Poplidays.com lève 3 M€

 |   |  413  mots
Poplidays propose plus de 20.000 biens à la location
Poplidays propose plus de 20.000 biens à la location (Crédits : DR)
Site de locations de vacances basé à Urrugne au Pays basque, Poplidays.com annonce avoir levé 3 millions d'euros pour accélérer son développement. Sa spécificité : proposer des biens exclusivement gérés par des agents immobiliers agréés.

Créé en octobre 2010 par des professionnels de l'immobilier, Poplidays se démarque des sites de locations saisonnières classiques entre particuliers en intégrant plus de 200 agents immobiliers partenaires. Ces derniers sont gestionnaires des biens proposés à la location par la plateforme : leur rôle est d'évaluer ces biens, d'assurer leur mise en location et de jouer le rôle d'interlocuteur direct pour les propriétaires et les vacanciers pendant la durée de la location. Les agents agréés bénéficient d'un logiciel dédié mis à disposition par Poplidays.com

Le site recense aujourd'hui plus de 20.000 biens, appartements ou villas, localisés en France, Espagne, Italie et Portugal, et a séduit 30.000 vacanciers en 2014, anticipant un doublement cette année. Les partenariats noués avec les tours opérateurs français (65 % des clients de la plateforme sont Français), étrangers et sites tels que Booking, Locasun... ont notamment permis cette accélération.

Investisseurs historiques

Le tour de table de 3 millions d'euros implique Crédit agricole Pyrénées Gascogne Développement, la société de capital-risque Aquitaine Création Investissement (ACI), le fonds de co-investissement Aqui-Invest, créé par le Conseil régional d'Aquitaine avec le soutien du Fonds européen de développement régional (Feder) et géré par Aquiti gestion, ainsi que la société capital-risque de proximité Herrikoa.

"Réalisée par les investisseurs historiques, cette nouvelle levée de fonds va contribuer au développement technique, commercial et marketing de Poplidays et au déploiement de ses nouveaux produits et services", indique l'entreprise dans un communiqué.

"Poplidays est une startup 100 % française sur un marché dont les leaders sont américains et la perception de notre marque en France est très positive. Notre positionnement de pros "anti-arnaque" nous confère aujourd'hui une force exponentielle et les importants investissements que notre montée en puissance impose sont plus que jamais à la hauteur de ces enjeux. Notre ambition est de fédérer l'ensemble des agents immobilier et devenir ainsi le leader de la location saisonnière aux côtés de ces professionnels", annonce Daniel Hirribarren, président fondateur de Poplidays et qui est également à la tête de Carmen Square Habitat Pays Basque, réseau spécialiste de l'immobilier né de la fusion de PG Immo et de Carmen Immobilier.

La précédente levée de fonds, avec les mêmes acteurs, avait été annoncée début 2013, pour un montant de 2 M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2015 à 12:23 :
Deux sociétés de capital-risquePetit + des aides européennes (Fonds européen de développement régional)
et un positionnement de pros "anti-arnaque"?????

A l'heure du peer-to-peer et du développement des échanges directs (et gratuits) entre individus (voir thèses de feu Bernard Maris), une profession sinistrée tente de survivre comme elle peut et à contre-courant. Pathétique!
a écrit le 27/04/2015 à 16:38 :
?????????? ..Il faut savoir lire entre les lignes : une levée de fond oui mais pour un exercice négatif à - 3 500 000€ l'année dernière, apparemment des licenciements en fin d'année et au final un capital social de plus de 6 000 000 d'€ !! Est-ce que cela tient bien la route???
Airbnb France leader dans ce domaine a un capital social de 54 000 € pour 3 400 000€ de chiffre d'affaire en 2013 selon verif.com.....La recette est apparemment dans le bon concept et les bons investissements. Pas dans un communiqué de presse sur une levée de fond....
a écrit le 09/04/2015 à 11:46 :
Quel culot quand même !
Licencier toute son équipe et lever 3 millions d'euros derrière en communiquant sur les soit-disant super résultats de l'année 2014, c'est quand même plus que limite.
Sans scrupules. Espérons que leurs anciens salariés retrouveront vite du travail, ailleurs.
a écrit le 09/04/2015 à 10:48 :
C'est quand même scandaleux de communiquer sur ces sujets quand on a pas entendu parler du plan social qui a eu lieu en septembre dernier et qui a viré toute l'équipe !

Qu'on puisse en plus pavaner sur les millions encore investis dans un projet si bancal quand certain galère au chomage je trouve ça vraiment petit !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :