Bordeaux : la marée montante des croisières fluviales

 |   |  659  mots
En fort développement, le business de la croisière fluviale depuis Bordeaux attire les professionnels du secteur. En 2016, dix navires seront positionnés dans le Port de la Lune.
En fort développement, le business de la croisière fluviale depuis Bordeaux attire les professionnels du secteur. En 2016, dix navires seront positionnés dans le Port de la Lune. (Crédits : P.R)
Si le tourisme en général, est en hausse à Bordeaux ces dernières années, celui, tout jeune, du tourisme lié aux croisières fluviales connaît un essor spectaculaire. Et c’est loin d’être fini si l'on en croit les ambitions et résultats des acteurs présents dans le Port de la Lune.

Président de l'office de tourisme de Bordeaux, Stephan Delaux, adjoint au maire en charge du tourisme, de la promotion touristique du territoire peut se réjouir. Il y a quelques années seulement, il avait dû convaincre, parfois avec peine, de la pertinence d'une politique en faveur du développement du tourisme fluvial sur la Garonne.
En trois ans seulement, le développement économique du croisiériste, qui a essuyé les plâtres,  l'armateur strasbourgeois CroisiEurope, lui a donné raison.
CroisiEurope arrivé à Bordeaux en 2011 avec un bateau de 138 passagers "Princesse d'Aquitaine" en compte désormais deux avec la construction et la livraison du Cyrano de Bergerac qui a mobilisé un investissement de 24 M€. Et le groupe alsacien prépare déjà l'arrivée d'un troisième bateau.
"Notre carnet de réservations, pour des croisières d'une semaine avec départ et arrivée à Bordeaux, est plein. Il faut réserver un an à l'avance" assure Jean-Marc Portebois, commandant pour le compte de CroisiEurope (42 navires). "Le troisième navire de croisière qui arrivera bientôt à Bordeaux nous permettra de gagner en souplesse pour des ventes de croisières en "dernières minutes" ou plus spécialement pour des Aquitains qui sont très demandeurs de croisières sur la Garonne mais qui sont frustrés de devoir attendre un an pour les réaliser".


Viking a fait le plein... jusqu'en 2016


En plein développement, CroisiEurope entend créer, avant 2016, une agence commerciale directement installée à Bordeaux.
Alléchée par le succès du Français, la concurrence a, elle aussi, jeté l'ancre dans le port de la Lune... et l'a décrochée.
Ainsi, arrivé début 2014, la compagnie d'origine norvégienne mais basée aux USA (Los Angeles), Viking Forseti (52 bateaux dans le monde), a déployé son offre de croisières fluviales, portée par sa filiale Viking River Cruises, en positionnant un navire pouvant accueillir 190 passagers, tous ou presque Américains. "Le résultat est excellent. Notre carnet de réservation pour l'année 2015 est plein" confirme Mary Dardenne, de Viking River Cruises. Des croisiéristes américains prêts à dépenser entre 2.000 et 10.000 $ pour une semaine de croisière entre Bordeaux et Cognac, entre cours d'œnologie, visites de grands crus avec accès privilégié, et rencontres avec la fine fleur de la tonnellerie.


Bientôt 10 bateaux de croisières fluviales à Bordeaux


Le boom de la croisière fluviale n'est pas qu'un phénomène bordelais. " Les croisières fluviales sont en fort développement partout dans le monde " explique Jean-Marc Portebois qui souligne néanmoins que Bordeaux profite très largement de ce phénomène, "En 2016 au plus tard, Bordeaux servira de port de base à au moins 10 bateaux de croisières fluviales !" Trois nouvelles compagnies sont actuellement sur les rangs pour rejoindre CroisiEurope et Viking à Bordeaux.
Un petit acteur local, l'ex groupement Gens d'Estuaire, désormais Bordeaux River Cruises, se positionne également sur ce marché, "mais en complément des offres des croisiéristes présents à Bordeaux. Nous avons mis en place une offre complémentaire, des liaisons entre Bordeaux et les îles de l'Estuaire, des croisières oenologiques des déjeuners et/ou diners croisières de quelques heures..." explique Julien Marcotte, de la société girondine. "Notre cible est quasi essentiellement bordelaise. Une rapide étude de marché nous a permis de découvrir que si les bordelais se sont à nouveau tournés vers leur fleuve, ils sont 80% à n'avoir jamais navigué dessus" ajoute le directeur commercial de Bordeaux River Cruises.
Le filon de la croisière fluviale s'avère donc payant, particulièrement à Bordeaux et attire régulièrement de nouveaux chercheurs d'or. Ils ont raison, car ce business peut encore révéler de nouvelles pépites. CroisiEurope déploie désormais son offre de croisières sur les canaux. Elle est en train de construire 6 péniches de croisière... dont une assurera la liaison Bordeaux-Toulouse en 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :