Le congrès européen de l'agriculture bio se tient à Bordeaux sur fond de baisse de la consommation

Bordeaux accueille le Congrès européen de l'agriculture biologique ces 16 et 17 juin. L'occasion pour la filière de se faire entendre alors que le climat est défavorable entre une baisse de la consommation l'an dernier et l'impact de la guerre en Ukraine. Une délégation ukrainienne a d'ailleurs évoqué la situation de l'agriculture dans le pays.

4 mn

Bordeaux accueille le Congrès européen de l'agriculture biologique ces 16 et 17 juin 2022.
Bordeaux accueille le Congrès européen de l'agriculture biologique ces 16 et 17 juin 2022. (Crédits : Agence APPA)

Le 16e Congrès européen de l'agriculture biologique se déroule à Bordeaux ces 16 et 17 juin. L'événement réunit un peu moins de 300 représentants du secteur et se déroule pour la première fois hors d'une capitale européenne. Mais à l'heure où l'agriculture traverse une conjoncture dépressionnaire, et en particulier la filière bio, les acteurs présents, sans vouloir montrer leurs inquiétudes, cherchent à alerter les pouvoirs publics. Au cœur des réclamations, la poursuite des efforts entrepris jusqu'ici pour augmenter la part de l'agriculture biologique dans la production globale.

"Nous devons, sur un marché qui a jusqu'ici toujours doublé chaque année, concentrer notre énergie à communiquer sur les gains en matière de santé et d'environnement que représente notre agriculture biologique. Nous voulons que le soutien politique soit davantage volontariste", a revendiqué Philippe Lassalle Saint-Jean, président d'Interbio Novuelle-Aquitaine.

Lire aussi 7 mnAgriculture : « Il y a une vraie inquiétude pour les produits bio et sous signe de qualité »

Le représentant de la filière, comme le maire écologiste de Bordeaux Pierre Hurmic qui a prononcé le discours d'ouverture, critiquent aussi les engagements de la France. Alors que l'Europe s'est engagée pour atteindre 25 % de parcelles en culture biologique d'ici 2030, la feuille de route française vise une proportion de 18 %, comme annoncé l'an dernier. Elle est actuellement de 10,3 % selon l'Agence bio. Mais alors que des milliers d'agriculteurs engagent la conversion chaque année, les futurs prétendants pourraient désormais se montrer beaucoup plus prudents. L'an passé, la consommation de produits certifiés biologiques a diminué de 3,6 % dans les grandes surfaces et le chiffre d'affaires de la filière a connu un recul de 1,34 %. Une première depuis huit ans qui implique une baisse de confiance, pour l'heure temporaire, dans le développement de ce marché.

Lire aussi 7 mnCoup de frein sur le bio: la consommation a baissé en 2021 pour la première fois en 8 ans

"Nous ne pourrons pas reprendre une agriculture comme avant"

Cette baisse se voit aussi amplifiée par le phénomène d'inflation dû à la guerre en Ukraine qui touche tous types de produits alimentaires. Avec la baisse de pouvoir d'achat, les consommateurs privilégient des produits moins chers et reportent leurs achats sur des labels moins exigeants. Malgré ce passage délicat, la filière ne veut pas croire à l'arrêt d'un développement initié il y a une dizaine d'années. "Nous rejetons fermement l'idée qu'une guerre puisse remettre en cause nos objectifs de transition vers un modèle d'agriculture et d'alimentation plus durable", a martelé Laure Verdeau, directrice de l'Agence bio.

Une délégation ukrainienne s'est justement exprimée en introduction du congrès pour faire part de la situation du pays. "Malgré le contexte très difficile que nous vivons en Ukraine, nos agriculteurs continuent à produire et nous continuons notre travail pour faire progresser l'agriculture biologique", a témoigné Kateryna Shor, coordinatrice d'Ifoam Organics international pour l'Ukraine. "Après la guerre, nous ne pourrons pas reprendre comme avant avec une agriculture majoritairement intensive. Nous ne pouvons pas revenir en arrière."

Lire aussi 4 mnUkraine : « Nous avons perdu 30 % de nos terres agricoles ! »

En Ukraine, les parcelles bio représentent environ 1 % de la surface agricole utile du pays avec plus de 460.000 hectares. Soit 100.000 de plus qu'en Nouvelle-Aquitaine, première région agricole de France et dans le top trois des régions européennes, où cette part s'élevait à 8,2 % en 2020. La quasi totalité des voies d'exportation sont bloquées mais c'est surtout l'exil des populations et la soudaine précarité de celles restées sur place qui mettent un coup d'arrêt aux débouchés de l'agriculture biologique en Ukraine.

Lire aussi 5 mnAgriculture : la Nouvelle-Aquitaine première en France, pas forcément en Europe

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.