Bordeaux : French Burgers, une levée de fonds au menu

Le concept bordelais French Burgers, qui associe des chefs étoilés aux codes du fast-food, aborde un nouveau virage dans sa toute récente histoire. Au menu, crowdfounding en entrée… pour ouvrir l’appétit des investisseurs qui feront le plat de résistance du développement d’une franchise.

3 mn

French Burgers se lance dans l'aventure du crowdfounding pour mettre un coup de projecteur sur un concept qui est en train de faire ses preuves à Bordeaux, mais qui peine encore à convaincre les banquiers...
French Burgers se lance dans l'aventure du crowdfounding pour mettre un coup de projecteur sur un concept qui est en train de faire ses preuves à Bordeaux, mais qui peine encore à convaincre les banquiers... (Crédits : French Burgers)

Ouvert le 26 novembre, au cœur du Triangle d'or de Bordeaux, au 34 allées de Tourny, le restaurant spécialisé dans les burgers pensés par des chefs étoilés, en l'occurrence  Christophe Girardot et Pascal Nibaudeau, semble avoir assez rapidement trouvé sa clientèle. A tel point que le "French Burgers" imaginé par des professionnels aquitains de la restauration, Bruno et Caroline Oddos, restaurateurs bordelais, est déjà à l'étroit dans son site d'origine.
"Cette première adresse, qui a fait suite à un test grandeur nature du concept il y a quelques mois sur les quais de Bordeaux, nous a permis de voir comment pouvait fonctionner French Burgers sur une surface réduite de 150 m2", explique Bruno Oddos, dirigeant de French Burgers Holding.
"Nous avons vu qu'en hyper centre-ville, ce format est rapidement sous dimensionné. L'agrandissement qui est en cours, et qui va nous faire passer, d'ici l'été, à 400 m2, va nous permettre de tester le fonctionnement de ce type de surface également." En fait, Bruno Oddos et de son épouse ont une vision de l'avenir de French Burgers et de son concept. En faire, rapidement, une franchise proposant des surfaces de restauration de 75 m2 (corners dans les aéroports ou gare, voire grands hôtels, par exemple) de 150 m2 et de 300 à 400 m2. "A Tourny, nous allons donc tester deux de ces trois formats."

Crowdfounding en guise de starter à une grosse levée de fonds

D'ici la fin de l'année, c'est sur le format de 300 m2 que French Burgers sera déployé à Toulouse en centre-ville, sans doute très bientôt à Paris et Lyon... mais avant cela, French Burgers se lance dans le financement participatif, via www.financeutile.com. Son but, officiellement : lever 300.000 euros. Mais officieusement, il ne s'agit là que d'une étape de la vie de la marque bordelaise. "D'abord ce type de financement nous plaît bien, mais il est tout à fait clair que la somme recherchée permettra d'abord de mettre un coup de projecteur national sur l'enseigne et son concept", expliquent Bruno Oddos et Laurent Racionero, directeur financier de la société. "Nous avons là l'occasion d'intéresser des potentiels clients de French Burgers, de les associés à l'aventure entrepreneuriale tout en les fidélisant en tant que clients pourquoi pas", précise Laurent Racionero. "Les 300.000 euros vont nous permettre de finaliser notre vaisseau amiral bordelais des allées de Tourny. Nous allons y installer notre siège, notre centre de formation pour employés et franchisés..."

2,5 M€ pour déployer la franchise French Burgers

Mais il est évident que cette levée ne suffira pas à déployer la marque French Burgers. "Nous avons besoin, pour cela, de lever plutôt 2,5 M€, mais à ce jour, nous ne pouvons que constater une chose : les banques n'accompagnent pas les projets liés à la restauration", souligne Bruno Oddos. "L'opération de crowdfounding doit nous donner les moyens de continuer à faire la preuve de la pertinence de notre modèle et, ainsi, de convaincre d'autres investisseurs... Pourquoi pas, enfin, des banquiers ?"
Des investisseurs qui seront peut-être séduits par les nombreuses autres idées de développement de French Burgers qui "mijotent" encore dans la tête de son créateur. "Je pense beaucoup à la livraison à domicile, mais pas la livraison de produits finis, non, de produits à finir de cuisiner à la maison. Des produits livrés sous vide, en kit en quelques sortes, et pour lesquels il suffit juste de suivre une recette fournie avec pour réussir les French Burgers."
Pour Bruno Oddos, on l'a compris, French Burgers ce sera, à terme, plus que des restaurants, une marque de produits et de services. Reste à convaincre les partenaires financiers de passer à table.

French Burgers

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/05/2017 à 0:47
Signaler
Demander à Bruno Oddos quand et comment il paie le personnel ? Pour lui, l'esclavagisme est toujours en vigueur. Je compte parler de sa façon de faire au plus haut lieu. La trentaine des employés parisiens peuvent en témoigner et ceux de Bordeaux aus...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.