croates qui voulait provoquer la disqualification de la Croatie de l'Euro ! Ce sont eux qui ont lancé des fumigènes dans le stade à Saint-Etienne. Dans le stade c'est l'UEFA qui est responsable, pas la Ville" résume Frédéric Gil.

Les cinq matchs de l'Euro 2016 à Bordeaux vont selon Arielle Piazza toucher 650 millions de téléspectateurs dans le monde, une publicité tout à fait exceptionnelle pour la ville.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 29/06/2016 à 16:30
Signaler
je croyais qu'on attendait 700.000 personnes à Bordeaux ?? un riverain saoûlé de tant de restrictions pour si peu de public

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.