La Tribune Wine's Forum : voici les lauréats 2018

 |   |  1617  mots
Les lauréats, partenaires et intervenants de la 5e édition de La Tribune Wine's Forum
Les lauréats, partenaires et intervenants de la 5e édition de La Tribune Wine's Forum (Crédits : Eric Barrière / Agence Appa)
Organisé mardi 16 octobre à la Cité du vin à Bordeaux, La Tribune Wine's Forum a attiré près de 300 professionnels de la filière venus assister aux conférences et à la remise des prix. Cinq sociétés ont été récompensées : voici les lauréats.

Comme chaque année, La Tribune avait réuni un jury pour plancher sur les nominés dans cinq catégories. Il était composé de Laurent de Calbiac, directeur régional de Bpifrance Bordeaux, Juliana Camus, rédactrice en chef de L'Union girondine des vins de Bordeaux, Sylvie Cazes, présidente de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin, Jérémy Cukierman, directeur de la Wine & Spirits Academy de Kedge Business School, Jean-Philippe Déjean, journaliste à La Tribune à Bordeaux, Boris Galinat, responsable des relations extérieures à Kedge Business School, Manon Garcia, responsable animation et communication du cluster Inno'vin, Hervé Grandeau, président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, Thierry Hiere, directeur marché de l'agriculture à la Banque populaire Aquitaine Centre Atlantique, Mikaël Lozano, rédacteur en chef de La Tribune à Bordeaux, Cendrine Martinez, directrice générale déléguée de La Tribune à Bordeaux, Eva Mondini, ingénieure qualité environnement au Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux et Sandrine Redon, directrice de la communication de la Banque populaire Aquitaine Centre Atlantique.

Les noms des lauréats ont été dévoilés hier mardi lors de la 5e édition de La Tribune Wine's Forum, événement annuel organisé par La Tribune et placé sous le parrainage de Kedge Business School, en partenariat avec le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, la Cité du vin et l'ISVV. Près de 300 personnes étaient présentes pour assister aux intervenants de trois experts et à la remise des prix.

Catégorie Equipementier : Brive Tonneliers

L'entreprise corrézienne, qui fête ses 60 ans cette année et qui dirigée par Laurent Lacroix, s'est dotée d'une salle de chauffe 3.0. Un code-barre appliqué sur chaque tonneau permet de savoir à quelles températures il a été soumis, garantissant ainsi sa traçabilité auprès de l'acquéreur, et de personnaliser ces niveaux de chauffe. Une fois les opérations terminées, le fût est équipé d'un nouveau code-barre, celui-ci relié à une application sur smartphone. Grâce à une fiche de dégustation incorporée à la solution web, le client peut partager son expérience utilisateur avec Brive Tonneliers qui, au fil des retours, peut peaufiner, voire personnaliser l'identité de son fût en fonction de son contenu. L'enjeu : personnaliser la chauffe pour tendre vers le sur-mesure, optimiser la production et générer des retours d'expérience client étayés. Brive Tonneliers et ses filiales réalisent 15 M€ de CA consolidé avec 85 % des ventes à l'export, pour 50 emplois. La société illustre la transformation digitale d'un métier ancestral appuyé sur un savoir-faire traditionnel. Née en 1935 sous le nom de SARL Treuil, l'entreprise a été rachetée par le groupe de Bourgogne TFF Group en 1998. En 2008, elle prend le nom de Brive Tonneliers pour affirmer ses racines corréziennes. Elle est également très impliquée dans les problématiques de formation de tonneliers via l'apprentissage.

Le prix Equipementier a été remis à Laurent Lacroix par Cendrine Martinez, directrice générale déléguée de La Tribune à Bordeaux.

Catégorie Jeune vigneron : Charlotte Molinari, Château Pont-de-Brion

Charlotte Molinari est arrivée à la tête du domaine familial en 2015, à l'âge de 28 ans. Vice-présidente de l'organisation des Jeunes Agriculteurs de la Gironde (250 adhérents, au côté de Bérénice Walton, présidente), elle pousse notamment les jeunes générations à s'installer. Le domaine est né en 1931 et s'est progressivement étoffé au fil des années, toujours au sein de la même famille, passant de quelques ceps à 22 hectares aujourd'hui. Diplômée de l'école d'ingénieurs agricoles de Purpan (Toulouse) en 2011, passée par le négociant Gérard Bertrand en tant que commerciale puis par la Chambre d'agriculture de la Gironde comme conseillère d'entreprise, Charlotte Molinari a fini par sauter le pas et reprendre en cogestion avec son père la propriété familiale. Elle représente la 5e génération. Plusieurs vins sur les trois couleurs. Production moyenne: rouge 90.000 bouteilles, blanc 30.000 bouteilles. 55 % du volume est exporté (Belgique, USA, Canada, Mexique...).

Le prix Jeune vigneron a été remis à Charlotte Molinari par Laurence Geny-Denis, professeure des universités et responsable de la formation continue à l'Institut des sciences de la vigne et du vin Bordeaux Aquitaine.

Catégorie Innovation : Groupe Ertus

Labelisé par le cluster Inno'Vin et soutenu par la Région et Bpifrance dès 2014, labellisé par Digital Aquitaine un an plus tard, Exapta est un puissant système d'aide à la prise de décision pour la gestion d'exploitations viticoles. Le logiciel est l'expression d'une architecture mathématique qui permet de modéliser le fonctionnement d'une exploitation à partir de ses parcelles. Avec à la clé une réduction de 20 à 30% de l'usage des intrants, ou encore la possibilité de modéliser la transition d'un type d'exploitation conventionnel à bio. Exapta a été conçu par Ertus Group, fondé par Alain Sutre avec l'aide notable de l'Institut de mathématiques de Bordeaux / Inria via le laboratoire Realopt. Le système a plusieurs utilités pour l'utilisateur : étayer ses choix techniques, protéger au mieux les équipes qui travaillent dans les vignes, servir de garde-fou au regard des contraintes réglementaires et optimiser le fonctionnement de l'exploitation. A la clé : meilleures utilisations des ressources, gains financiers car intégration des données économiques, définition du programme de protection phytosanitaire et du parc de matériel minimum nécessaire... Exapta illustre l'équation ainsi : pour une propriété viticole avec 168 parcelles à couvrir, 8 tracteurs disponibles et 17 mélanges de produits phytosanitaires utilisables et 150 jours de campagne de traitement, il existe 101 500 000 solutions possibles. Exapta complète la suite logicielle Process2Wine d'Exapta, application web et mobile permettant de planifier et de gérer l'ensemble des travaux de la vigne jusqu'au chai puis jusqu'au conditionnement.

Le prix Innovation a été remis à Alain Sutre par Christophe Rieunier, directeur de la filière agriculture à la Banque populaire Aquitaine Centre Atlantique.

Prix spécial du jury : Véronique Barthe, Vignobles Barthe

Les vignes se sont transmises de père en fils pendant sept générations jusqu'à ce que Véronique Barthe, première fille de la famille depuis la Révolution française, hérite du domaine familial en 1991. Après une expérience aux USA pendant un an une fois le bac en poche, elle en revient avec deux idées de business, la livraison de pizzas et le lavage de voiture. Elle reprend finalement ses études par un IUT comptabilité - gestion avant de commencer à travailler sur la propriété familiale et de stopper la vente en vrac. Installés sur 80 hectares, les Vignobles Véronique Barthe sont composés de Château La Freynelle, Château Jacquet et Château d'Arcole. La Freynelle (AOC Bordeaux) est certifié ISO 14001 depuis 2013 et HVE3 plus récemment. Château d'Arcole (Saint-Emilion grand cru) est certifié bio depuis les années 60 et biodynamie depuis 2012. On n'y utilise ni désherbant ni pesticides. Château d'Arcole est réputé pour être le plus ancien vignoble de Saint-Emilion engagé dans une démarche environnementale. Pour aller plus loin, Véronique Barthe a décidé d'y entreprendre une démarche éco-responsable intégrale : allègement de 10 % du poids de la bouteille pour diminuer le bilan carbone, capsule en aluminium recyclable à 100 %, encres naturelles ou à l'eau pour l'étiquette en papier recyclé, carton monté sans colle et totalement recyclable lui aussi.

Le prix spécial du jury a été remis à Véronique Barthe par Lydia Héraud, conseillère régionale déléguée viticulture et spiritueux au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

Prix Talent de l'année : Alfred Tesseron et Jean-Michel Comme (Pontet-Canet)

Jean-Michel Comme et son épouse Corinne se sont penchés sur la question de la biodynamie il y a 20 ans à la suite de la lecture d'un ouvrage, "Les plantes malades des pesticides". Le réel passage à l'acte à Pontet-Canet (Pauillac, 81 hectares, grand cru classé du Médoc), propriété d'Alfred Tesseron et de sa famille, est arrivé quelques années plus tard, en 2004. Le duo juge que le bio - Pontet-Canet possède pourtant la certification - n'est pas suffisant car "il n'appréhende pas la maladie de manière globale. La démarche n'est pas suffisante car elle s'attaque aux effets et pas aux causes de la maladie de la plante." Pontet-Canet a été le premier grand cru agréé biodynamie dans le Médoc. Une démarche de précurseur parfois jugée farfelue voire ésotérique par certains acteurs de la filière, mais qui porte ses fruits tant la qualité des vins a très fortement progressé. Les animaux (vaches, chevaux et ânes) et plus largement la biodiversité tiennent également une place centrale dans cette dynamique. Les vignes sont pulvérisées en prévention avec des tisanes de plantes locales. Prolongement de ces pratiques culturales, l'élevage des vins en amphores en béton intégrant des galets du domaine a débuté pour le millésime 2012 (pour 35 % des volumes) pour permettre une meilleure expression du terroir. Pontet-Canet a mis en service l'an passé un nouveau cuvier de vinification qui intègre les principaux de biodynamie (32 cuves de 40 hl). Par exemple : aucune prise de courant et des câbles blindés pour que le raison et le vin ne rentrent pas en contact avec les champs magnétiques et électromagnétiques. Régisseur du domaine, Jean-Michel Comme a également fait creuser 67 puits de 100 mètres de profondeur pour alimenter la propriété en énergie via la géothermie.

Le prix du Talent de l'année a été remis à Alfred Tesseron par Jérémy Cukierman, directeur de la Wine & Spirits Academy de Kedge Business School.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/11/2018 à 11:42 :
Le Prince Charles pratique aussi, et soutient, la biodynamie : https://www.youtube.com/watch?v=vcznSgedw2s
Bravo aux viticulteurs, qui sont des gens pragmatiques : est vrai ce qui marche !
Et acceptons d'être bousculé dans notre vision du monde. La science aussi procède par bonds, les visionnaires, qui ont une petite longueur d'avance sur leur époque, passent toujours pour fous, un certain temps... Jugeons donc l'arbre à ses fruits.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :