Agriculture biologique : la Nouvelle-Aquitaine a augmenté ses surfaces d'un quart l'an dernier

 |   |  411  mots
Producteurs engagés en bio et évolution par département fin 2018 par rapport à 2017.
Producteurs engagés en bio et évolution par département fin 2018 par rapport à 2017. (Crédits : Agence Bio, juin 2019)
Forte région agricole et viticole, la Nouvelle-Aquitaine compte 275.953 hectares de surfaces conduites en bio ou en conversion en 2018, soit une hausse de +27 % sur un an, contre +16,5 % en moyenne nationale. En proportion de la surface totale, la région reste cependant en retrait par rapport aux autres régions du sud de la France.

Chaque semestre, l'Agence bio, l'agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique, établit un bilan de l'avancement de la consommation et la production bio en France. Pour l'année 2018, le verdict est sans appel selon l'organisme : les agriculteurs et les entreprises ont augmenté sensiblement leurs offres de produits biologiques et responsables. Au niveau national, les surfaces certifiées bio et en conversion ont progressé de 16,5 % sur un an en 2018. Elle représentent désormais 7,5 % de la surface agricole utile et 14 % des emplois agricoles.

Un coup d'accélérateur qui se confirme en 2018

La France a ainsi relevé une montée en puissance de sa production bio au point d'engendrer une stagnation des importations. Selon l'Agence bio, 69 % des produits bio consommés en France seraient produits dans l'hexagone. Cette production est surtout concentrée dans quatre régions qui comptent 60 % des fermes et des surfaces conduites en bio : l'Occitanie, suivie par la Nouvelle-Aquitaine, l'Auvergne-Rhône-Alpes et les Pays de la Loire.

Après un retard ces dernières années, la Nouvelle-Aquitaine a accéléré sa démarche avec des surfaces bio et en cours de conversion en progression de 27 % l'an dernier. Cette 2e plus forte progression de France permet aussi à la Nouvelle-Aquitaine d'être la 2e région détenant le plus d'exploitations bio en volume soit 6.157 (+15,5 %) et également la 2e disposant des plus vastes surfaces en bio et en conversion (275.953 hectares), derrière l'Occitanie (476.328 hectares) mais désormais devant Auvergne-Rhône-Alpes (251.776 hectares).

Agence Bio

Producteurs engagés en bio et évolution par département fin 2018 par rapport à 2017 (crédits : Agence bio, juin 2019).

Fortes disparités entre les départements néo-aquitains

Malgré ces bons résultats en dynamique et en volume, la proportion du bio dans la surface agricole utile (SAU) n'est que de 7 % en Nouvelle-Aquitaine, contre 7,5 % en moyenne nationale, et très loin des 25,6 % de Provence-Alpes-Côte-d'Azur, des 15,1 % de l'Occitanie et des 13,6 % de Corse.

Au sein de la Nouvelle-Aquitaine, d'importantes disparités sont relevées entre les départements. La Gironde, la Dordogne et le Lot-et-Garonne sont en tête avec une part de SAU en bio se situant entre 11 et 15% et des chiffres plus avantageux en termes de surfaces engagées en bio l'an dernier. A l'inverse, avec moins de 4 % de sa SAU en bio, la Charente-Maritime est à la traîne.

Agence Bio

Surfaces certifiées bio et en conversion et part de la surface agricole utile par département en 2018 (crédits : Agence Bio, juin 2019).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2019 à 10:38 :
Merci pour ces informations permettant de renseigner sur la montée en puissance du bio. Le basculement des grandes plaines céréalières en bio modifierait en profondeur ces classements par région. La Corse ou PACA possèdent en effet proportionnellement des surfaces agricoles réduites.
Cet article est en complet décalage avec l'article du parisien : http://www.leparisien.fr/economie/exportations-l-agriculture-francaise-en-alerte-rouge-10-06-2019-8089995.php
Une refonte du système de production et des mécanismes d'aides est indubitablement à concevoir pour éviter un "effondrement"
Réponse de le 11/06/2019 à 17:24 :
Si, on parle de surface et non d'exportation (et du respect des normes)
a écrit le 11/06/2019 à 10:15 :
La permaculture est elle chiffrée avec le bio ? Étant donné qu'avec 1000 m2 de surface on produit autant qu'avec un hectare en agriculture agroindustrielle, c'est un détail plus qu'important.

Maintenant il est évident qu'il est indispensable que nos sols se remettent enfin à respirer mais déjà mangeons mieux !
Réponse de le 11/06/2019 à 17:28 :
On est plus productif car on utilise plus d'energie et on ne fait pas les meme cultures. Ce qui explique le nombre d'UTH et l'energie plus importante necessaire:

Donc ca n'a aucun sens de les comparer
Réponse de le 11/06/2019 à 17:41 :
"Donc ca n'a aucun sens de les comparer "

Cela en a pour ceux qui ne savent pas de quoi on parle et surtout pour ceux qui ne se rendent pas compte d'où on part à savoir très loin. Les vieux n'en reviennent pas par chez moi du coup la moitié de ceux que je connais s'y sont mit et ça vient pas de moi hein !

Moi on m'a enseigné que pour nourrir le monde il fallait retourner la terre pour l'arroser de produits chimiques industriels afin que les légumes poussent plus gros et plus vite et pas afin qu'ils nous donnent le cancer.

Et ensuite j'ai très vite fait le lien avec les entreprises des bombes chimiques de la seconde guerre mondiale...

JE comprends que cela ne soit pas facile d'expliquer aux gens qu'on les a massivement trompé en effet... -_-
Réponse de le 13/06/2019 à 9:55 :
La permaculture est une bonne solution mais elle est limitée par sa demande disproportionnée en main d'oeuvre . Elle n'est donc pas adaptée, surtout en France, à la compétition sur les prix. Et combien de personnes choisirons de s'engager dans ces travaux pénibles et répétitifs ??
Réponse de le 13/06/2019 à 10:10 :
"La permaculture est une bonne solution mais elle est limitée par sa demande disproportionnée en main d'oeuvre "

Et vous préférez que les gens soient au chômage donc ?

Votre réponse est une blague là ?

Par ailleurs l'absence de dépense en produits chimiques industriels fait faire revenir les revenus aux agriculteurs.

Puis les gars ya des milliers de vidéos sur Youtube, ya plus que les gens compromis dans le sale business de l'agro-industrie à ne pas y voir l'avenir alimentaire.

Mais bon vous avez raison faisons confiance à BAYER ! :D

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :