Mondelēz investit 7 M€ et recrute à Cestas pour fabriquer plus de Mikado

 |   |  455  mots
Cestas est la seule usine à produire les biscuits de la marque Mikado en Europe. Elle dispose de 3,5 hectares de bâtiments sur un terrain de 14 ha.
Cestas est la seule usine à produire les biscuits de la marque Mikado en Europe. Elle dispose de 3,5 hectares de bâtiments sur un terrain de 14 ha. (Crédits : Mikado)
Le groupe Mondelēz investit 7 millions d’euros avec son partenaire japonais Glico dans la production des biscuits Mikado à Cestas, près de Bordeaux. Deux nouvelles lignes de fabrication et de conditionnement sont annoncées, l’objectif étant d’augmenter de près de 40% les capacités de production et de renforcer sa présence à l’export. Une bonne nouvelle pour le site mais aussi pour les agriculteurs qui fournissent le blé ensuite transformé aux Grands moulins de Paris à Bordeaux.

"Le niveau d'automatisation d'un site comme le nôtre peut surprendre. Soyons honnête, nous ne disposons pas de lignes à des niveaux de technologie semblables à ce que l'on peut trouver dans l'aéronautique ou l'industrie automobile, mais nous sommes à la pointe de ce qui se fait dans l'industrie agroalimentaire", déclare Thomas Helloco, directeur de l'usine historique LU de Cestas près de Bordeaux d'où sont sorties l'an dernier 44.500 tonnes de biscuits chocolatés, Granola, Pepito, Petit Ecolier mais aussi des barres chocolatées Milka ou Granola ainsi que Mikado. "Cestas est la seule usine à produire les biscuits de la marque Mikado en Europe et approvisionne l'ensemble du marché européen", précise Thomas Helloco.

+ 40 % de capacités de production dès 2020

C'est spécifiquement sur l'activité Mikado que Mondelēz International a décidé d'investir 7 millions d'euros avec son partenaire japonais Glico. Le projet verra la création de nouvelles lignes de fabrication et de conditionnement. Il permettra ainsi d'augmenter de près de 40% les capacités de production dès fin 2020, et de renforcer sa puissance à l'export. "Nous sommes pour le moment présents sur 7 pays", précise Thomas Helloco. Pour supporter cette croissance, 20 à 30 embauches sont d'ores et déjà annoncées au cours de ces deux prochaines années.

L'usine de Cestas, ouverte depuis 45 ans et qui dispose de 3,5 hectares de bâtiments, compte à ce jour 500 salariés. "Nous avons embauché 160 personnes en deux ans en comptant les remplacements à la suite de départs à la retraite et les créations de poste", explique Thomas Helloco. Car si Mikado continue de gagner des parts de marché, les volumes ont également augmenté pour les biscuits Petit Ecolier. "La fabrication de Granola est stable, à 14.000 tonnes, mais la production a doublé en 11 ans, complète-t-il. De manière générale, les volumes ont augmenté de 10 à 11 % depuis 2015. On est sur un produit chocolaté qui a une tendance à la croissance."

Le blé cultivé de Niort à Toulouse

De quoi satisfaire également les 1.700 agriculteurs français qui fournissent du blé au groupe Mondelēz dans le cadre du projet Harmony. "Il s'agit d'agriculteurs qui s'engagent à réduire la consommation d'eau, à préserver les sols, la biodiversité et à réduire les émissions de carbone contre le versement d'une prime à la tonne de blé. A Cestas, nous travaillons avec des coopératives locales du pays niortais à Toulouse. La matière première est transformée aux Grands moulins de Paris, dans le centre de Bordeaux."

Le programme Harmony avait été lancé il y a 10 ans en France sous la forme d'un projet pilote avec 68 agriculteurs partenaires autour de l'usine du groupe à La-Haye-Fouassière (44). L'objectif pour Mondelēz International est désormais de couvrir 100% de ses marques de biscuits en Europe d'ici 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :