Selon la Seita, le trafic fait un tabac et l’Etat roule pour ça

 |   |  494  mots
Selon la Seita, la mise en place du paquet générique va accélérer le phénomène du commerce illicite, voire de la contrefaçon, et donc de l'érosion économique de la filière
Selon la Seita, la mise en place du paquet générique va accélérer le phénomène du commerce illicite, voire de la contrefaçon, et donc de l'érosion économique de la filière
Selon un communiqué de presse de la Seita (Groupe Imperial Tobacco), le Sud-Ouest est la championne des régions frontalières en matière de trafic de cigarettes. Une “performance” qui, selon le cigarettier, va être amplifiée par la mise en place, par l’Etat, du “paquet générique”.

En 2014, dans le Sud-Ouest, deux paquets de cigarettes sur cinq ont été achetés en dehors du réseau de buralistes. C'est, avec une moyenne de 39,3 %, beaucoup plus que la moyenne nationale (16,7 %) c'est plus encore que la région Nord qui enregistre un taux de 36,1 % pour la cigarette (mais 70,9 % pour le tabac à rouler !) qui figure en deuxième position des régions française frontalières.
C'est la Seita (Groupe Impérial Tobacco) qui vient de communiquer ces chiffres, basés sur une enquête réalisée en 2014 auprès de 19.718 personnes, qui ne surprennent pas, tant le différentiel de prix entre France, Espagne (4,80 € le paquet en moyenne) et Andorre (3,40 € le paquet) est favorable à ce phénomène devenu, au fil du temps, véritable habitude de consommation notamment dans les régions du Sud-Ouest.
Mais, toujours selon la Seita, ce phénomène de trafic illicite de cigarettes, qui générait une perte fiscale de 2,6 Md€ pour l'État (rapport parlementaire Binetruy, Dumont, Lazaro de 2011), va exploser dans les mois et années à venir et le coupable, c'est l'Etat, avec, notamment, sa volonté d'imposer le paquet générique.
"Le gouvernement mène une politique incohérente", estime Éric Sensi, directeur des affaires corporate de Seita. "D'un côté, il annonce vouloir lutter contre le marché parallèle, et de l'autre il s'entête à vouloir installer une mesure qui aura pour seule conséquence de faire exploser le trafic illicite." Cette politique risque-t-elle également de développer le marché de la contrefaçon ?


Paquet générique... de fin de filière selon la Seita


Oui répond Seita, qui affirme que les paquets étant plus faciles à imiter, les contrefacteurs ne manqueront pas que s'engouffrer dans la brèche. Le groupe rappelle qu'une étude valide leur analyse. Le cabinet KPMG aurait montre qu'en Australie, pourtant île continent, premier pays à mettre en place le paquet neutre, le commerce illicite a progressé de 25 % entre 2012 et mi-2014 et qu'il y a quelques mois les premiers paquets neutres contrefaits y ont fait leur apparition.
La Seita rappelle que la filière tabac française est fragilisée par la concurrence "déloyale" à  ses frontières. La société rappelle aussi que depuis 2003, l'ensemble des décisions politiques, liées à la lutte contre le tabac, ont eu des impacts économiques et sociaux.
Sur ce sujet précisément, la filiale d'Imperial Tobacco est plutôt "bien" placée pour parler puisqu'en 2008, en reprenant la Seita, le groupe avait supprimé 1.000 emplois, et que l'an dernier, elle a pris la décision de fermer l'usine de Carquefou (327 salariés) et l'Institut du Tabac de Bergerac (24) qui employait 28 personnes.
Ceci étant, Seita insiste sur le fait qu'en douze ans, 7.000 buralistes, principalement transfrontaliers (500 dans les départements limitrophes de l'Espagne), ont disparu tout comme 18.000 emplois. Elle dit redouter une accélération de l'érosion de la filière avec la mise en place du paquet générique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2015 à 9:58 :
c'est n'importe quoi.
Les faussaires savent parfaitement imiter les paquets actuels, cela ne va rien changer avec un paquet neutre.
D'ailleurs si la France adopte le paquet neutre, les paquets etrangers (non neutre) serons plus facilement identifiable, ils ont juste peur de perdre de l'argent
a écrit le 11/03/2015 à 7:15 :
S'il n'y avait que sur le tabac que ce gouvernement mène une politique incohérente !
a écrit le 11/03/2015 à 1:49 :
Tant qu'à interdire, il paraît que l'alcool est mauvais pour la santé, des effets nocifs sur le foie... et causerait de multiples accidents de la route mortels...
Mais chut, il ne faut pas en parler en France, la manne financière est trop importante...
a écrit le 10/03/2015 à 18:10 :
Je ne pleure pas sur les emplois perdus dans ce secteur.
Regardons plutôt le nombre de cancers engendrés par la cigarette, et faisons la guerre au tabac.
Réponse de le 11/03/2015 à 0:16 :
Bof. La politique anti-tabac menée par l'Etat depuis la loi Evin n'a eu aucun effet global sur la santé publique. Le nombre de cancer du poumon (du au tabac( par rapport à la population française a même légèrement progressé en 20 ans ! Le paquet neutre ne fera aucunement baisser l'attrait pour le tabac. Il ne fera, comme l'indique la Seita, que favoriser la contrebande, donc l'utilisation de produits encore moins sécures. Qui veut faire l'ange finit toujours par faire la bête. Et pendant ce temps-là, nos politiques tentent aussi de tuer dans l'oeuf l'essor de la cigarette électronique, qui est probablement à ce stade, le seul espoir pour les fumeurs de continuer à pratiquer leur "vice" en prenant nettement moins de risque pour leur santé.
a écrit le 10/03/2015 à 17:12 :
Si les pays voisins ont des paquets "différents"(normaux), ça se verra rapidement, les achats extérieurs. Pour la fraude, la copie est leur business, donc ni vu ni connu.
Trop de morts, il faut interdire ! Ménager une industrie pour l'emploi, si c'est pour générer des cancers, bizarre comme "gestion"....
(et recycler les planteurs de tabac avec autre chose d'utile, du chanvre pour faire les billets ou les sacs postaux, zut sont en plastique maintenant).
Réponse de le 11/03/2015 à 0:20 :
"Trop de morts, il faut interdire". Ce serait pire que le mal. Depuis 1929, on sait parfaitement que la prohibition est tout sauf une bonne idée. La consommation ne s'arrête pas pour autant. La prohibition développe et enrichit les mafias. Et fait mettre sur les marchés des produits particulièrement nocifs. Pour info, la France dispose dans le domaine des stupéfiants d'une des législations les plus dures, et c'est pourtant chez nous, qu'on y trouve le plus de consommateurs.
Réponse de le 11/03/2015 à 6:48 :
Et pourtant en France, le cannabis est prohibé, mais pas le tabac ou l'alcool qui tuent cent mille fois plus de gens.
Et en plus, aux USA, soit disant pays arriérés, certains états autorisent le cannabis...alors la France pays moderne ou arriéré avec tous ces morts dus au tabac et à l'alcool ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :