Tour du monde à vélo : un Bordelais à la rencontre des startups

 |   |  409  mots
Thomas Despin
Thomas Despin (Crédits : DR)
Thomas Despin, Bordelais de 23 ans déjà fondateur de plusieurs entreprises, se lancera mi-avril dans un tour du monde à vélo. Son objectif : rencontrer 100 autres créateurs de startups et rendre compte de leurs visions de l'entrepreneuriat lors d'un périple qui le mènera notamment en Espagne, Hongrie, Turquie, Chine, Turkménistan, Thaïlande, Californie...

L'entrepreneuriat, Thomas Despin n'en est pas à son coup d'essai. Alors qu'il bouclait une licence de psychologie à l'université de Bordeaux, le jeune homme montait parallèlement une société événementielle. Puis se lançait dans un autre business avec Bordeaux Privilèges, carte offrant des réductions dans cinquante commerces de la place bordelaise et s'adressant aux 18-25 ans, toujours en activité.

"Cela fait longtemps que je réfléchissais à un tour du monde, explique-t-il. Je cherchais à lier cette envie avec le monde de l'entreprise, qui me passionne. L'idée de rencontrer 100 créateurs de startups a mûri doucement et j'ai fini par opter pour un voyage à vélo, un moyen de transport écologique, qui me donnera de l'autonomie et me permettra d'être plus proche des gens que l'avion ou la voiture."

S'il ne cache pas que sa démarche entre dans le cadre d'une phase de développement personnel, Thomas Despin entend également faire partager ses rencontres au plus grand nombre. Partenaire de l'association Les Déclics, il veut mettre en lumière les motivations de chaque personne croisée et prouver que tout jeune peut se lancer dans une aventure entrepreneuriale.

Un an autour du monde

"En tant que jeune entrepreneur, des difficultés, j'en ai eu. Ce qui m'intéresse dans ce voyage, c'est de partir à la découverte des points communs, des récurrences, des différences, des visions de l'entrepreneuriat que l'on constate aux quatre coins de la planète. J'en rendrais compte à travers des textes, vidéos et photos sur mon site et sur les réseaux sociaux."

Thomas Despin table sur un voyage d'un an au minimum. Son plan de route n'est pas totalement arrêté, évoquant une vingtaine de pays traversés, tout en laissant la porte ouverte aux envies. Certains points de chute sont néanmoins fixés :

"Je sais déjà que je passerai par Miami, San Francisco ou Londres par exemple. Une vingtaine de dirigeants m'ont déjà contacté pour que je passe les voir. En arrivant dans une nouvelle ville, je contacterai les réseaux d'entreprises pour identifier celles qui pourraient me rencontrer. Ce projet nécessite un budget total de 13.200 €. J'apporte mes fonds propres mais il me manque 6.000 €, c'est pourquoi je viens de lancer une campagne de financement participatif sur Indiegogo."

Les partenaires de toutes natures, mécènes ou sponsors, sont bien sûr les bienvenus avant le départ, prévu mi-avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :