Quelles ambitions pour Pernat à Saint-Médard-en-Jalles ?

 |   |  677  mots
Roger Pernat compte capitaliser commercialement sur l'expertise dans le domaine des pignons de moteurs du site girondin pour lui remplir son carnet de commande
Roger Pernat compte capitaliser commercialement sur l'expertise dans le domaine des pignons de moteurs du site girondin pour lui remplir son carnet de commande (Crédits : D.R)
Le groupe familial haut-savoyard Pernat vient de reprendre l’activité et les salariés du site Altia de Saint-Médard-en-Jalles (33). Roger Pernat, son PDG, explique la stratégie de son groupe et les ambitions qu’il nourrit pour l’avenir de Saint-Médard-en-Jalles.

En quittant un groupe Altia exsangue et en redressement judiciaire depuis août dernier, l'usine de mécanique de précision devrait retrouver un nouveau souffle. Elle intègre un groupe familial haut-savoyard, Pernat, qui a trouvé là l'occasion de mettre la main sur une activité qui complète son offre en matière d'industrie.

"Notre navire amiral, la société Pernat Emile, prénom de son fondateur, mon père, est spécialisée dans le décolletage mécanique. Le groupe, que notre famille détient à 90 %, est principalement basé à Marignier, notre siège de Haute-Savoie. Mais nous sommes également présents en Roumanie où notre groupe Dumont Technologies possède une usine. Aujourd'hui, le groupe compte 400 salariés environ avec l'intégration du site girondin. Nous réaliserons entre 70 et 75 M€ de CA cette année" assure Roger Pernat.

Une reprise suggérée par... PSA

Levant le voile sur la stratégie qui l'a conduit à acquérir le site de Saint-Médard-en-Jalles et à conserver 30 de ses 31 salariés, Roger Pernat parle du rôle du constructeur automobile PSA.

"C'est ce groupe, client d'Altia et qui est aussi un de nos principaux clients, qui nous a demandé de nous positionner. A l'étude, il est rapidement apparu que le site bordelais nous apporterait une compétence que nous n'avions pas jusque là. En clair : l'acquisition de ce site industriel, qui tout comme Pernat, travaillait avec PSA sur son futur système d'injection (projet DW10-Euro 6.1 - NDLR), renforce nos collaborations avec le constructeur. Mais il nous ouvre aussi des perspectives pour des collaborations avec Getrag et Ford. Nous étions déjà en relations commerciales, mais en se rapprochant au plus près de Getrag qui est installé à Blanquefort, nous allons avoir beaucoup plus d'atouts pour finaliser ces discussions..."

Roger Pernat

(Photo Roger Pernat, PDG du Groupe Pernat)

Les "experts" de Saint-Médard-en-Jalles vont avoir du boulot

Fournisseur de rang 1 pour PSA, le groupe Pernat, qui est également un fournisseur important de constructeurs allemands comme Volkswagen ou Audi, mais qui est aussi présent dans l'industrie de l'équipement des armées, entend ouvrir son carnet d'adresses à son nouveau site.

"L'atelier de Saint-Médard-en-Jalles est trop mono client. L'activité développement qui est en cours avec PSA ne peut rester longtemps la principale mission du site. Nous allons travailler à développer son portefeuille de clients et récupérer aussi les anciens clients du site, qui étaient partis au moment des annonces de difficultés d'Altia. Les compétences du personnel du site, son expertise dans le domaine de la rectification d'engrenages ouvrent des perspectives commerciales qu'il faut exploiter. Le travail remarquable accompli par Didier Labrado, directeur du site, pour bâtir une équipe solide, qui a connu des périodes difficiles ces dernières années, mérite d'être récompensé de nouvelles missions !"

Une structure va se mettre en place au sein de Pernat pour s'occuper spécifiquement de relancer l'activité du site.

"Les personnes sont désignées, nous serons en ordre de bataille commercial dans quelques jours. Je ne suis pas inquiet du tout pour le potentiel de développement du site. La preuve : nous avons programmé 5 M€ d'investissements pour répondre, dans un premier temps, aux besoins du client PSA, qui vont d'ailleurs nécessiter entre 10 et 15 recrutements à très court terme."

L'aéronautique ?

Désormais présent dans une région, l'Aquitaine, où l'industrie aéronautique est très forte, Roger Pernat n'exclut pas le positionnement du site girondin dans ce secteur, mais il n'en fait pas une priorité.

"Le groupe Pernat intervient déjà dans le domaine de l'aéronautique, mais c'est un secteur qui impose des normes radicalement différentes de celles de l'automobile. Pour le site de Saint-Médard-en-Jalles, s'il est impossible d'exclure cette possibilité pour l'avenir, aujourd'hui, nous allons d'abord capitaliser sur les savoir-faire existants et tenter de nous imposer dans notre cœur de métier, la mécanique de précision, le décolletage, l'usinage pour l'industrie automobile, avant d'envisager quoi que ce soit d'autre."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :