Le groupe coopératif Maïsadour veut restructurer une activité foie gras fragilisée

 |  | 931 mots
Lecture 5 min.
Travailler sur le côté local fait aussi partie de la stratégie
Travailler sur le côté local fait aussi partie de la stratégie (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau)
Le groupe Maïsadour doit restructurer une activité d'élevage de palmipèdes à foies gras, essentiellement des canards gras, très sensible aux crises virales et commerciales. Portée par les propres marques du groupe dans les rayonnages de la grande distribution, l'activité foie gras est en cours de redéfinition à Maïsadour, qui mise sur la proximité avec le consommateur.

Maïsadour, à Haut Mauco (Landes/Nouvelle-Aquitaine), qui se définit comme le premier groupe volailler du Sud-Ouest, présidé par Michel Prugue, est très engagé dans la filière des palmipèdes à foie gras, dont il est l'un des principaux producteurs nationaux. Ses concurrents les plus directs sont aussi ses voisins les plus proches : les groupes coopératifs Euralis, à Pau (Béarn/Pyrénées-Atlantiques) et Lur Berri, à Aïcirits-Camou-Suhast (Pays basque/Pyrénées-Atlantiques).

Lire aussi : Crise aviaire : Maïsadour s'en sort avec 8,8 % de perte d'activité

Après les terribles crises aviaires des années 2016 et 2017, la filière des palmipèdes à foies gras (canards, oies) a connu une belle année 2018, avant que les ventes de foie gras ne se mettent à reculer en 2019. La filière a dû ensuite encaisser l'arrivée de la pandémie de coronavirus avec les effets économiques du Covid-19. En 2020 toutes les activités du groupe coopératif de Haut Mauco ont été maintenues.

Canards gras : un point sensible du groupe

"La santé et la protection des salariés ont été notre priorité. Je tiens à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2021 à 10:13 :
Et ben dites donc, tout ça pour ça ! C'était vraiment pas la peine de faire fermer des centaines de petits producteurs faisant de la qualité pour que les gros soient toujours plus mauvais ! Sans arrêt alimenter les moins compétents au détriment de ceux qui bossent et font du goût du vrai !

Ces crises liées à la grippe aviaire sont scandaleuses, celle qui a tué le plus de ptites exploitations n'avaient aucune victime de grippe aviaire en son sein ! Il serait temps de changer de stratégie à force de privilégier la médiocrité on fini par n'avoir que les plus mauvais. C'est à pleurer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :