Vins de Bordeaux : drive et vente en ligne, les nouveaux leviers du marché (4/5)

 |   |  1440  mots
Vendanges 2019- Château Baron Philippe de Rothschild/archive
Vendanges 2019- Château Baron Philippe de Rothschild/archive (Crédits : Agence Appa/Thibaud Moritz)
Bouteilles à emporter en drive et vente en ligne sont les nouvelles mamelles du marché des bordeaux au temps du coronavirus. Tous les segments de marché sont concernés y compris celui du très haut de gamme, comme en témoigne Millésima. Un caviste bordelais hors norme dont l'activité grimpe depuis mars. Un phénomène encore marginal à prendre en compte, même si la filière viticole parle désormais de distillation de crise et de stockage.

"Avec le confinement, il n'y pas plus ni mariages, ni baptêmes, ni anniversaires... et les champagne ne sont pas à la fête : c'est l'effondrement", cadre Jérôme Plantey, dirigeant de Cashvin, qu'il a fondé en 1994. Située à Artigues-près-Bordeaux, dans la banlieue bordelaise, cette grande cave associe de près ses vendeurs aux choix des vins qu'ils vont acheter chez les propriétaires, en lien étroit avec les clients. Cashvin détient aujourd'hui une douzaine de points de vente, de Bordeaux à Toulouse en passant par La Rochelle, Bayonne et Pau, avec un pied en Provence, à Fréjus.

L'enseigne a généré près de 29 M€ de chiffre d'affaires en 2019. Créée à l'origine pour valoriser des stocks de vin en mal de clients, cette enseigne opère aussi dans la bière et les spiritueux, issus de France et de l'étranger. Elle occupe un poste d'observation idéal sur l'évolution du marché.

"Au début du confinement le choc a été violent. Nous avons arrêté l'activité de 100 % de nos sites pendant quinze jours. Plus personne ne bougeait. Nous en avons donc profité pour réorganiser notre système de vente afin de sécuriser l'acte d'achat. Car il était important de ne pas couper les liens de notre force de vente avec la clientèle", rembobine Jérôme Plantey.

Lire aussi : Déjà affaibli, le vignoble de Bordeaux doit survivre à un fléau inédit : le Covid-19 (1/5)

Cashvin privilégie le conseil et joue la sécurité

Même si ses points de vente -dont la surface moyenne oscille de 500 à 800 m2- sont en périphérie, le fondateur de Cashvin ne s'est pas lancé dans la création de drives, mais plutôt de super caves afin de soigner le conseil aux clients....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :