Nicolas Gaume (Microsoft) : "Nous sommes en pleine révolution des usages"

 |  | 555 mots
Lecture 3 min.
Nicolas Gaume participait hier soir à l'événement Biznext Bordeaux.
Nicolas Gaume participait hier soir à l'événement Biznext Bordeaux. (Crédits : Appa)
Nicolas Gaume était hier soir l'invité de Biznext Bordeaux, organisé par La Tribune Bordeaux au Centre de congrès de la Cité mondiale. Fondateur de Kalisto, ex-dirigeant d'Ubisoft Entertainment, cofondateur du Syndicat national du jeu vidéo, il est intervenu sur la transformation numérique des entreprises. Directeur de la division Developer Experience de Microsoft France depuis le début de l’année, il est notamment en charge des partenariats avec l’écosystème entrepreneurial et de l’accompagnement des startups.

"Heureux, ému" : en montant sur la scène du Centre de congrès de la Cité mondiale pour livrer sa keynote sur la transformation numérique des entreprises, Nicolas Gaume s'est souvenu de ce jour de 2002 où, à cet endroit, il annonçait à ses collaborateurs la fin de Kalisto. Depuis, il a dirigé Ubisoft Entertainment, cofondé et présidé le Syndicat national du jeu vidéo, avant de diriger depuis le début de l'année la division Developer Experience de Microsoft France, où il est notamment en charge des partenariats avec l'écosystème entrepreneurial et de l'accompagnement des startups. C'est à ce titre qu'il était invité par La Tribune Bordeaux à livrer son point de vue sur la transformation numérique des entreprises. Evoquant le souvenir d'un arrière grand-père sabotier pour donner un exemple de l'évolution numérique qui frappe notre quotidien depuis quarante ans, il a rappelé qu'aujourd'hui on peut faire fabriquer des chaussures sur mesure grâce aux imprimantes 3D :

"On a tous grandi avec l'évolution de la production. Cette révolution, aussi douloureuse soit-elle, on peut la comprendre. Ce qui est à l'œuvre avec cette transformation numérique, c'est la révolution des usages, tout est challengé par la relation client. Premier réflexe : on souffre. Mais le changement est source d'opportunités", évoquant la révolution dans les métiers de services par exemple dans l'hôtellerie, confrontée à la concurrence d'Airbnb.

"C'est nous en tant qu'individus qui portons ce changement : c'est l'exemple du téléphone portable, que tout le monde a et dont tout le monde utilise les applications. Il y a une ubiquité qui fait que l'on a accès aux autres. On devient multitâches, impatient, cette transformation est intéressante car l'impatience est une vertu quand on sait la canaliser."

"Notre culture économique sabotée par nos propres usages"

Nicolas Gaume a ensuite évoqué le triptyque produit - marque - service qui aujourd'hui tend à se banaliser.

"Depuis quarante ans, le produit faisait l'entreprise et la valeur. La marque avait un poids énorme, c'était l'ère de la com' et des agences de com. Puis la marque s'est connectée à l'utilisateur mais aussi au partage. Aujourd'hui s'ajoute le service. Depuis dix ans, nous sommes entrés dans l'ère de l'expérience."

Et de citer l'exemple d'Uber, "magnifique réussite car très bien faite : rapide, ergonomique, agréable à utiliser." Ainsi, "notre culture économique a été sabotée par nos propres usages. On peut être violent dans l'usage." Ce qu'a expérimenté Microsoft dont il dirige aujourd'hui la division Developpers Experience en France. "Que vend Microsoft ? La meilleure réponse c'est : "lui"."

Dans cette entreprise diversifiée d'informaticiens, d'algorithmiciens, le nouveau patron, Satya Nadella, a entrepris de remettre le client au centre. "Microsoft a quand même raté le virage du mobile", reconnaît Nicolas Gaume. Aujourd'hui, l'entreprise invente de nouveaux dispositifs numériques, travaille sur Holosens, une technologie puissante qui sera mûre dans 4 ou 5 ans, réinvente les outils comme Excel et Powerpoint pour le travail collaboratif et propose des plates-formes cloud intelligentes (Azure compte 24 data-center dans le monde).

"Notre travail est d'inventer de nouveaux cas d'usage. La transformation numérique que l'on porte en tant que consommateur et qui est source de difficulté en tant qu'entrepreneur est une source d'opportunité."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2016 à 18:33 :
Bonjour , Kalisto ? c'est bien lui qui a d'après mes lectures a abusé de milliers d'actionnaires ???.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :