A Bordeaux pousse “little Hollywood”

 |   |  679  mots
Bon, la Couveuse à films n'est pas encore Hollywood... mais Bordeaux n'est pas encore L.A.
Bon, la Couveuse à films n'est pas encore Hollywood... mais Bordeaux n'est pas encore L.A. (Crédits : Ferrantraite)
Attirer les tournages en proposant, en un seul lieu, l’ensemble des compétences audiovisuelles de la région bordelaise, tel est l’objectif de la Couveuse à films. Hollywood, en tout petit.

Les promoteurs de "la couveuse à films" ne manquent pas d'humour. "C'est ici les Moulineaux !" signent-ils sur le document de présentation de cette "coopérative" qui vient d'éclore à Bordeaux (2 quai de Brazza) et qui est dédiée à l'accueil de tournages et productions audiovisuelles dans la métropole. Ils ne manquent pas d'ambition non plus les initiateurs du projet, à savoir la société bordelo-parisienne Chicken's Chicots Production, qui gère le lieu déjà occupé par les sociétés Panavision et Papaye.

"C'est le principe de la concentration d'acteurs de la production audiovisuelle, façon Issy-les-Moulineaux que nous avons recréé à Bordeaux", explique Eric Deup, directeur artistique associé de Chicken's Chicots Production.
"Nous installons, sur un même seul lieu, les compétences qui sont nécessaires aux productions audiovisuelles. Nous sommes partis d'un constat simple : l'intérêt pour Bordeaux et sa région est grandissant. Les tournages se multiplient, en partie attirés par la dynamique d'aides et de soutien financier impulsée par les collectivités locales et territoriales, mais les retombées sur l'écosystème audiovisuel local sont néanmoins généralement limitées, par facilité souvent, et parce que les compétences locales, pourtant très solides, sont peu visibles et dispersées. Du coup, pour les tournages, notamment les locations de matériel, les productions arrivaient avec leurs prestataires souvent parisiens d'ailleurs."

La couveuse à films a pour objectif de corriger cela. Il s'agit, pour les productions qui choisissent de tourner à Bordeaux, d'y trouver une sorte de guichet unique pour l'ensemble des productions. "Nous fonctionnons comme une coopérative... sans le statut coopératif... même si cela pourrait le devenir fin 2016. Nous veillons et veillerons à ce que les sociétés présentes dans la couveuse ne soient jamais en concurrence frontale. Nous devons offrir aux clients de la couveuse l'ensemble des métiers et compétences dont ils ont besoin", explique Eric Deup. Et c'est ainsi qu'outre sa société de production, on trouve dans la couveuse à films un acteur de la location de caméras et matériel de tournage (Panavision) et une société de location pour la lumière et l'éclairage de tournage avec Papaye.
La société parisienne Chicken's Chicots Production, qui est présente de manière permanente depuis deux ans à Bordeaux, a investi 30.000 euros dans ce lieu de 600 m2 qui propose la location de matériel technique, des bureaux de production, un espace de coworking audiovisuel, des outils de post production, un plateau de tournage "cyclo" de 100 m2, un espace catering et un atelier, le tout situé à deux pas de Darwin sur la rive droite de la Garonne.

"C'est le directeur général France de Panavision, acteur majeur de la location de caméra, partenaire de la première heure du projet, qui parle de Hollywood en tout petit quand il parle de la couveuse à films. Le fait est que dans l'esprit, nous fonctionnons de la même manière en concentrant sur un même site... plus ramassé, le savoir-faire nécessaire à la production de films."

Couveuse à films

Plan de la couveuse à films de Bordeaux

Bordeaux n'est pas encore L.A., mais les promoteurs de ce nouveau lieu de concentration des compétences audiovisuelles locales entendent faire connaître son existence, sinon au monde, au moins à la France.

"Nous avons les décors, les techniciens et le matériel, il n'existe plus de frein au développement de la région bordelaise en tant que lieu de tournages, de captations... nous allons créer un poste d'ambassadeur de la couveuse à films, nous allons booster la communication, la relation presse... il ne reste plus qu'à faire savoir aux acteurs du spectacle, de la télévision et du cinéma que nous sommes là !"

Les demandes de tournages et de productions commencent à arriver. L'espace de coworking se rempli, il compte un illustrateur, un animateur Motion, 2 photographes, un monteur... La couveuse semble donc fin prête pour préparer l'éclosion de ses premiers petits.

La couveuse à films


Panoramique d'une partie du site de la Couveuse à films

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2016 à 18:46 :
tres intéressant
a écrit le 14/01/2016 à 16:49 :
Y prévoient d'ailleurs de faire des plantations de chewing gum entre les vignes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :