Gascogne revient des enfers

Gascogne enregistre un recul limité à 1,8 % de son activité en 2014. Ce qui, compte-tenu des terribles difficultés rencontrées par le groupe, prend des allures de performance.

3 mn

Le site de Gascogne Sacs à Castets (Landes)
Le site de Gascogne Sacs à Castets (Landes) (Crédits : Groupe Gascogne)

Le groupe Gascogne (1.996 salariés dans 70 pays), à Saint-Paul-lès-Dax (40), coté en bourse et leader régional en activités bois, papier, sacs et matériaux complexes, a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 98,3 M€ au quatrième trimestre 2014, en recul de 3,2 % par rapport à la même période en 2013. Le recul est beaucoup plus limité sur un an puisque le CA de Gascogne, à 410,7 M€ en 2014, est en retrait de 1,8 % par rapport à 2013.

Rappelons que le groupe, dont Dominique Coutière est le nouveau PDG, n'a officiellement achevé la restructuration de son capital et sa dette que le 19 septembre dernier, après des mois d'une crise potentiellement mortelle. Dominique Coutière a rebaptisé début 2015 les sociétés françaises du groupe. Gascogne Wood products devient ainsi Gascogne Bois, Gascogne Paper est rebaptisé Gascogne Papier, Gascogne Sacks : Gascogne Sacs et Gascogne Laminates : Gascogne Flexible. Au quatrième trimestre 2014, la branche bois enregistre la plus forte baisse d'activité du groupe par rapport à la même période en 2013, avec un CA de 17 M€ (- 17,8 %).

Baisse structurelle de la déco

Sur un an, la branche bois réalise un CA de 71,9 M€ en recul de 11,2 %. La direction explique que le tassement au quatrième trimestre de l'activité industrielle de cette branche, minée depuis le début de l'année par une tendance baissière, n'a pas permis de compenser "la baisse structurelle des marchés de la décoration". La branche papier reste stable au quatrième trimestre 2014 par rapport à la même période en 2013, avec une légère hausse de + 0,6 %, à 25,5 M€. En 2014 et sur un an, cette branche enregistre une baisse d'activité de 2,3 %, à 101,2 M€. La comparaison favorable au quatrième trimestre 2014 tient à la panne en 2013 de la chaudière de la papèterie de Mimizan, tandis que l'activité annuelle a souffert de perturbations (résolues depuis) de la production en octobre, "ce qui n'a pas permis au final d'optimiser les volumes mis à la vente". A noter toutefois que les marchés restent bien orientés pour le leader mondial du papier kraft naturel frictionné qu'est Gascogne.

Des pertes qui devraient fondre

La branche sacs (base papier, plastique, papier-plastique) reste sable au quatrième trimestre 2014, avec un petit tassement de  - 0,2 %, à 26,8 M€, par rapport à la même période en 2013, et de - 0,3 % sur un an, à 113,4 M€. La direction de Gascogne souligne que la hausse des ventes sur les sites français et grecs a compensé "le recul conjoncturel de la Tunisie qui s'est poursuivi sur la période du fait du contexte politique local et des difficultés à livrer les marchés libyens". La branche des complexes, qui est désormais celle des flexibles (matériaux multicouches), est la seule vraiment à la hausse, avec une progression de 1,7 %, à 29 M€, au quatrième trimestre 2014 par rapport au quatrième trimestre 2013, et de 3,5 %, à 124,2 M€, sur un an. Gascogne note que cette branche continue sa progression "avec toutefois un ralentissement pour le site français" et que l'usine allemande de Linnich "a poursuivi sa reconquête de volumes". La restructuration du capital et de la dette du groupe portent leurs fruits et la direction de Gascogne pronostique en particulier une perte nette de l'ordre de 6 M€ au titre de 2014, contre un trou de 55,7 M€ en 2013. Des données estimées qui sont en cours d'audit par les commissaires aux comptes.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.