Industrie : AIO met la productivité à l'épreuve de l'astuce

 |   |  573  mots
Dans une industrie automobile qui doit adapter en permanence ses chaînes aux nouveaux modèles et à des productions de plus en plus personnalisées, le karakuri semble s'imposer comme un bon moyen de concilier amélioration des conditions de travail et gains de productivité.
Dans une industrie automobile qui doit adapter en permanence ses chaînes aux nouveaux modèles et à des productions de plus en plus personnalisées, le karakuri semble s'imposer comme un bon moyen de concilier amélioration des conditions de travail et gains de productivité. (Crédits : reuters.com)
Le terme et le concept sont japonais mais en Europe, le roi du karakuri est français. La société girondine AIO est en effet leader de l’amélioration des conditions de travail et de la productivité industrielle via des systèmes mécaniques simples, des astuces et des simplifications de process. En plein développement, la société vient de changer d’usine, elle va recruter 90 salariés de plus dans les trois ans qui viennent.

Un peu d'explications pour commencer : les karakuri sont des systèmes de support du geste et d'ergonomie. Adaptés aux process industriels, ils visent à améliorer le confort de travail et la productivité des salariés sans aucun recours à l'énergie.

Concept né au Japon, le karakuri est devenu la spécialité, en France, de la société girondine AIO. A tel point d'ailleurs qu'au fil des ans, et à un rythme de croissance annuelle à deux chiffres, la société créée et dirigée par Cyril Dané n'a cessé de grossir.
Il y a quelques semaines, AIO a quitté son site historique de Léognan, devenu trop petit pour répondre aux contrats qui s'accumulent. Elle remplit déjà copieusement les 2.000 m2 de l'usine située à Pessac, près de Bordeaux, qu'elle vient de construire.
De 25 salariés en 2012, elle est passée à 43 aujourd'hui, et des recrutements sont en cours.

"Nous sommes sur un marché en pleine expansion. Le rythme actuel de développement va nous amener à recruter 90 personnes supplémentaires dans les trois ans. Principalement des jeunes ingénieurs et techniciens" explique Cyril Dané.

10 minutes pour convaincre... Mercedes

"Le karakuri Kaizen, terme que nous avons déposé, passionne les dirigeants des secteurs industriels de l'automobile et de l'aéronautique. Il permet d'améliorer les conditions de travail grâce à des investissements qui ne sont pas lourds. Nos solutions de cobotique "free of power", qui ne nécessitent aucune énergie quelle qu'elle soit, ont fait leur preuves chez Toyota, PSA, où nous sommes présents depuis longtemps maintenant et chez BMW aussi. Il nous a fallu 10 minutes seulement pour convaincre le constructeur allemand Mercedes de la pertinence de nos solutions dans le cadre de sa recherche permanente d'amélioration de process de production, de qualité et de conditions de travail, en résumé de productivité," assure le dirigeant.

Les programmes d'améliorations de process via le karakuri semblent parfaitement s'adapter à la tendance de production industrielle actuelle.

"Avant, pour un nouveau modèle de voiture, les marques construisaient une nouvelle usine, ou presque. Aujourd'hui ce n'est plus du tout le cas. Il faut faire en sorte que les usines s'adaptent aux différents modèles. Mieux encore, le phénomène grandissant de l'ultra personnalisation exige une plus grande souplesse encore de l'outil productif. Produire plus pour moins cher, le karakuri Kaizen apporte des réponses à cette problématique."

Encore faut-il convaincre, et en ce sens, le marché européen ressemble encore à un gisement qui reste à exploiter.

Une filiale en Turquie très prochainement

"Le marché en Europe est considérable, nous sommes surtout dans une industrie d'assemblage, et le karakuri est parfaitement adapté à cette industrie. Les Français ont encore du mal à s'y mettre, mais le reste de l'Europe, ou encore la Turquie, où nous allons ouvrir une filiale d'ici la fin de l'année, et où nous sommes déjà présents aux côtés de notre client BMW, sont en avance sur ce plan", affirme Cyril Dané.

Il y a trois ans, quand AIO s'exprimait dans nos colonnes, la société réalisait 4 M€ de chiffre d'affaires. Elle tablait sur un triplement d'ici 2015. Si désormais elle préfère rester silencieuse sur ses chiffres, évoquant uniquement une croissance continue, son carnet de commandes, ses recrutements continus (série en cours) tendent à laisser supposer qu'elle est en ligne avec son tableau de marche. Le karakuri profite aussi à ceux qui l'exerce.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2019 à 16:19 :
Est ce que vous avez met en considération des formations KARUKURI et quelle date le premier formation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :