Bordeaux : un réfrigérateur en libre-service pour éviter le gaspillage

 |   |  389  mots
Le Frigo zéro gaspi est installé devant le 2 rue Tauzia, à Bordeaux.
Le "Frigo zéro gaspi" est installé devant le 2 rue Tauzia, à Bordeaux. (Crédits : Crepaq)
Nouvellement installé à Bordeaux, le "Frigo zéro gaspi" permettra à tous d'y déposer et d'y prendre des produits alimentaires. Mis en place par le Centre ressource d'écologie pédagogique d'Aquitaine, l'initiative veut limiter le gaspillage en agissant à l'échelon du quartier, Sainte-Croix - Saint-Michel en l'occurrence.

"Frigo zéro gaspi" est un projet innovant qui consiste à mettre à disposition sur la voie publique un frigo et un garde-manger en libre-service, dans lesquels tout le monde peut venir déposer et/ou prendre de la nourriture. Le projet, initié par le Centre ressource d'écologie pédagogique d'Aquitaine (Crepaq), a été inauguré jeudi 17 mai, au 2 rue Tauzia à Bordeaux.

"Ce n'est pas une aumône, c'est du partage"

"Nous n'avons pas appelé ça un frigo solidaire pour ne pas catégoriser les gens qui en ont besoin et les stigmatiser, ce qui pourrait les freiner quant à l'utilisation de ce garde-manger. Ce n'est pas une aumône, c'est du partage, et c'est différent", affirme Dominique Nicolas, le président du Crepaq.

Ce réfrigérateur est mis à disposition de l'ensemble des acteurs du quartier : habitants, commerce, restauration commerciale ou scolaire. C'est la première initiative du genre en Gironde (et la deuxième en Nouvelle-Aquitaine, avec un frigo solidaire à Niort). Dominique Nicolas a rappelé lors de l'inauguration la hausse continue du gaspillage français, alors que dans le même temps le recours aux associations telles que les Restos du cœur explose. "Il faut mettre en mouvement tout un tas d'acteurs pour enclencher une boucle vertueuse d'économie solidaire. Comment, concrètement, chaque citoyen peut participer ? Ce frigo en est un exemple", explique-t-il.

Le restaurant devant lequel il est installé, la Rôtisserie des Arts Poul'house, prendra en charge la consommation d'électricité du réfrigérateur. "J'ai accepté, peut-être pour rattraper la mauvaise image qu'a la restauration, qui consomme et qui gaspille beaucoup", explique la gérante.

L'action à l'échelle du quartier

Le Crepaq a créé et anime le Réseau pour éviter le gaspillage alimentaire (Régal). Nadège Lecouturier, celle qui a chapeauté le projet, explique que c'est à ce titre que "l'initiative est  soutenue par Bordeaux Métropole dans le cadre de sa démarche « Territoire zéro déchet - zéro gaspillage »". La métropole a financé le coût de l'opération. "Le quartier est l'échelon le plus à même de mettre en place une politique publique", juge selon Dominique Nicolas. Encore en discussion au Parlement, une prochaine loi devrait rendre obligatoire les dons pour les plats non servis. Ce garde-manger, accessible 24 h/24, est une manière d'y arriver.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :