Réduction des pesticides  : les efforts des viticulteurs en question

 |   |  1135  mots
(Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
L'année 2020 figure déjà comme celle des grandes annonces qui doivent engager la transition pour la filière viticole en Nouvelle-Aquitaine. Avec, notamment, des vignobles engagés dans des démarches environnementales et l'instauration de zones de non-traitement (ZNT), la teneur des engagements est inédite. Mais selon les associations de défense de l'environnement et les rapports scientifiques, la démarche ne va pas assez loin.

Elles promettaient déjà d'exacerber les oppositions avant leur mis en place progressive fin 2019. Les zones de non-traitement, frontière tampon où aucun traitement phytosanitaire n'est appliqué entre une culture et une habitation, n'étaient pas entendables immédiatement pour les agriculteurs, viticulteurs compris. Établies à 20 mètres pour les produits les plus toxiques, dix mètres pour les cultures hautes (arboriculture, vigne...) et cinq mètres pour les cultures basses (céréales, légumes...), le confinement a subitement changé la donne. "La distance est systématiquement de trois mètres puisque le ministre [de l'Agriculture] a décidé que les dérogations s'appliquaient à tous les agriculteurs avec la crise du Covid-19", dénonce Sylvie Nony, représentante de l'association Alerte pesticides Haute-Gironde, militant pour l'interdiction de tous les pesticides. Les ZNT ont en effet été réduites à trois mètres pour les cultures basses et cinq mètres pour la vigne, hors produits très dangereux, jusqu'au 30 juin 2020.

Pulvérisation confinée

Puisque les tensions étaient vives autour des ZNT, le ministère de l'Agriculture, en collaboration avec les chambres d'agriculture, avait anticipé et proposé des concertations citoyennes au niveau départemental. Objectif affiché : construire la politique sur les distances de non-traitement avec les citoyens et riverains. En Gironde, la consultation s'est résumée à une enquête de satisfaction...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :