RTE annonce 630 M€ d’investissement en ALPC d’ici à 2020

 |   |  731  mots
La consommation électrique a augmenté de 2,8 % en 2015 en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes.
La consommation électrique a augmenté de 2,8 % en 2015 en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes. (Crédits : © RTE Lionel Roux)
RTE a présenté hier son bilan de l’année 2015 à l’échelle de la nouvelle région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, première région productrice d'électricité solaire en France. Responsable du réseau de transport de l’électricité en France, RTE a investi 120 M€ l’an dernier sur le périmètre Aquitaine Limousin Poitou-Charentes et a annoncé 630 millions d'euros d'investissements d'ici à 2020.

RTE (Réseau de transport d'électricité) vient de publier son bilan 2015, année au cours de laquelle l'opérateur a investi 120 M€ sur le périmètre de la nouvelle région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC). Parmi les chantiers majeurs de l'année passée : le raccordement du plus grand parc photovoltaïque d'Europe à Cestas, le raccordement des 4 sous-stations SNCF en Poitou-Charentes qui alimenteront la Ligne à Grande vitesse Sud Europe Atlantique, la construction du poste électrique de Peyrilhac (87) et la mise en service de la liaison électrique souterraine entre Bruges et Ambès pour renforcer l'alimentation électrique de Bordeaux.
Dans cette nouvelle grande région, la consommation électrique a augmenté de 2,8 % en 2015, évolution qui s'explique par des températures plus basses que la normale en début d'année et plus hautes en été. "L'évolution de la population joue également un rôle puisque la région enregistre une croissance démographique", a commenté Jean-Claude Reitan, délégué RTE dans le Sud-Ouest. En ALPC, la consommation a  augmenté de 7,7 % entre 2006 et 2015, quand elle évoluait de +3,3 % en France.
RTE compte deux types de clients : ERDF ainsi que les clients raccordés directement que sont les grandes industries. La consommation des particuliers et professionnels (commerçants et artisans) représentait 53,5 % de la consommation régionale en 2015, soit une augmentation de +3,7 %. La consommation des PME-PMI augmente de 2,3 % quand celle des grandes industries reste stable. RTE compte 43 clients industriels directs en ALPC ; 3 grands secteurs représentent 60 % de la consommation industrielle régionale : le papier-carton (36 %), la chimie/parachimie (16 %), le transport ferroviaire (9 %).

15 % de la production régionale issue des énergies renouvelables

Si la production régionale est globalement supérieure à sa consommation, ce n'est vrai que sur 66 % du temps. "D'où l'intérêt du réseau à connecter les différentes régions pour faire circuler les flux, précise Jean-Claude Reitan. Aucune région en France ne peut vivre en autarcie." Une logique qui prévaut également quand il s'agit de parler d'ENR :

"Les énergies renouvelables ont des productions intermittentes, donc le réseau de transport est indispensable pour toujours avoir toujours à disposition de l'énergie. Ces échanges sont vrais également au niveau européen."

En ALPC, la production régionale se répartissait l'an dernier entre le nucléaire (84 %) avec Blaye et Civaux, les énergies renouvelables, soit l'hydraulique, l'éolien, le solaire et les bioénergies (15 %), enfin le thermique fossile (gaz, fioul, charbon) à hauteur de 1 %. Les ENR devenant une tendance sensible, appelée à augmenter encore dans les années à venir. Ainsi en 2015, la part du solaire dans la production régionale a considérablement évolué avec une augmentation de 55 %, expliquée par la mise en service de la centre de Cestas. Marquée par un déficit en pluviométrie, la production hydraulique a reculé de 25 %, ce qui a engendré une plus grande sollicitation des centrales thermiques fossiles (+11 %). Ceci explique que l'on observe dans la région en 2015 une très légère baisse globale de la production issue des énergies renouvelables, alors même que l'éolien augmente de 13 %, les bioénergies de 11 % et le solaire de 55 %.

1re région française pour la production photovoltaïque

59 % du parc des installations de production d'électricité en ALPC est constitué par le nucléaire, 4% par le thermique fossile et 37 %, par les énergies renouvelables, à savoir l'hydraulique (16 %), le solaire (14 %), l'éolien (5 %) et les bioénergies (2 %).
La région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes est d'ailleurs, avec 26 % du parc solaire national, le 1re région française pour la production photovoltaïque (1.816 GWh), notamment après la mise en service du parc solaire de Cestas (230 MW de puissance installée). La région constitue également le 2e parc de bioénergie de France avec une puissance de 282 MW installée (bois, bio-combustibles renouvelables...).
La filière des énergies renouvelables couvre désormais 16 % de la consommation de la région : "C'est quelque chose qui n'est plus marginal désormais", rappelle Jean-Claude Reitan avant de préciser que les 630 M€ d'investissement programmés par RTE dans la région d'ici à 2020 vont bien sûr concerner aussi les ENR pour accompagner la transition énergétique voulue par la loi qui dote la France d'un objectif de porter la part des énergies renouvelables à 40 % de la production d'électricité en France en 2030. Avec un bémol : que l'Etat donne une réelle visibilité sur le programme pluriannuel en matière d'énergie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :