"Je continuerai à conduire tant qu'UberPOP n'est pas interdit"

 |   |  1058  mots
Les taxis voient d'un très mauvais œil la concurrence des VTC (voiture de transport avec chauffeur) notamment Uber.
Les taxis voient d'un très mauvais œil la concurrence des VTC (voiture de transport avec chauffeur) notamment Uber. (Crédits : reuters.com)
Après l’Allemagne et la Belgique, c’est au tour du tribunal correctionnel de Paris de tomber sur le dos d’Uber. La filiale française de la startup américaine vient d’être doublement condamnée. Un jugement qui n’inquiète pas un de ses conducteurs bordelais, qui ne voit pas en quoi le service UberPOP est une menace pour les chauffeurs de taxi.

Jeudi 16 octobre. Le tribunal correctionnel de Paris condamne la filiale française de la startup Uber à 100.000 € d'amende pour pratique commercial trompeuse, lui reprochant d'avoir présenté son service UberPOP comme un service de covoiturage alors qu'il s'agit dans les faits d'une offre payante de transports entre particuliers. Les juges ont notamment estimé qu'Uber était parfaitement consciente que l'offre UberPOP "était dès l'origine illégale au regard de la législation française sur le transport routier de particuliers". "Ce comportement caractérise une parfaite mauvaise foi dissimulée derrière un discours qui se veut progressiste", assène le jugement.

Pour rappel, depuis avril dernier, Uber était sous le coup des poursuites engagées par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Deuxième amende mais non financière cette fois : mentionner sur les deux sites français que les utilisateurs d'UberPOP encourent des risques de poursuites pénales.

Quelques heures plus tard, Uber répondait par une déclaration de Thibaud Simphal, directeur général Uber France, via un communiqué de presse.

"Uber examine les implications juridiques de la décision d'aujourd'hui sur la publicité et la promotion de la solution de transport entre particuliers UberPOP. Le Tribunal a relaxé Uber au titre de deux des trois chefs d'accusation, et Uber fera appel du reste de la décision. A ce stade, Uber continue de proposer sa solution UberPOP en France et demeure déterminée à promouvoir des alternatives innovantes, abordables et sûres pour répondre aux besoins de la mobilité urbaine. Près d'un an après le lancement d'UberPOP à Paris, des centaines de milliers de personnes utilisent régulièrement cette solution de transport simple, accessible et fiable dans six villes en France."

Uber a donc choisi de jouer la montre, l'appel entraînant la suspension de la décision de justice.

Temps de revoir le cadre juridique

Joint par téléphone, Alexandre Molla, directeur général expansion France d'Uber, pointe du doigt le cadre réglementaire vieillissant.

"Uber en appelle au législatif pour redéfinir le cadre réglementaire. Il est temps de le revoir. Il date d'une époque où il n'y avait pas Internet, pas de smartphone. Nous sommes convaincus de ce qu'apporte Uber au territoire. Nous devons expliquer ce qu'est Uber au tribunal et leur faire prendre conscience qu'au vu de la demande il y a besoin de ce genre de services. La question à se poser est : quel cadre réglementaire donne t-on à la solution Uber ? Il doit y avoir une prise de conscience générale comme ce fut le cas aux Etats-Unis, en Catalogne. Des centaines de milliers de personnes utilisent régulièrement UberPOP à Paris. Au vu de cet engouement, le service ne doit pas être interdit, mais régulé, encadré dans le but d'accompagner vers le changement."

Neelis Kroes, la vice-présidente de la Commission Européenne, s'est dite prête à accompagner ce changement en affirmant : "La technologie perturbe de nombreux secteurs. Les taxis ne peuvent pas être exemptés. Nous devons travailler avec la technologie, non pas contre elle, ce n'est pas l'ennemi."

Pas d'inquiétude du côté de Bordeaux

Le service UberPOP a été lancé il y a quelques semaines à Bordeaux. Un des premiers Bordelais à l'avoir utilisé a accepté de se confier à la rédaction de La Tribune - Objectif Aquitaine. Ce retraité bordelais, ancien officier de gendarmerie, est un conducteur occasionnel d'UberPOP.

"La semaine dernière, j'ai consacré 4 matinées à proposer des courses. La semaine d'avant, c'était deux demi-journées. Ma première semaine : une matinée. Je fais cela quand j'ai du temps. Je ne suis pas tenu par un rendement imposé par Uber."

Ce conducteur à ses heures perdues utilise UberPOP pour deux raisons : arrondir ses fins de mois et s'occuper.

"Ma compagne travaille à Bordeaux. Et je n'aime pas la voir partir travailler et rester à la maison, donc je m'occupe."

Il avoue ne pas se préoccuper de la condamnation d'Uber et des risques de poursuites pénales encourues par les utilisateurs.

"Uber est une grande société internationale. Tant que le service fonctionne et que je peux me connecter à mon interface conducteur, c'est qu'il n'y a pas de risque. Si le service devient un jour interdit, j'arrêterai."

Ce qui pour lui a peu de chances d'arriver, compte tenu de l'attente des Bordelais quant au service.

"Aujourd'hui, il y a une nouvelle philosophie des transports et Uber va dans ce sens. Les gens vont chercher ce qui est le plus avantageux en terme de tarifs, de temps... donc ils utilisent des services comme Blablacar (le leader européen du covoiturage - NDLR)."

Pas la même clientèle que les taxis

Après plusieurs courses, le Bordelais juge que les personnes qu'il a vu passer entre ses portes, ne sont pas des clients potentiels de taxi.

"C'est la majorité du temps des jeunes. Cela s'explique par le fait que les courses sont commandées sur smartphone. Je dirais que nous avons plus à faire à la clientèle des trams et bus bordelais. Les chauffeurs de taxi s'insurgent que les VTC leur piquent leur clientèle mais je ne suis pas sûr que cela soit vraiment le cas. Il se trouve que je fais beaucoup de petites courses, de courts trajets que les taxis refuseraient. Il y a du gâteau pour tout le monde. Et ce n'est pas la même offre. UberPOP propose un confort qu'il n'y a pas forcément dans un taxi. Des clients utilisent le service UberPOP parce que c'est plus cossu. De l'eau et des bonbons sont proposés dans le véhicule. Cela leur fait penser à un chauffeur privé."

Pour l'instant, l'utilisateur avoue ne pas crouler sous les demandes pendant qu'il est en service. En 4 h de temps, il fait en général une à deux courses. Pas de quoi s'inquiéter, juste le temps que le bouche à oreille fonctionne.

"UberPOP marche très bien dans des villes comme Toulouse et Lyon, pas de raison que cela ne se produise pas à Bordeaux."

Le Bordelais devrait donc continuer à rouler, tout comme UberPOP en France, tout en attendant avec impatience les décrets d'application de la loi Thévenoud, adoptée par le Parlement il y a quelques jours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2015 à 19:53 :
Uber pop est la solution de notre temps présent et avenir .
C'est une vraie révolution de mobilité urbaine pour tous , enfin il sera possible de se de déplacer de manière libre ,égale ,économique et fraternelle , tout en apportant du travail à nos jeunes en attente de servir leurs villes .
Merci uber
a écrit le 26/02/2015 à 17:49 :
Dans l'absolu, Uber rends service à tout le monde. Perso, je fais ça depuis 3 semaines et le bilan est très positif. De plus Uber fait ce qu'il faut pour que ce service continue sans encombre. Ils nous propose gratuitement une assurance et un statut. Moi je n'y vois que l'opportunité d'un changement conséquent dans ma vie. J'ai des charges et "j'étais" au chômage. Je suis sorti du centre d'action social de Nogent sur Marne où on m'a dit "7 ans d'attente pour un appart", chez Pole Emploi, on a rien pour moi et quand j'accepte une formation dans leurs locaux, c'est pour recevoir des leçons genre "avant un rdv d'embauche ne buvez pas"-consternant- c'est sûr que ce genre de service minable ne sera jamais accusé ! ! ! Donc Uber me permets à force de travaille de tenter les 3500€ à la fin de ce mois...ça vous fait réfléchir ? Ben faut juste se bouger le cul en France, faut compter que sur soi, le reste et vous on s'en fout !
Vive Uber ! ! !
Réponse de le 23/06/2015 à 11:38 :
moi j'aimerais juste savoir comment vous déclarez votre travail aux impôts??
a écrit le 15/02/2015 à 17:48 :
francement il y a pas de controle il embauche impeu n importe qui j ai un ami qui ce boure la guelle avant le servive est pendant aucun service client téléphonique sinon c dommage car pratique
Réponse de le 19/02/2015 à 14:45 :
meme un chauffeur de taxi peu étre bouré?????
a écrit le 11/01/2015 à 10:04 :
Moi je peu dire que les chauffeurs de taxis en France sont trop égoïstes, htppocrites car il ya du pain pour TT le monde.ils mettent TT le temps en cause les charges a payer ,c'est leurs seul prétexte.
Réponse de le 19/02/2015 à 14:47 :
je suis d'accord avec ça!!!!!!!!.
a écrit le 15/12/2014 à 11:50 :
de toutes façon i a que en France que on porsuite les utilisators sans interdire au prealable l'aplication ce qui mostre la crue realite .... meme si l'aplication on peu pas l'interdire (ca que signifique que il est tout a fait dans la legalite) mais on poursuit les utilizator d'une aplication LEGAL pas que ce interdite de sen servir ..... ce vraiment le pais de l'hipocresie ca.... domage l'image que on donne a l'etranger....
a écrit le 10/12/2014 à 16:38 :
quoi qu'on dise sur les vtc et les taxis, une chose est sûr c'est que chez les vtc tout est déclaré car tout les payements se font par virement bancaire alors que pour les taxi (pas uniquement en france mais dans le monde) il y a trop de noir (argent sales, blanchiment d'argent, sommes colossales non déclarés aux impots...) j'ai de la famille qui travaille autant que taxi (location) en plus il touche du chomage.
il m'a dit que bientôt il vas s'acheter un taxi pour lui !!!! il y a juste un an et demi qu'il a commencé !!!!
a écrit le 30/11/2014 à 14:21 :
C'est quand même étrange que dans un pays à caractère social, on interdise des filières paratiques et économiques pour les consommateurs que nous sommes.
a écrit le 21/11/2014 à 20:06 :
Un uberpop offre des chocolats trafiques et viole ses massageres. Lorsque vous aurez un accident on verra si vos assureurs repondront presents. Pour les taxis c'est une profession ultra reglementee et controlee et en cas de problème on pourra toujours retrouvé le chauffeur et se defendre. Moi je reste fidele au taxi
Réponse de le 10/12/2014 à 18:16 :
Il faut pas oublier que certain taxi viole aussi ses passageres il faut savoir qu un chauffeur grand remise paie des assurances qui couvre ses passagers
Réponse de le 15/12/2014 à 11:42 :
alors il faut jamais monte dans la bagnole de ton pote pas que te pas assure ni la de ta mama ni de ton frere pas que te pas aasure et je ne parle pas du corvaiturage...tout ça ce de foutage de gueule tout ce quil veut ce continuer a faire payer les deplacements aux prix fort ce tout une question d'argent il sen fouten de ta securite reveillevous.
a écrit le 30/10/2014 à 8:20 :
Je propose à ce gendarme que l'on remplace ses collègues par un service de maintien de l'ordre privé. Si personne paie les impôt et charges qui va sa retraite .
a écrit le 27/10/2014 à 12:04 :
C est cool uberpop. Tu ramasse. De l argent s'en avoir de statut Pas d rsi. Ni impôt. Coool
a écrit le 26/10/2014 à 11:00 :
si les français étaient moins taxé de partout et prient pour des vaches a lait a tout va ils ne s'improviseraient pas taxi pour joindre les deux bouts a la fin du mois
longue via aux site proposant des services a la personne entre particuliers cela permet a beaucoup de français de nourrir leur famille
Réponse de le 19/02/2015 à 2:45 :
Nous les ruraux on s'en fout de tous ces Uber, VTC, taxis, covoiturages etc. ; on n'a rien, même pas un bus qui passe dans la journée. On se démerde avec notre vélo, scooter ou voiture si on en a une. Les taxis, s'ils ne sont pas contents, qu'ils s'embauchent dans les VTC à 2800€/mois en costume cravate pour 8 heures de boulot par jour et qu'ils nous fassent pas chier!!! Si les taxis tiennent tant à faire leur métier c'est qu'il y a des avantages, non? J'ai un copain chauffeur de taxi qui change sa Prius plus tous les ans (celle qu'on recharge et qui parcourt 25Km à 85KM/Heure.) et qui passe 1 mois de vacance à La Nouvelle Calédonie tous les ans.
a écrit le 23/10/2014 à 1:52 :
A votre avis que font les chauffeurs uber et uber pop quand il n'ont pas de commande?
Réponse de le 19/02/2015 à 14:50 :
il pointe au chaumage et c'est pas fini........,?
a écrit le 21/10/2014 à 8:44 :
Si ça marche c'est qu'il y a un réel besoin ... auquel les taxis ne répondent pas.
Réponse de le 21/10/2014 à 10:49 :
... où que la non-taxation de ce service (impôts comme charges sociales) entraine une distorsion de concurrence qui rend artificiellement ce service moins cher ...!!?
a écrit le 20/10/2014 à 23:38 :
Faire appel en correctionnelle sans avoir de solides arguments, ils vont au casse-pipe, il y a plus de chance que la douloureuse soit encore plus forte, assortie d'une sanction supplémentaire, le tribunal apprécie rarement ceux qui ne comprennent pas de quoi ils sont coupables. Le juge est là pour appliquer la loi, pas pour prendre en compte l'air du temps, ca c'est au législateur de le faire.
a écrit le 20/10/2014 à 20:13 :
Uberpop, c'est l'organisation du travail non déclaré ! CE retraité, il paie des charges sociales sur son travail ? Il déclare ces revenus supplémentaires pour ses impôts ? ... j'en doute !!
Autant je suis favorable aux sites de covoiturage bénévoles (indemnités limitées aux dépenses ...), autant je trouve scandaleux ce site ...
a écrit le 20/10/2014 à 17:37 :
Les chauffeurs de taxi ont les boules de payer une grosse license.

Laissons le commerce mince. Monopole !
Réponse de le 11/11/2014 à 12:48 :
Le commerce = tva+impots.
Le travaille au noir et les niches et l optimisation fiscales sont la vrai cause du fait que les impots sont eleves.
Donc payons nos impots et taxes, peut etre que la note reduira.
Réponse de le 14/11/2014 à 11:09 :
Merci
Réponse de le 26/11/2014 à 13:09 :
Uber pop vitrine du travail au noir et ,royal rien a payer pour relever les caisses de la sécu ....merci les américains .
Réponse de le 26/11/2014 à 17:05 :
De rien payer comme charges rsi ou sécu ,c'est magnifique .profitons de ce libéralisme américain en France .uber me prend 20 ./.....
Réponse de le 14/12/2014 à 19:42 :
En cas d'accident corporel le taxi lui , il est assuré car il paie une assurance specifique "transport de personne !!... en plus les "uber" , même si a première vue cela parait attractif présentent au moins deux anomalies ; la première c'est la sécurité du client (comme précité ) et la deuxième c'est la légalité fiscale ...aucun paiement de rsi , d'urssaf , et d'impôts !!! contrairement aux taxis qui eux payent !! .Alors a mon humble avis , ce manque d'équité entre ces deux activités ne pourra pas durer très longtemps ; si l'on en restait la , les taxis sont morts a court terme !! par contre si l'on réglemente uber de façon a s'alligner fiscalement et securitairement comme le sont les taxis ; Alors là ça va être dur aussi pour les taxis mais ils survivront ; par contre la valeur de leur licence vaudra peau de chagrin !!!!
Réponse de le 19/02/2015 à 14:42 :
il faut arreter avec tous ça si un jour on me demande d'enmener une personne a un endroit et que l'on me paye je le fait car mon vehicule est assuré ,,??????????;.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :