Vins de Bordeaux : l'appellation des Graves veut gagner en visibilité

 |  | 927 mots
Lecture 5 min.
L'AOC des Graves s'étend du nord de Bordeaux Métropole au sud de la Gironde.
L'AOC des Graves s'étend du nord de Bordeaux Métropole au sud de la Gironde. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
Le Syndicat viticole des Graves annonce le lancement en janvier prochain d'un nouveau label qualité, baptisé "Ambassadeur de Graves", avec à la clé un palmarès qui sera dévoilé en juin. L'objectif de la création de ce label est sans mystère : mieux faire connaitre cette appellation de plus de 200 exploitations, fragmentée en de multiples identités.

L'appellation d'origine contrôlée (AOC) des Graves, dont le territoire rayonne du Haillan, au nord-ouest de Bordeaux Métropole, jusqu'à l'extrême sud du département annonce, par la voix de Dominique Guignard, président du Syndicat viticole des Graves, le lancement d'un nouveau label, baptisé "Ambassadeur de Graves". Cette appellation, qui n'est pas la plus étendue du vignoble bordelais, rayonne tout de même sur une bande de 55 kilomètres de long et 10 kilomètres de large, le long de la Garonne, à l'est, et de la forêt des Landes de Gascogne, à l'ouest.

Lire aussi : Vinexposium : l'union sacrée pour être leader mondial des salons en vins et spiritueux

Cette AOC Graves englobe tout ou partie d'autres appellations prestigieuses, comme Pessac-Léognan, à cheval sur Bordeaux Métropole, ou Barsac-Sauternes, au sud. Ambition de ce nouveau label "Ambassadeur de Graves" ? Porter l'image collective des  vins de Graves, comme le précise le syndicat, qui ajoute que cette AOC compte plus de 200 exploitations, à l'origine d'une offre en vins très variée.

Problème récurrent dans le Bordelais, si cette richesse dans la production (rouges, rosés, blancs, blancs liquoreux, mais aussi grands crus, bordeaux supérieurs ou encore bordeaux...) permet de toucher un large public, "elle a aussi pour conséquence de rendre difficilement lisible pour le public le positionnement de gamme de l'appellation", reconnaît le Syndicat viticole des Graves.

Lire aussi : "Les vins de Bordeaux doivent assumer et montrer leur diversité" (Bernard Farges, CIVB)

Répondre à la fragmentation du marché et aux attentes

D'où l'idée, qui sera peut-être critiquée ici ou là, de créer un nouveau label qui doit permettre, espèrent les vignerons de l'appellation, "d'identifier les exploitations inscrites dans une démarche d'excellence". C'était d'autant plus nécessaire pour les promoteurs de cette initiative qu'en plus de ce casse-tête de la segmentation de l'offre, de nouveaux enjeux mobilisent les amateurs de vins et les acteurs du marché.

Ces derniers tiennent dans les modes de production et la prise en compte des problèmes environnementaux, le développement de l'oenotourisme et la nécessité de valoriser les exploitations capables d'accueillir des visiteurs, ou encore la demande globale du consommateur de pouvoir mieux identifier les produits adaptés à ses goûts et à ses envies. Une réflexion lancée dans l'appellation depuis 2015.

Lire aussi : Affaiblis, les vins de Bordeaux doivent survivre à un fléau inédit : le Covid-19 (1/5)

Un long processus de maturation pour plus de qualité

"Tout est parti d'un constat partagé avec nos producteurs sur le positionnement de notre appellation et l'évolution des attentes des consommateurs, confirme Dominique Guignard. A partir de là, il nous aura fallu cinq ans pour construire ce dispositif de sélection, de travaux, de réunions, d'échanges avec de nombreux professionnels du secteur. Nous avions à cœur, poursuit-il, de proposer une démarche ambitieuse de mise en avant de vignerons exigeants et de produits d'excellence. Car ce sont ces vins, choisis par eux et pour eux, que nos consommateurs pourront retrouver dans les lieux de vente et de consommation".

Pour y voir plus clair, le Syndicat viticole des Graves a donc décidé d'éclairer chaque année la démarche de domaines de l'appellation qui vont être reconnus comme les "Ambassadeurs de Graves".

Lire aussi : Vitirev : "les viticulteurs doivent aller vers les modèles attendus par les consommateurs !"

Une bonne dizaine de critères à respecter

Ces derniers doivent faire la différence sur le respect de la vigne, de la nature et de l'environnement ; la maîtrise (irréprochable) du processus d'élaboration des vins ; la capacité d'accueillir le public dans les meilleures conditions. Le nouveau label lancé par le Syndicat viticole des Graves va passer par un examen de contrôle des exploitations, dont l'audit a été confié au cabinet de certification QB vérification, à Artigues-près-Bordeaux (Bordeaux Métropole), qui travaille notamment pour les Crus bourgeois du Médoc ou l'IGP Agenais.

"A l'échelle de l'exploitation, QB vérification contrôle une dizaine de critères à respecter, parmi lesquels : le respect des critères du cahier des charges des AOC Graves et Graves supérieures, la maîtrise irréprochable des exigences de qualité de l'appellation, le respect de l'environnement via la certification environnementale, la capacité d'accueil du public, avec l'obtention du label oenotouristique Vignobles et Découverte", éclaire le Syndicat viticole des Graves.

Des inscriptions pour le 1er palmarès calées en janvier

Dans une deuxième phase, les vins qui respectent ces critères seront soumis à une dégustation de sélection, sachant que les vignerons de l'appellation définissent un niveau minimal d'évaluation qui va servir de référence lors de la première sélection. Ce sont ensuite des consommateurs qui trancheront pour la sélection finale, "via des analyses sensorielles auprès du grand public en Nouvelle-Aquitaine". Une sélection que le syndicat viticole a confié à l'entreprise Techni'Sens.

La spécialité de cette entreprise de La Rochelle est l'analyse sensorielle, "la science du consommateur" et les études marketing, avec comme axe porteur "comprendre et analyser les perceptions sensorielles au travers des comportements et des appréciations produits". Le Syndicat viticole des Graves précise que les inscriptions pour le palmarès 2021 démarreront en janvier prochain, avec une dégustation des consommateurs calée au mois de mai suivant et une publication de ce premier palmarès en fin juin.

Lire aussi : L'heure de l'après Covid-19 a sonné pour Vinitech-Sifel, Wine Paris & Vinexpo Paris

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :