Trois startups bordelaises sélectionnées pour le Village by CA

 |   |  816  mots
Jack Bouin (Crédit agricole d'Aquitaine), Nicolas Masson (Parking facile), Xavier Chetif (Hipok), Thomas Boisserie (Loisirsenchères.com), Lionel Moutouh (1001pneus) et Rémi Garuz (Crédit agricole d'Aquitaine)
Jack Bouin (Crédit agricole d'Aquitaine), Nicolas Masson (Parking facile), Xavier Chetif (Hipok), Thomas Boisserie (Loisirsenchères.com), Lionel Moutouh (1001pneus) et Rémi Garuz (Crédit agricole d'Aquitaine) (Crédits : Objectif Aquitaine / Mikaël Lozano)
Le Crédit agricole d'Aquitaine a sélectionné trois startups qui intègreront le Village by CA, centre d'innovation et pépinière d'entreprises situé rue de la Boétie à Paris. La banque y développe un modèle original destiné à favoriser les échanges et collaborations entre les jeunes pousses, qui se retrouvent également au contact de grandes entreprises. Bordeaux devrait également accueillir un lieu du même type l'an prochain. Reportage.

Du blanc partout, des écrans aussi, quelques touches de couleur pour le design, un baby-foot, d'indispensables machines à café, et un immense mur végétal qui attire les regards. Le Crédit agricole a littéralement transformé l'ancien siège de l'UMP au 55 de la rue de la Boétie à Paris, qui appartient à sa filiale Predica. Elle y a installé depuis bientôt un an sa couveuse de startups prometteuses, le Village by CA, soigneusement sélectionnées pour leur potentiel. On y trouve un maire du Village, Fabrice Marsella, chargé de veiller sur ces jeunes pousses, et des jeunes patrons et leurs équipes naviguant entre bureaux fermés, open space et vaste espace de coworking. Un peu partout fleurit le slogan du lieu, "Coopérer pour innover", signe de la volonté de la banque de pousser aux échanges pour générer de l'idée et du business.

Concrètement, les 80 sociétés sur 700 candidates retenues par le jury du Village bénéficient de locaux, de conseils d'experts (avocats, spécialistes de la levée de fonds...) et de l'accompagnement du Crédit agricole et des grandes entreprises partenaires du Village (Sanofi, Bearing Point, Philips, Microsoft...). Les pépites, appelées à devenir des leaders français, européens ou pourquoi pas mondiaux, ont un minimum de maturité. "Nous cherchons à les aider dans leur développement commercial en les mettant en relation avec des PME, dont les cycles sont compatibles avec ceux des startups, et avec des décideurs de grands groupes", précise Fabrice Marsella. Le Village a priorisé quatre axes (agriculture et agroalimentaire, santé, logement, énergie et environnement).

"Le Village by CA est lui-même une startup, explique Fabrice Marsella. Nous avons pour objectif d'être à l'équilibre en trois ans." La structure sous-loue à Predica, propriétaire des lieux, et facture elle-même 710 € / m2 / an aux startups pour un bureau fermé, 595 € / m2 / an en open space. "Un loyer tout à fait raisonnable au vu des prix dans le quartier", juge Fabrice Marsella. Les entreprises plus avancées dans leur développement bénéficient de tarifs conformes aux alentours. Le reste du modèle économique repose sur les partenariats noués avec les grands groupes et l'apport du Crédit agricole.

Village by CA

La Place du Village, espace de coworking (crédit photo Mikaël Lozano)

Un an d'accompagnement

Une petite délégation bordelaise a visité hier les lieux. Elle était composée de représentants du Crédit agricole d'Aquitaine, de structures d'accompagnement (André Delpont pour la Cité numérique, François Baffou pour Technowest, Philippe Barre pour Darwin, Arnaud de Malet pour Aquitaine Développement innovation...) ainsi que d'une dizaine de startups de la métropole bordelaise, Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, et Virginie Calmels, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l'Economie, de l'Emploi et de la Croissance durable.

Parmi les jeunes dirigeants, trois avaient les yeux un peu plus brillants que les autres : Thomas Boisserie (Loisirsenchères.com, plateforme d'enchères pour des biens touristiques et culturels), Xavier Chetif (Hipok.com, plateforme permettant de partager de l'imagerie médicale) et Nicolas Masson (Parking facile, service permettant aux automobiliste de se garer à moindre coût sur des places disponibles dans les parkings de résidences). Lauréats du concours piloté par le Crédit agricole d'Aquitaine, parrainé par Lionel Moutouh, patron de 1001pneus, ils bénéficieront pendant un an des services et des locaux du Village, gratuitement car la facture est prise en charge par la caisse régionale. Les sièges sociaux et la majorité des équipes resteront à Bordeaux.

Un Village à Bordeaux en 2016

"Tout cela fait partie d'un projet global avec la création d'un pôle innovation et numérique au sein du Crédit agricole d'Aquitaine, explique Jack Bouin, directeur général de la caisse. La démarche nationale entreprise par le Crédit agricole appuie notre travail."

Jack Bouin confirme également un Village by CA devrait voir le jour en 2016 à Bordeaux. Le lieu n'est pas encore défini mais un travail partenarial sera mené, notamment avec Bordeaux Euratlantique et sa Cité numérique, avec qui une convention a été signée.

"Le nombre de startups et de mètres carrés restent à caler. Nous avons également des grands groupes qui se montrent intéressés par Bordeaux, nous associerons aussi des partenaires régionaux. Le développement de ce type d'initiative n'a aucun intérêt si cela reste un lieu parisien", poursuivent de concert Jack Bouin et Rémi Garuz, président du Crédit agricole d'Aquitaine.

"Une quinzaine de Villages by CA sont en projet, notamment à Chartres, Brest, Besançon, Laval... et Bordeaux, donc, complète Bertrand Corbeau, directeur général de la Fédération nationale du Crédit agricole. Nous voulons un réseau ouvert sur les régions et sur l'international."

Village by CA

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2015 à 12:57 :
Cette comédie soudaine des start-ups est grotesque. Le pouvoir veut passer un message.... En attendant, au secours cette France là, et vive la Silicon Valley. La France est morte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :