Condamnation à de la prison ferme à Agen pour les promoteurs du lac de Caussade

 |   |  577  mots
Adepte de la négociation la préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio (notre photo), est un personnage clé de ce dossier.
Adepte de la négociation la préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio (notre photo), est un personnage clé de ce dossier. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
Le feuilleton du lac artificiel de Caussade a pris un nouveau tournant avec la condamnation à de la prison ferme de ses deux principaux défenseurs respectivement présidents, en Lot-et-Garonne, de la Coordination rurale et de la Chambre d'agriculture. Le tribunal correctionnel a prononcé au total pour 35 mois d'incarcération contre les deux hommes, à la suite des révocations de peines de prison avec sursis.

Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d'agriculture de Lot-et-Garonne, et Patrick Franken, président de la Coordination rurale (CR) de Lot-et-Garonne, ont été condamnés ce vendredi 10 juillet 2020 à respectivement neuf mois et huit mois de prison ferme pour s'être engagés dans la construction illégale du lac de Caussade, à Pinel-Hauterive, près de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne/Nouvelle-Aquitaine). Ces peines sont alourdies par la révocation de deux condamnations précédentes à la prison avec sursis.

Lire aussi : L'affaire des Bassines enflamme la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine

Ce qui fait que Serge Bousquet-Cassagne est au final condamné à treize mois de prison ferme (quatre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2020 à 2:02 :
Beaucoup d agriculteurs vide les rivières sans droits et sans autorisation jespere que les maire mettrons en place des restructurations et des arrêtés .et des amendes lourdes pour faire respecter la nature
a écrit le 15/07/2020 à 15:58 :
Une bonne nouvelle, la prison ferme étant en trop mais c'est bien de freiner cette agro-industrie repus à avancer par delà les lois et autres règlements, ils font comme si l'eau leur appartenait et admirons en cet été encore plus sec que l'année dernière tout ces agriculteurs qui arrosent encore leur maïs cultivé pour les seuls marchés financiers en pleine journée en pompant dans nos rivières toujours plus basses.

Le secteur agro-industriel est la pire organisation criminelle qu'il soit, je suis content de voir que maintenant tout le monde le voit mais il faudrait leur interdire dès maintenant de gaspiller le peu d'eau qu'il reste dans nos rivières et ruisseaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :