Vinexpo : la 20e édition s’est installée au Palais 2 l’Atlantique

 |   |  792  mots
Alain Rousset, Patrick Seguin, Nicolas Florian, Nathalie Delattre, sénatrice de la Gironde (Mouvement radical).
Alain Rousset, Patrick Seguin, Nicolas Florian, Nathalie Delattre, sénatrice de la Gironde (Mouvement radical). (Crédits : Agence Appa)
En cours de relance, la manifestation professionnelle du vin et des spiritueux, créée à Bordeaux, a ouvert ses portes hier lundi 13 mai. Pour la première fois, Suède, Turquie et Vietnam participent à cette grand’messe où les visiteurs de 120 pays sont attendus jusqu’au 16 mai.

L'inauguration de la 20e édition de Vinexpo, qui a eu lieu ce lundi 13 mai au matin, a fait la part belle à la nouvelle infrastructure du Parc des expositions : l'ex-Hall 2 entièrement détruit et reconstruit sous le nouveau nom de Palais 2 l'Atlantique. Premier "plus" évident de cette nouvelle structure, mais aussi de l'organisation qui l'accompagne, une grande fluidité de la circulation des piétons au point d'entrée central. Vu de l'extérieur, depuis le Palais des congrès, l'ex-Hall 2 reste tout de même dans l'ombre du Hall 1 où se tenait jusque-là Vinexpo. Un Hall 1 qui donnait à la manifestation un petit air de Festival de Cannes puisque les visiteurs rejoignaient Vinexpo en traversant le lac de Bordeaux à pied, grâce au ponton posé à même l'eau entre le Palais des congrès et le Hall 1.

Manifestation phare pour le secteur international du vin et des spiritueux, Vinexpo doit affronter depuis plusieurs années la concurrence de manifestations poids lourd, comme Prowein (littéralement "Pour le vin"), en Allemagne. Soutenu avec éclat en 2015 par le gouvernement, avec la venue du président de la République François Hollande lors de l'inauguration, Vinexpo ne semble pas avoir beaucoup inspiré Emmanuel Macron, qui avait dépêché sur place en 2017 son méconnu mais sympathique ministre de la Cohésion des territoires d'alors, Jacques Mézard.

Le vin, un marché mondial à 184 Md€

En 2019 le gouvernement a carrément fait l'impasse sur la manifestation et aucun ministre ne s'est risqué à Bordeaux pour afficher son soutien à cette manifestation internationale, qui fait pourtant briller les chromes de la filière vins et spiritueux : non seulement bordelaise mais également nationale.

Qu'importe, les élus du cru n'ont pas boudé leur plaisir de participer à l'inauguration de cette biennale. La parole a tout d'abord été donnée au nouveau directeur général de Vinexpo, Rodolphe Lameyse, qui a très vite cédé la parole à Christophe Navarre, président de Vinexpo. Ce dernier a rappelé que les ventes mondiales de vin représentent plus de 184 Md€ de chiffre d'affaires et que sur ce marché très porteur le contact humain est décisif.

"Les échanges commerciaux sont l'essence même de Vinexpo. L'histoire de cette manifestation a débuté à Bordeaux, pour s'étendre à Hongkong, Shanghaï, New-York, Paris... Nous attendons des visiteurs de 120 pays différents et 1.600 exposants. Nous accueillons aussi trois nouveaux pays : le Vietnam, la Turquie et la Suède !" s'est félicité Christophe Navarre.

Un appel régional à l'innovation et à la modestie

Nicolas Florian, le maire (LR) de Bordeaux, a quant à lui résumé Vinexpo en trois mots : "une fierté, une histoire, une ambition". Avant de se féliciter de l'ouverture, pour la première fois, de cette manifestation prestigieuse au grand public. Avant de marquer les esprits par une phrase forte. "Je le dis avec précaution : le vin coule dans nos veines" n'a pas hésité à lancer le maire de Bordeaux. Le président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet, également maire du Bouscat, a tout d'abord fait savoir qu'il se portait très bien, après avoir monté à grandes enjambées les marches du podium, même s'il avait dû faire faux bond la semaine dernière pour un petit problème passager et bénin. Ce médecin s'est félicité de l'arrivée de la Suède, du Vietnam et de la Turquie à Vinexpo. Avant de souligner l'importance de la représentation de la viticulture en bio et biodynamie, portée par 150 producteurs lors de cette 20e édition.

Alain Rousset, président (PS) de la région Nouvelle-Aquitaine, a appelé les Bordelais à être innovants et modestes, rappelant au passage que la viticulture était présente dans de nombreux territoires régionaux, comme en Lot-et-Garonne par exemple. "Il y a un degré d'humanité dans le vin qu'il faut mettre en avant" a-t-il illustré, avant de revenir sur la création de l'Institut des sciences de la vigne et du vin (ISVV), "un long combat" dans lequel Alain Rousset s'est énormément investi, avec la Région, avant d'annoncer que le Conseil régional allait doubler l'ISVV.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie Bordeaux Gironde (CCIBG), Patrick Seguin, à l'origine de la création de Vinexpo, a de son côté rappelé qu'une réflexion de fond est menée depuis 18 mois pour assurer la renaissance de cette manifestation, qui traverse une zone de fortes turbulences. La mobilisation de la Métropole, qui a accepté de faire des offres de transport en commun gratuites, mais aussi de Bordeaux, qui s'est pavoisé aux couleurs de Vinexpo, vont dans le bon sens, a relevé le président. "Vinexpo va bien, n'en déplaise au Vinexpo bashing !" a-t-il martelé à la fin de son intervention.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :