Château Lestage, un Montagne russe

 |   |  298  mots
Le nouveau propriétaire de Château Lestage, l'industriel Sergueï Belikov est déjà propriétaire de plusieurs sociétés de négoces de vins
Le nouveau propriétaire de Château Lestage, l'industriel Sergueï Belikov est déjà propriétaire de plusieurs sociétés de négoces de vins (Crédits : Lestage)
Si diplomatiquement et économiquement les relations entre la France et la Russie ne sont pas au beau fixe, cela n’empêche pas les transactions entre vendeurs français et acheteurs russes de vignobles bordelais. La preuve avec le Château Lestage, un Montagne passé sous pavillon russe.

Jusque-là propriété du bordelais Philippe Raoux, le Château Lestage et ses 18,75 hectares de vignes situées en appellation Montagne Saint-Emilion, vient tout juste de changer de mains. Le propriétaire (depuis 1986) du château d'Arsac (Margaux) vient en effet de vendre cette propriété, située à Parsac, à un industriel russe. Un millionnaire qui a fait fortune dans la fabrication et la vente de climatisations.

Selon le cabinet bordelais Rustmann et Associés, qui a conseillé le vendeur, l'acheteur russe Sergueï Belikov, 57 ans, déjà propriétaire de plusieurs sociétés de négoces de vins, souhaite également rapprocher sa famille, notamment ses petits-enfants, de la France et de sa culture.

La chute de la rouble a retardé l'affaire... pas la diplomatie

Le montant de la transaction n'est pas révélé, mais il apparaît à l'acheteur que le potentiel de cette propriété, qui jusque-là fournissait la société de négoce de Philippe Raoux, est élevé. L'outil de travail étant neuf.

Pour la petite histoire, cette transaction aurait dû être finalisée il y a six mois, mais si elle a un temps été repoussée, cela n'aurait rien à voir avec les tensions qui existent entre la France et la Russie sur le dossier diplomatique de l'Ukraine. Ni même avec la suspension de livraisons des porte-hélicoptères à l'armée russe, mais tout simplement en raison de la chute du taux de change de la monnaie russe. On ne peut pas dire que ce taux de change soit plus brillant ces derniers temps (1 euro vaut actuellement 66 roubles), mais finalement la transaction est allée à son terme et Sergueï Belikov, selon la personne qui le représente en France,  "a réalisé un vieux rêve en s'offrant un château dans le bordelais".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :