Les élevages de canards dans la tourmente de la grippe aviaire en Nouvelle-Aquitaine

 |  | 1128 mots
Lecture 6 min.
Pour le Cifog c'est lorsqu'ils sont à l'extérieur que les canards gras d'élevage sont contaminés par les canards migrateurs venus de Russie.
Pour le Cifog c'est lorsqu'ils sont à l'extérieur que les canards gras d'élevage sont contaminés par les canards migrateurs venus de Russie. (Crédits : Regis Duvignau)
La nouvelle épizootie de grippe aviaire prend une importance inattendue qui questionne sur les mesures décidées après les épisodes de 2016 et 2017 dont l'intensité était encore plus forte malgré un virus plus contagieux cette année.Tandis que les écologistes à la Région Nouvelle-Aquitaine condamnent le modèle de production actuel, Michel Fruchet, patron de l'interprofession, le Cifog, reste convaincu que d'énormes progrès sanitaires ont été faits depuis 2017.

Les vœux à la presse du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Julien Denormandie, ont été largement consacrés ce mardi 12 janvier, à la nouvelle épizootie qui frappe principalement les élevages de canards gras des Landes, mais aussi quelques établissements du Gers.

"Le ministre était dans les Landes ce vendredi et dans le Gers ce lundi, j'ai pu discuter avec lui. A Auch, Julien Denormandie a bien souligné, et ce sont les scientifiques qui l'ont démontré, que le virus qui frappe aujourd'hui les élevages de palmipèdes à foie gras est extrêmement virulent. Au point que celui qui a frappé la région en 2017 pourrait paraître anodin", recadre pour La Tribune Michel Fruchet, président national du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog).

Quatre départements du Sud-Ouest ouverts aux abattages préventifs

Le lundi 11 janvier, à la mi-journée, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation dénombrait officiellement 197 foyers d'influenza aviaire H5N8 dont 170 foyers d'infection dans les Landes, 7 dans les Pyrénées-Atlantiques, 6 dans le Gers et 2 dans les Hautes-Pyrénées. Dans un arrêté ministériel publié ce mardi 12 janvier le ministère intègre toutes les communes des Landes et Pyrénées-Atlantiques (Nouvelle-Aquitaine), du Gers et Hautes-Pyrénées (Occitanie) dans une même zone d'alerte à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :