Art Lover Place, la startup qui casse les règles de l’art

 |   |  583  mots
Art Lover Place est une place de marché où les amateurs d'art peuvent suivre des artistes et acheter des oeuvres
Art Lover Place est une place de marché où les amateurs d'art peuvent suivre des artistes et acheter des oeuvres (Crédits : D.R)
Art Lover Place, startup basée à Arcachon, entend bousculer les codes du marché de l’art contemporain et devenir la plateforme de partage n°1 de l’art sur Internet et mobiles. Son président et directeur administratif et financier Hervé Gicquel nous annonce son intention de lever 1 M€ pour développer et internationaliser son activité.

"Nous avons créé le beau coin de l'art" : c'est ainsi qu'Hervé Gicquel résume l'intention et les ambitions de la startup Art Lover Place. Comme son nom l'indique, la jeune entreprise se positionne comme la place de marché sociale et locale des artistes et amateurs d'art. Régie par un modèle économique proche de celui du Bon Coin, la startup propose de découvrir et d'acquérir des œuvres d'art mais se différencie par sa rupture du modèle traditionnel de vente d'œuvres. Ses seuls revenus proviennent des ventes de reproductions, des abonnements aux galeries ou encore des publicités et goodies vendus sur le site.

"Nous ne sommes pas le Uber de l'art, nous nous positionnons différemment en ne prenant aucune commission sur les ventes d'œuvres", précise Hervé Gicquel.

La startup regroupe trois associés. Hervé Gicquel, son président et DAF (fondateur de Maxicheque ou encore Discount Presse), Pierre Yameogo, directeur artistique, et Benjamin Buhler, directeur marketing (ancien directeur de projet chez Fnac Direct) souhaitent par le biais de cette plateforme populariser l'art. Rendre le marché de l'art plus accessible, moins élitiste, telle est l'intention de la startup qui compte aujourd'hui plus de 360 artistes et 6.500 œuvres (dont 5.000 en vente) sur son site.

Devenir un révélateur de talents

"On part du principe que c'est le public qui décide. Il n'y a pas de curation (terme qui signifie la sélection, NDLR) et la plateforme est entièrement gratuite. L'idée est de pouvoir rechercher des artistes près de chez soi et d'ouvrir le monde de l'art à tous ceux qui l'apprécient. Nous avons en moyenne 30 % d'amateurs, 50 % de professionnels et 20 % d'artistes cotés. Le prix des œuvres en vente varie de 25 à 5.000 euros", précise le président.

Evoquant ses objectifs pour les années à venir, Hervé Gicquel ne tarit pas d'idées. Augmenter le nombre d'artistes (arriver à 500 d'ici la fin du mois de mars et 5.000 d'ici l'année prochaine), développer l'application mobile, mettre en place la vente de reproductions, créer des expositions locales des artistes, intégrer des galeries virtuelles (initialement physiques) ou encore développer le data mining (exploration et analyse de données). Tous sont étroitement liés à la volonté de la startup de dupliquer son modèle à l'international et de développer ses innovations.

Une levée de fonds de 1 M€ attendue

Plutôt que d'évoquer le chiffre d'affaires d'Art Lover Place, Hervé Gicquel préfère insister sur le volume d'affaires généré :

"Depuis l'ouverture, en moins de 6 mois, on est à plus de 450.000 € de volume d'affaires qui représente un peu plus de 800 œuvres vendues. Pour 2016, on espère dépasser le million d'euros de vente d'œuvres."

Autant d'objectifs ambitieux demandent nécessairement des fonds. La startup cherche 1 M€ courant 2016 qui seront essentiellement utilisés pour son internationalisation. Art Lover Place s'est également vu attribuer une subvention de 20.000 euros par BPIfrance dans le cadre d'une bourse French French, pour le développement de son application mobile. Outre les partenariats que les associés espèrent nouer avec Cultura, Accor ou La Poste, la startup prévoit un autofinancement jusqu'à la levée de fonds attendue prochainement et un point mort atteint fin 2017. Pour l'année 2016, trois recrutements et des missions de stage sont prévus. L'équipe s'agrandira, dès sa levée de fonds obtenue, d'une personne pour développer la partie galerie, une autre en charge de l'internationalisation et un community manager.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2016 à 17:29 :
C'est avec un plaisir certain et surprise que je découvre ce site d'art pictural en ligne.
Il me paraît fort intéressant d'accéder aux œuvres (pour mon cas, l'art urbain), sans devoir trop se sacrifier financièrement, celles-ci demeurant accessibles. Je suis, notamment, amateur du travail artistique de Woody.

Philippe NICOLO
a écrit le 22/02/2016 à 9:15 :
Bonjour

Assureur spécialisé dans l art base à Bordeaux je souhaite rencontrer et échanger avec les dirigeants de cette start up.

Pourriez vous me mettre en relation svp ?

Merci
Nk
a écrit le 22/02/2016 à 9:14 :
Bonjour

Assureur spécialisé dans l art base à Bordeaux je souhaite rencontrer et échanger avec les dirigeants de cette start up.

Pourriez vous me mettre en relation svp ?

Merci
Nk

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :