Françoise Lannoye prend la tête des Côtes de Bordeaux

 |   |  360  mots
Françoise Lannoye, nouvelle présidente de l'Union des Côtes de Bordeaux
Françoise Lannoye, nouvelle présidente de l'Union des Côtes de Bordeaux (Crédits : Moulin de Clotte)
Recouvrant cinq appellations, l'Union des Côtes de Bordeaux, en pleine progression, a porté à sa présidence Françoise Lannoye.

L'Union des Côtes de Bordeaux regroupe sous la même bannière les vins de cinq appellations : Blaye, Cadillac, Castillon, Francs et Sainte-Foy. Ses membres du bureau viennent d'élire un successeur au précédent président Stéphane Héraud : il s'agit de Françoise Lannoye. Elle possède depuis 2001 le Château Moulin de Clotte, huit hectares en Castillon Côtes de Bordeaux, mais aussi le Château Ambe Tour Pourret (Saint-Emillion Grand Cru) et Château Lanbersac (Puisseguin Saint-Emilion). Elle œuvre en famille puisque sa fille Céline Lannoye a rejoint le domaine familial en 2015. Cette dernière avait d'ailleurs été élue Talent de l'année en 2017 lors de La Tribune Wine's Forum pour son travail à la tête de Célène Bordeaux, premier élaborateur et metteur en marché de crémants de Bordeaux. Sa mère Françoise était jusqu'à l'an dernier présidente de l'appellation Castillon Côtes de Bordeaux.

"J'ai toujours beaucoup cru à l'idée de se réunir sous une famille commune. Les Côtes de Bordeaux ont évolué : la part de marché à l'export en est la preuve. Mais il reste encore du chemin à parcourir. Je m'investis depuis la création de l'AOC pour continuer et amplifier cette dynamique", déclare-t-elle.

Une production prisée du réseau CHR

Les viticulteurs des Côtes de Bordeaux produisent très majoritairement des rouges (à 95 %) mais aussi des blancs secs et liquoreux. Fondée il y a 10 ans, l'AOC pèse 65 millions de bouteilles produites chaque année, soit un dixième de la production dans le bordelais, et un chiffre d'affaires de 62,6 M€ en 2018 (+ 9% depuis 2009). 23 % de la production part à l'export et la part de la vente en vrac a considérablement reculé. L'Union assume un positionnement éloigné des grandes étiquettes à prix stratosphériques et revendique une gamme abordable, avec un engagement avancé en matière de préservation de l'environnement (15 % en agriculture biologique), avec un prix de départ de la bouteille autour de 4,50 €. Cette réunion d'appellations est très prisée du circuit cafés, hôtellerie et restauration, qui concentre 55 % de ses ventes là où la moyenne bordelaise est à 23 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :