CCI, Conseil régional, CUB... Qui possède quoi à Bordeaux ?

 |   |  1090  mots
Le Pont de pierre
Le Pont de pierre (Crédits : Objectif Aquitaine / Appa)
Focus sur les principales institutions et sur leurs possessions à Bordeaux.

La CCI de Bordeaux
A Bordeaux, la Chambre de commerce et d'industrie ne dispose pas d'un important patrimoine immobilier, mais elle possède une partie de ce qui fait l'identité de Bordeaux, le bâtiment central de la place de la Bourse. A Bordeaux-Lac, la CCI est propriétaire de trois bâtiments sur un terrain qui va accueillir prochainement un nouvel ensemble également dévolu à la formation. La Chambre de commerce dispose également, sous la forme d'un crédit bail, d'un immeuble de bureaux près de la place Ravezies. Pour être complet, elle est également le propriétaire du terrain et des bâtiments du campus de son école supérieure de commerce, Kedge. En plein travaux d'agrandissement (près de 40 M€ d'investissement pour une livraison finale rentrée 2014), ce campus est situé sur la commune toute proche de Talence.

Le Conseil régional
Le patrimoine immobilier du Conseil régional d'Aquitaine se compose de bâtiments à usage administratif. L'Hôtel de région, rue François de Sourdis, lui appartient, comme la tour Croix des fontaines à Mériadeck. La collectivité possède également depuis 2007 l'immeuble de Lamolère et Raby, bâtiment du XVIIIe siècle qu'elle a rénové, sis place Jean-Jaurès, où sont logés plusieurs services tels que la délégation TIC et le service régional de l'Inventaire ainsi que le Comité régional du tourisme. Elle est aussi propriétaire d'une maison proche de la Cité administrative, qui héberge par bail emphytéotique le Comité régional olympique et sportif. Hors de Bordeaux, la Région compte également dans son patrimoine deux instituts universitaires et de recherche : l'Institut supérieur de la vigne et du vin à Villenave-d'Ornon et l'Institut d'optique d'Aquitaine à Talence. Enfin, elle a reçu en donation les propriétés de François Mauriac : le Domaine de Malagar à Saint-Maixant, qui héberge le Centre François Mauriac de Malagar (ouvert au public), et la maison de vacances de la famille à Saint-Symphorien, lien d'accueil d'auteurs en résidence.

La Communauté urbaine de Bordeaux
L'essentiel du patrimoine de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) se compose de bureaux, logements et de quelques terrains. Un inventaire changeant destiné aux divers projets et opérations d'aménagements et qui évolue donc beaucoup. Parmi les biens importants ou originaux, on peut toutefois citer la caserne Niel, où s'est installé l'écosystème Darwin et qui devrait accueillir d'autres projets, mais aussi le pont Chaban-Delmas et le Pont de pierre, l'entrepôt qui date de la fin du XIXe siècle et qui abrite les bus du réseau TBC, les œuvres d'art jalonnant les lignes de tramway comme la « Maison des personnages » imaginée par les Russes Kabakov. Ou encore la station d'épuration Louis Farge.

La SNCF et RFF
Traditionnellement, dans les gares, le « bâtiment voyageurs » appartient à la SNCF (la gestion est assurée par la branche SNCF Gares & connexions) et la verrière, les quais et les voies à Réseau ferré de France (RFF), propriétaire de l'ensemble des infrastructures ferroviaires du réseau français. La gare de Bordeaux ne déroge pas à cette règle. Par ailleurs, la Société nationale des chemins de fer (SNCF) fait partie des grands propriétaires fonciers de la ville, avec un total de 412.092 m2 en sa possession. A signaler tout particulièrement, plusieurs grands pôles : celui de la gare Saint-Jean avec 361.381 m2, celui de Bastide gare avec 24.367 m2, de Gattebourse avec 15.239 m2…
RFF, 2e propriétaire foncier français, possède aussi un important patrimoine sur Bordeaux. Outre la verrière, les quais et voies de la gare Saint-Jean, comme mentionné plus haut, l'établissement possède également 21 hectares (la SNCF en compte 10) sur le site de l'opération Bordeaux Euratlantique. RFF est aussi propriétaire de l'ancien centre de tri postal, réhabilité et qui héberge désormais plusieurs de ses services.

Le CHU
Le patrimoine foncier hospitalier du CHU s'étend, au total, sur 875 569 m2. Le groupe hospitalier Pellegrin (247 809 m2) compte le Tripode, le centre Michelet, le centre Aliénor d'Aquitaine (soit au total 203 451 m2) ainsi que le bâtiment du Tondu (rue Piéchaud) offert aux hospices civils de Bordeaux par la ville en 1898. Le groupe hospitalier sud (552 116 m2) englobe l'hôpital Xavier Arnozan, Haut Lévêque (cédé par la mairie au CHU en décembre 1998) et l'EHPAD de Lormont. Le groupe hospitalier Saint-André (28 032 m2) regroupe l'hôpital Saint-André et le centre Jean Abadie.
L'inventaire ne serait pas complet si l'on oubliait les 5 301 m2 du grand Théâtre, place de la Comédie à Bordeaux. Un site dont les hospices de Bordeaux obtiendront la propriété en février 1804, en remplacement de biens aliénés à leur préjudice par une loi révolutionnaire. Actuellement, la Ville de Bordeaux et le CHU sont liés par un bail emphytéotique de 99 ans, qui rapporte une redevance annuelle de… 1 euro.

L'Etat
Impossible de toutes les citer. Les propriétés de l'Etat recensées sur Bordeaux sont au nombre de 303 et sont aussi diverses que des bâtiments d'enseignement (universités, formation professionnelle), des bâtiments techniques, les bureaux des administrations locales, des espaces aménagés (voies, parkings) et quelques ouvrages d'art (transformateurs EDF par exemple). Les plus emblématiques restent bien sur l'ancien hôtel de police de Castéja, en cours de cession, 12 489 m² rue de l'Abbé-de-l'Epée mais qui semble peiner à trouver un acquéreur, et la cathédrale Saint-André ainsi que la tour Pey Berland. Sans oublier bien sûr la résidence préfectorale, rue Vital Carles.

Bordeaux Port Atlantique
Plus que de patrimoine, on peut parler, pour le Port de Bordeaux, de zone d'influence, là où le port a vocation à développer son activité. Si elle avoisine les 125 000 hectares, la véritable propriété foncière du port s'étend sur 2 500 hectares, à Bordeaux bien sûr, mais bien au-delà, jusqu'aux rives de l'estuaire, à Pauillac. Sur ces 2 500 hectares, 30 % sont occupés, certaines parcelles sont inutilisables (marais, zones inondables…) mais 500 hectares peuvent être exploités ou vendus, comme ce fût le cas pour le terrain de 21 000 m2 qui accueillera, à Bordeaux Nord, le Centre des civilisations du vin ou à la location. Au total, à ce jour, les revenus annuels du port liés à son patrimoine s'élèvent à 15 M€. En matière immobilière, le Port possède les six hangars des quais bordant les Bassins à flot, dont le G2. Au Verdon, le port est également propriétaire du hangar 81, un bâtiment de 12 000 m2.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :